Beldjoud préside l'installation du wali d'El Menia    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Le CRB dos au mur    Les clubs algériens dans la tourmente    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    Oualid: Algeria Venture sera "la vitrine" des projets innovants algériens à international    Arkab prend part jeudi aux travaux de la 14ème réunion ministérielle OPEP+    Production du Sputnik V en Algérie: le projet est à sa phase finale    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    Création d'une fédération d'industriels spécialisée en énergies renouvelables et transition énergétique    Coronavirus: 175 nouveaux cas, 143 guérisons et 4 décès    FC Barcelone: Griezmann serait bien sur les tablettes de Man U    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Le Président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contrerévolution    Une édition amputée de la participation étrangère    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Mahious passera sur le billard    ESS-Orlando Pirates au Ghana    La liste s'allonge au fil des jours    Un corps sans vie retrouvé au bord d'une falaise de la plage Cap Rousseau    Fermeture de la route menant au siège de la Wilaya    Les contrôles seront renforcés au niveau des établissements pharmaceutiques    «La sécurité et la stabilité d'abord...»    Les soupçons de Tebboune    Forte hausse des fonds circulant hors banques    Le principal opposant retire sa candidature    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    CAF : Ahmad Ahmad sera fixé sur son sort aujourd'hui    Une exposition plurielle sur l'Algérie à Marseille    Des associations s'opposent au contrôle d'identité au faciès    Priorité à la production nationale    Le confinement partiel prorogé dans 19 wilayas    Le ministre ordonne sa fermeture    Le danger de la polarisation    «Le rapport Stora a été mal compris»    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    "Les œuvres inachevées sont celles qui aboutissent le mieux"    Aïn Témouchent : Concours de photo : le niveau s'améliore    Exposition de peinture de l'artiste Hakim Tounsi à la villa Abdellatif à Alger : De la magie et de l'émotion à profusion    32e anniversaire de la disparition de Dda Lmulud : L'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    L'étude de près de 50.000 demandes de logement se poursuit: Plus de 16.000 dossiers étudiés et 5.129 rejetés par les commissions    Ce nuage rouge sang entre l'Algérie et la France    Du verbiage et des actes    Bouira - Monoxyde de carbone : 4 personnes secourues    Tiaret: Le théâtre s'éveille    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cinquante journalistes tués en 2020
La majorité l'a été dans des pays en paix
Publié dans Liberté le 30 - 12 - 2020

En 2020, 50 journalistes ont été tués et près de sept sur dix l'ont été dans des pays en paix et non des zones de guerre, annonce l'organisation Reporters sans frontières (RSF) dans son bilan annuel publié hier. Si le nombre de morts "reste stable" par rapport aux 53 journalistes tués en 2019, de plus en plus "sont assassinés dans des pays en paix", soit 34 personnes, représentant 68% du nombre total de tués, souligne l'ONG française, qui a établi ce décompte entre le 1er janvier et le 15 décembre 2020.
La proportion de journalistes tués dans des zones de conflits ne cesse de chuter, passant de 58% en 2016 à 32% cette année dans des pays comme la Syrie et le Yémen ou "des zones minées par des conflits de basse ou moyenne intensité" (Afghanistan, Irak). Le Mexique est le pays le plus meurtrier pour la profession avec 8 tués, suivi par l'Inde (4), le Pakistan (4), les Philippines (3) et le Honduras (3).
Sur l'ensemble des journalistes tués en 2020, 84% ont été sciemment visés et délibérément éliminés, contre 63% en 2019. "Certains l'ont été dans des conditions particulièrement barbares", souligne RSF. À l'image du journaliste mexicain Julio Valdivia Rodriguez du quotidien El Mundo de Veracruz, retrouvé décapité dans l'est de l'Etat, et de son confrère Victor Fernando Alvarez Chavez, rédacteur en chef d'un site d'information locale, découpé en morceaux dans la ville d'Acapulco.
En Inde, le journaliste Rakesh Singh "Nirbhik" a été "brûlé vif après avoir été aspergé de gel hydroalcoolique, hautement inflammable, tandis que le journaliste Isravel Moses, correspondant d'une chaîne de télévision du Tamil Nadu, a été tué à coups de machettes", rapporte RSF. En Iran, c'est l'Etat qui a condamné à mort puis exécuté par pendaison l'administrateur de la chaîne Telegram Amadnews, Rouhollah Zam.
Près de vingt journalistes d'investigation ont été tués cette année : dix enquêtant sur des cas de corruption locale et de détournement de fonds publics, quatre sur la mafia et le crime organisé et trois travaillant sur des sujets liés à des questions environnementales. RSF relève également la mort de sept journalistes couvrant des manifestations en Irak, au Nigeria et en Colombie, un "fait nouveau", souligne l'ONG.
Dans la première partie de son bilan annuel, publié mi-décembre, RSF avait recensé 387 journalistes emprisonnés, "un nombre historiquement haut". La Fédération internationale du journalisme avait pour sa part répertorié 2 658 journalistes tués depuis 1990.


R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.