«Nous avons déjà collecté plus de signatures qu'en 2014»    Qu'est-ce qui fait courir Djaballah ?    Les 4 samedis    Deux pavillons pour 280 exposants    Les investisseurs déçus    Forte mobilisation, tension mais sans incidents    Macky Sall face à une concurrence allégée    Un millier d'écoles fermées en raison des menaces    La sélection algérienne en stage à Souidania    Atlético, l'inaltérable bloc    Autorisation    Echec des négociations avec la tutelle    Docteur Abdellah Fenni, Doctorat h. c. en Hypnothérapie, Praticien en techniques de libération des émotions, au Soirmagazine :    Ni gym ni régime : quelques gestes pour mincir à la paresseuse !    Le fonds documentaire de Djemaâ Djoghlal et Amar Nagadi remis aux bénéficiaires    Grande affluence à l'exposition de photos de la presse mondiale de 2018    Candidat unique ? La bonne blague !    Mostaganem : Le ministre satisfait de la production agricole    Salon du tourisme à Oran : Air Algérie accorde des réductions de 55% sur ses tarifs    Culture : Nadia Belarbi, une écrivaine talentueuse    Aïn Tagouraït (Tipasa) : La mainmise des réseaux maffieux sur la wilaya    Edition Chihab : La guerre d'Algérie dans le roman français    Bouteflika demain à Genève pour un contrôle médical    Tiaret: Deux officiers tués dans le crash d'un avion militaire    Ligue des champions d'Afrique : Al-Ismaïly - CSC aujourd'hui à 17 h 00: Le Chabab confiant malgré les obstacles    Otages de fausses promesses    USM El Harrach - RC Kouba reporté à mardi    Trois médailles, dont une en or pour l'Algérie    L'Algérie éliminée par la France    La viticulture dans la wilaya d'Aïn Témouchent    5 milliards de dinars pour la viabilisation du nouveau pôle urbain d'Ighzer Azarif    Contrôle de la qualité alimentaire dans les établissements scolaires à Relizane    Préavis d'un mouvement de contestation    Un enseignant en retraite tue sa fille de 17 ans    Al-Assad affirme que la guerre n'est pas terminée et que son pays se battra jusqu'au bout    Messahel met en exergue les cinq piliers de la politique algérienne    De l'aventurisme ou l'illusion d'une «révolution»    Manifestation pacifique    Situation financière difficile mais non insurmontable, partenariat public-privé et indispensables réformes    Redonner à «Radio des Oasis» son ancien lustre    Colloque international Abdelhamid Benhadouga    Pour une valorisation des pratiques innovantes dans le processus d'enseignement    La CAF rejette le recours de la FAF    Erdogan chercherait à "recréer l'Empire ottoman"    Le Conseil constitutionnel rappelle les conditions    13 communes d'Alger seront touchées    Plus de 11.000 infractions en 2018    Tayeb Belaiz prète serment    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Evocation. Edmond Charlot
Un éditeur inventeur
Publié dans El Watan le 19 - 04 - 2007

Créées en 1936 à Alger, les Editions Charlot — du nom de leur fondateur Edmond Charlot (Alger, 1915-Béziers, 2004) — n'avaient rien de « chaplinesque » dans l'Algérie coloniale.
Deux films documentaires récents (2005 et 2007) et surtout deux ouvrages viennent de rappeler la grandeur de ce petit éditeur. Après avoir publié une bibliographie raisonnée et illustrée, Edmond Charlot, éditeur (Domens, mai 1995), Michel Puche préface une livre de Souvenirs d'Edmond Charlot, entretiens avec Jean-François Temple (Domens, février 2007), un poète du fonds et ami de Mohamed Racim. Edmond Charlot est entré dans l'histoire des belles-lettres en « inventant » un certain... Albert Camus et toute une pléiade d'écrivains regroupés autour d'une hypothétique « Ecole d'Alger », un cénacle d'amis plus qu'un mouvement ou un courant littéraire. Dans ce sillage, il devient l'éditeur des lettres françaises en exil lorsque Paris était sous occupation allemande, en publiant notamment L'Armée des ombres (1943) du résistant Joseph Kessel ou les Pages de journal (1939-1941) (1944) du défaitiste André Gide. Après 1945, Charlot jumela sa maison algéroise avec une autre parisienne, concurrençant sérieusement ses grandes consœurs, Gallimard et Grasset. Celles-ci étaient fort irritées par l'attribution de prestigieux prix littéraires (Renaudot, Femina) aux auteurs d'un confrère ayant eu l'audace de traverser la Méditerranée, avec en sus une prestigieuse revue littéraire, L'Arche. Le parisianisme et les réticences bancaires finissent par étrangler Charlot qui, après un dépôt de bilan, revient à Alger en 1950 pour n'éditer que quelques ouvrages et ouvrir une nouvelle librairie doublée d'une galerie d'art. Libéral pendant la guerre d'Algérie, sa librairie fut plastiquée par l'OAS à deux reprises en 1961 parce qu'il recevait son ami Himoud Brahimi * (lequel lui ramena un jour ses économies pour une éventuelle relance de la maison d'édition) et exposait Hacène Bénaboura*, grand Prix artistique de l'Algérie. Après l'indépendance, l'éditeur voulut poursuivre mais les autorités de l'époque le dissuadèrent, ayant opté pour une politique monopolistique du livre... Il quitta l'Algérie en 1969, laissant une de ses parentes, Mme Charlot, diriger sa première librairie jusqu'au début des années 1990. Située au 2 bis, rue Hamani (ex-rue Charras), ce lieu de lecture n'a pas perdu de sa dénomination initiale, Les Vraies richesses, puisqu'il se métamorphosa — et c'est heureux de le souligner — en bibliothèque municipale. Jusque dans les années 1970, la pancarte qui ornait la vitrine était restée, enseignant sentencieusement ce qui suit : « Un homme qui lit en vaut deux. » Dans cette minuscule librairie, Camus rédigea une partie de L'Etranger et on a vu défiler de grands auteurs, tels Saint-Exupéry qui, entre deux missions aériennes, acheva à Alger Le Petit Prince. Avisé, Charlot s'est très tôt intéressé aux écrivains algériens. Il publia les Chants berbères de Kabylie (1946) de Jean Amrouche (lequel joua un rôle considérable dans la gestion de l'entreprise et de la revue) ainsi que le premier roman de sa sœur, Marie-Louise Amrouche, Jacinthe noire (1947). L'éditeur reprocha à son ami Mouloud Feraoun de ne pas lui avoir soumis Le Fils du pauvre, objet d'une fin de non-recevoir de la part du seul Amrouche qui n'informa point Charlot. Toutefois, ce dernier commercialisa, sous son nouveau label, Rivages, le stock invendu du livre publié à compte d'auteur en France. Charlot faillit aussi publier le premier recueil poétique de Jean Sénac, Terre possible, et La Grande maison de Mohamed Dib, que seules les lancinantes contraintes financières empêchèrent. Sur la base de fines questions, l'éditeur relate avec pudeur et sérénité son itinéraire et ses pérégrinations autour de la Méditerranée (Algérie, Maroc, Turquie). Vers la fin de sa vie, Charlot ouvrit une ultime librairie-maison d'édition à Pézenas (sud de la France), une ville-foire où l'obscur Jean-Baptiste Poquelin devint véritablement l'illustre Molière. Avec le grand âge, cet « homme qui attirait les livres » sans en devenir riche céda son fonds à Jean-Claude Domens, un autre passionné qui poursuit l'esprit méditerranéen, en éditant particulièrement l'œuvre de notre compatriote Arezki Métref (dix titres parus).
Himoud Brahimi, dit Momo, fut à la fois une grande figure et le chantre de La Casbah. Mohamed Zinet lui donna une consécration nationale et internationale en lui faisant jouer son propre rôle dans le film Tahia Ya Didou.
Hacène Bénaboura (1898-1960), peintre algérien, classé parmi les peintres naïfs. Ses œuvres ont été exposées le mois dernier au Musée national des Beaux-Arts d'Alger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.