Algérie Poste : Poursuite de la grève (3e jour)    Mali/assassinat du président de la CMA: vives condamnations, une enquête sera ouverte    Antenne de LREM à Dakhla: Le MRAP condamne une décision entérinant l'occupation du Sahara Occidental    «Nous n'allons pas applaudir tout ce que fera le système»    En attendant l'hydrogène bon marché    Les «ratés» de l'ancienne feuille de route    La surconsommation encourage la hausse des prix    Prison ferme pour l'ancien patron de l'Office du hadj    FAF... la mascarade continue    La magie évanouie d'Anfield face au sorcier Zidane    Les travaux auront lieu jeudi soir au Sheraton    Le Ghanéen Kwame Opoku passe la visite médicale    Prochaine création d'un centre de vaccinologie    Le Cnapeste maintient la pression    Tadjine el kemmoun    Their Algeria décroche le prix spécial du jury    L'espoir d'une reprise    ils ont réussi à marcher    La marche de la communauté universitaire empêchée    L'Algérie œuvre à l'élimination totale des ADM    Démenti    Des journalistes reviennent en... autostop !    Pas de diffusion télé pour le feuilleton "Babor Ellouh"    Rassemblement sur le parvis Matoub-Lounès à Paris    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain    Tebboune nomme Ahmed Rachedi Conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    6 habitudes alimentaires pour lutter contre la fatigue chronique    Le CRA ouvre un restaurant «Rahma» à la Médiathèque: 400 repas quotidiennement pour les démunis    El Tarf: Le gaz de ville pour Oued Djenane    Ligue 2 - Groupe Centre: Six postulants au coude-à-coude    Sétif: Un atelier clandestin de fabrication d'armes démantelé    112ème mardi de protestation: Les étudiants au rendez-vous au premier jour du Ramadhan    Primauté du sucre et de l'huile contrariée    La vitamine DZ, seule source d'énergie locale !    La dispute royale en Jordanie embarrasse l'Arabie saoudite    Un constat sans complaisance    L'Iran met en garde Washington contre le «sabotage» et les «sanctions»    Mortellement poignardée par son mari    Azra scintille à tigzirth    Flambée vertigineuse des prix des produits alimentaires    David Luiz sur le départ    Un ultimatum pour Cavani    Ramos positif au coronavirus    Saidal fabriquera du Levothyrox    Le complexe de l'automobile    Alors, c'est In Salah ou Aïn Salah?    La librairie «Cheikh» renoue avec les ventes-dédicaces    L'amour à l'italienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand Yasmina sauve Mohamed !
...SOUFFLES...SOUFFLES...SOUFFLES...
Publié dans Liberté le 03 - 12 - 2020

Les livres ont-ils de la chance, à l'instar des écrivains ? Le Fils du pauvre, le roman de Mouloud Feraoun, le plus connu et le plus lu en Algérie et dans la sphère francophone, est un texte chanceux ! Ce roman est un miraculé livresque ! Un survivant littéraire. L'histoire nous raconte que le jeune Mouloud Feraoun, instituteur de profession, a envoyé son manuscrit à l'éditeur Edmond Charlot. Jusqu'ici, rien d'anormal, rien d'exceptionnel.
En 1936, à Alger, 2 bis, rue Charras, Edmond Charlot ouvre une petite librairie baptisée "Les Vraies Richesses" et en même temps une maison d'édition, et qui va publier Albert Camus, Jules Roy, Emmanuel Roblès, Albert Cossery, Jean Amrouche...
À Alger, Edmond Charlot s'est entouré d'écrivains algériens et méditerranéens. Il voulait être la voix de cette littérature africano-méditerranéenne. Et parmi les membres du comité de lecture de sa maison d'édition se trouvait Jean Amrouche, journaliste et grand poète. Le manuscrit intitulé Le Fils du pauvre de Mouloud Feraoun arrive chez Edmond Charlot.
Cela n'est pas un événement, la maison d'édition reçoit quotidiennement des dizaines de manuscrits. Jean Amrouche est désigné pour la lecture et l'évaluation du manuscrit. Suite à sa lecture, il rédige un rapport négatif et refuse la publication du roman Le Fils du pauvre ! Par jalousie littéraire ou par sensibilité esthétique ?
Suite au rapport de lecture, Le Fils du pauvre a été refusé par l'éditeur Edmond Charlot d'Alger. Mouloud Feraoun décide alors de l'envoyer aux éditions Cahiers du nouvel humanisme, Le Puy, où il sera publié. Puis réédité par d'autres maisons d'édition. Et ainsi la condamnation à mort de ce beau roman a été ajournée. Et la guillotine éditoriale littéraire a raté Le Fils du pauvre ! Et ce roman restera l'un des grands textes littéraires universels.
Un roman chanceux ! Dans l'histoire de la littérature universelle, 1984, le roman le plus célèbre de George Orwell, lui aussi, a vécu une histoire, avec le comité de lecture, semblable à celle du Fils du pauvre de Mouloud Feraoun.
En 1949, quand George Orwell a présenté le manuscrit de son roman 1984 à l'éditeur britannique Secker and Warburg, ce dernier a demandé conseil auprès du grand poète T. S. Eliot, Nobel de littérature en 1948. Après lecture, Eliot a recommandé à l'éditeur de ne pas le publier. Il a trouvé le manuscrit vide et le style vieux et anachronique... Le hasard a voulu que l'éditeur n'ait pas respecté les recommandations d'Eliot ! 1984 d'Orwell fut publié. Et au bout de quelques mois, le roman est devenu l'un des livres les plus appréciés dans le monde, dans toutes les langues, et pour toutes les générations. Un phénomène littéraire !
Dans les années 1980, un certain jeune écrivain méconnu, appelé Mohamed Moulessehoul, a publié, à l'instar de ses pairs de cette génération d'écrivains de la période socialiste, trois romans et trois recueils de nouvelles : Amen, 1984 (nouvelles), Houria, 1984, Enal, Alger (nouvelles), La Fille du pont, 1985, Enal (nouvelles), El Kahira – cellule de la mort, 1986, Enal (roman), De l'autre côté de la ville, 1988, L'Harmattan, Paris (roman), Le Privilège du phénix, 1989, Enal (roman).
Le nom de l'écrivain passe sous un grand silence. Ses livres sans écho. Rien de spécial dans cette plume. Un nom comme les autres ou peut-être un peu moins. Mais en 1997 paraît en France, chez l'éditeur parisien Baleine, Morituri, qui révèle au grand public Mohamed Moulessehoul sous le pseudonyme de Yasmina Khadra. Ainsi, Yasmina a sauvé Mohamed !
Si sous le nom de Mohamed, au pays de l'Enal (Entreprise nationale du livre), les livres de Yasmina étaient inconnus, au pays de Baleine et Julliard les livres de Mohamed ont pu conquérir le monde. Si Mohamed dans son pays était un inconnu, dans le pays des autres ce même Mohamed/Yasmina est devenu une star littéraire.
Un des écrivains les plus populaires, les plus lus et les plus traduits dans le monde. Le roman 1984 d'Orwell, comme Le Fils du pauvre, comme Mohamed Moulessehoul lui-même, sont tous des survivants du naufrage de la bêtise littéraire.Oui, les écrivains comme leurs livres sont le fruit, de temps en temps, d'un coup de chance ou d'un coup de guillotine !

A. Z.
aminz[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.