L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines à Mahbes    JM / Water-polo (messieurs) : la Serbie et le Monténégro en finale    Adopter une "approche réfléchie" pour adapter la formation aux nouveaux défis et enjeux    8e session de la haute commission mixte algéro-égyptienne: le Premier ministre égyptien à Alger    JM /Boxe : les Algériens Mordjane et Benlaribi en demi-finale, Bouloudinats éliminé    JM: quatre soirées du festival international de danse populaire programmées à El Bahia    Le président Tebboune reçoit le Secrétaire général de l'UGCAA    Infirmières agressées à proximité du CHU de Beni Messous: le suspect arrêté    JM/Cyclisme: ''Nous visons le podium de la course en ligne'' (Reda Kehlal)    Cour d'Alger: L'ancien ministre Abdelwahid Temmar condamné à 4 ans de prison ferme    Mise en échec d'introduction d'énormes quantités de drogue par les frontières marocaines    Un plan d'urgence pour la relance de l'activité du port de Ténès en partenariat avec le groupe Gica    Festival de la musique et de la chanson oranaise: clôture en apothéose    JM: un engouement sans précédent pour les spectacles dans la rue    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    Facteurs défavorables    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Surfer prudent, surfer intelligent    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Ces obstacles à franchir    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    L'Iran confirme des pourparlers à Doha    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    La session prolongée au 15 juillet    Loukal rattrapé par la justice    562 véhicules livrés    Luis Suarez à River Plate?    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    Hamidouche, le chanteur à la voix douce    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    8 ans pour Tliba, 6 pour Ould Abbès    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Evocation. Edmond Charlot
Un éditeur inventeur
Publié dans El Watan le 19 - 04 - 2007

Créées en 1936 à Alger, les Editions Charlot — du nom de leur fondateur Edmond Charlot (Alger, 1915-Béziers, 2004) — n'avaient rien de « chaplinesque » dans l'Algérie coloniale.
Deux films documentaires récents (2005 et 2007) et surtout deux ouvrages viennent de rappeler la grandeur de ce petit éditeur. Après avoir publié une bibliographie raisonnée et illustrée, Edmond Charlot, éditeur (Domens, mai 1995), Michel Puche préface une livre de Souvenirs d'Edmond Charlot, entretiens avec Jean-François Temple (Domens, février 2007), un poète du fonds et ami de Mohamed Racim. Edmond Charlot est entré dans l'histoire des belles-lettres en « inventant » un certain... Albert Camus et toute une pléiade d'écrivains regroupés autour d'une hypothétique « Ecole d'Alger », un cénacle d'amis plus qu'un mouvement ou un courant littéraire. Dans ce sillage, il devient l'éditeur des lettres françaises en exil lorsque Paris était sous occupation allemande, en publiant notamment L'Armée des ombres (1943) du résistant Joseph Kessel ou les Pages de journal (1939-1941) (1944) du défaitiste André Gide. Après 1945, Charlot jumela sa maison algéroise avec une autre parisienne, concurrençant sérieusement ses grandes consœurs, Gallimard et Grasset. Celles-ci étaient fort irritées par l'attribution de prestigieux prix littéraires (Renaudot, Femina) aux auteurs d'un confrère ayant eu l'audace de traverser la Méditerranée, avec en sus une prestigieuse revue littéraire, L'Arche. Le parisianisme et les réticences bancaires finissent par étrangler Charlot qui, après un dépôt de bilan, revient à Alger en 1950 pour n'éditer que quelques ouvrages et ouvrir une nouvelle librairie doublée d'une galerie d'art. Libéral pendant la guerre d'Algérie, sa librairie fut plastiquée par l'OAS à deux reprises en 1961 parce qu'il recevait son ami Himoud Brahimi * (lequel lui ramena un jour ses économies pour une éventuelle relance de la maison d'édition) et exposait Hacène Bénaboura*, grand Prix artistique de l'Algérie. Après l'indépendance, l'éditeur voulut poursuivre mais les autorités de l'époque le dissuadèrent, ayant opté pour une politique monopolistique du livre... Il quitta l'Algérie en 1969, laissant une de ses parentes, Mme Charlot, diriger sa première librairie jusqu'au début des années 1990. Située au 2 bis, rue Hamani (ex-rue Charras), ce lieu de lecture n'a pas perdu de sa dénomination initiale, Les Vraies richesses, puisqu'il se métamorphosa — et c'est heureux de le souligner — en bibliothèque municipale. Jusque dans les années 1970, la pancarte qui ornait la vitrine était restée, enseignant sentencieusement ce qui suit : « Un homme qui lit en vaut deux. » Dans cette minuscule librairie, Camus rédigea une partie de L'Etranger et on a vu défiler de grands auteurs, tels Saint-Exupéry qui, entre deux missions aériennes, acheva à Alger Le Petit Prince. Avisé, Charlot s'est très tôt intéressé aux écrivains algériens. Il publia les Chants berbères de Kabylie (1946) de Jean Amrouche (lequel joua un rôle considérable dans la gestion de l'entreprise et de la revue) ainsi que le premier roman de sa sœur, Marie-Louise Amrouche, Jacinthe noire (1947). L'éditeur reprocha à son ami Mouloud Feraoun de ne pas lui avoir soumis Le Fils du pauvre, objet d'une fin de non-recevoir de la part du seul Amrouche qui n'informa point Charlot. Toutefois, ce dernier commercialisa, sous son nouveau label, Rivages, le stock invendu du livre publié à compte d'auteur en France. Charlot faillit aussi publier le premier recueil poétique de Jean Sénac, Terre possible, et La Grande maison de Mohamed Dib, que seules les lancinantes contraintes financières empêchèrent. Sur la base de fines questions, l'éditeur relate avec pudeur et sérénité son itinéraire et ses pérégrinations autour de la Méditerranée (Algérie, Maroc, Turquie). Vers la fin de sa vie, Charlot ouvrit une ultime librairie-maison d'édition à Pézenas (sud de la France), une ville-foire où l'obscur Jean-Baptiste Poquelin devint véritablement l'illustre Molière. Avec le grand âge, cet « homme qui attirait les livres » sans en devenir riche céda son fonds à Jean-Claude Domens, un autre passionné qui poursuit l'esprit méditerranéen, en éditant particulièrement l'œuvre de notre compatriote Arezki Métref (dix titres parus).
Himoud Brahimi, dit Momo, fut à la fois une grande figure et le chantre de La Casbah. Mohamed Zinet lui donna une consécration nationale et internationale en lui faisant jouer son propre rôle dans le film Tahia Ya Didou.
Hacène Bénaboura (1898-1960), peintre algérien, classé parmi les peintres naïfs. Ses œuvres ont été exposées le mois dernier au Musée national des Beaux-Arts d'Alger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.