Soufiane Djilali craint des dérapages    Nouvelle loi électorale: la dernière ligne droite    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Le pape en Irak, hier, pour une visite historique    La capitale sénégalaise à l'aube d'une journée sous tensions    Les Ivoiriens aux urnes samedi pour élire 255 parlementaires    Klopp calme le jeu pour Salah    Brèves    Brèves des Fédérations    Une approche intelligente    100 kg de drogue saisis et 11 suspects arrêtés    170 quintaux de kif saisis    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    «L'Algérie prend acte avec satisfaction»    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Assassinat de Ali Tounsi : la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    Célébration de la fête du printemps    2.735 appels reçus sur le numéro vert et de secours    Le Président Tebboune reçoit trois dirigeants de partis    L'Algérie respecte toujours sa promesse de baisse de sa production    La CNMA lance une campagne de sensibilisation    Générale de la pièce «Cadavre»    Le MCA en quête de sa première victoire    La militante sahraouie Sultana Khaya reçoit le prix "Citoyenneté pour les droits de l'Homme" à la Rioja    Zetchi: «On continue de travailler dans la sérénité et le calme»    Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Béjaïa : Le mouvement reprend ses repères    Des spécialistes mettent en garde contre la prévalence croissante de l'obésité au sein de la société    FATria: Salah Ouanes réélu pour un deuxième mandat    Le Baiser et la morsure aux éditions Casbah :Yasmina Khadra se livre et délivre    Affaires religieuses: la question de la prière des Tarawih "en cours d'examen"    Boukadoum: nécessité de renforcer le dialogue et la concertation avec l'UE    Manchester City: Mahrez lance les hostilités avant le derby contre Man U !    Zones d'ombre: les programmes de développement dénotent d'une approche visionnaire    Référendum d'autodétermination: la cause sahraouie s'appuie à une base "juridique solide"    Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain pour grave violation des droits de l'Homme    La pensée de Feraoun victime de la censure des autorités coloniales    RND: nécessité de renforcer le front interne pour l'édification de l'Algérie nouvelle    Bayern Munich: une offre de 45 M€ pour Koulibaly ?    Festival du court-métrage d'Imedghassen: les meilleures œuvres primées    Terrorisme et déchéance de la nationalité    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève
Ils dénoncent un litige avec la CNAS d'Oran
Publié dans Liberté le 14 - 01 - 2021

Le syndicat des transporteurs sanitaires de la ville d'Oran menace d'une grève imminente si ses revendications ne sont pas prises en compte par la Caisse nationale des assurances sociales (Cnas). Au cours d'un sit-in organisé hier devant la direction locale de la Cnas, les transporteurs ont annoncé un mouvement de grève à partir du 17 janvier prochain "concernant les prestations fournies pour cette même caisse d'assurance médicale", rapporte le syndicat dans son préavis de grève.
Parmi les griefs retenus, le syndicat dénonce la "bureaucratie et (les) pressions sans arrêt", "le changement de procédure de travail appliquée depuis 2016 sans préavis", le "rejet des factures pour service rendu", ainsi que les "retraits sur facture de nuit sans notifications". La même source rappelle le bien-fondé de ces revendications "pour la bonne prise en charge du malade qui se trouve pénalisé à cause des contraintes subies par les transporteurs".
Pour Benali Yassine, représentant des transporteurs sanitaires de la wilaya d'Oran conventionnés avec la Cnas Oran, ce sit-in est un message adressé aux autorités pour trouver une solution à leurs problèmes. "Depuis 2015, on travaille avec cette direction suivant une méthode convenue, mais depuis octobre dernier, on nous rejette des factures sans aucune justification", explique-t-il. "Nous sommes 12 transporteurs conventionnés et prenons en charge 1 250 malades entre hémodialyse, chimiothérapie et radiothérapie", précise-t-il, en demandant que les transporteurs d'Oran travaillent dans les mêmes conditions que leurs homologues d'Alger.
"Ici, on nous impose le transport simultané (transport de deux malades en même temps) et on nous oblige à facturer la moitié de nos capacités de transport à 50%, alors qu'à Alger, ce sont 20% de ces mêmes capacités qu'on facture à moitié", précise Benali Yassine. "À ce rythme, tout le monde va déposer le bilan, et la seule victime reste le malade qui sera privé de son droit de transport." Du côté du directeur de la Cnas Oran, le ton est à l'apaisement.
Tout en affirmant qu'il existe des conventions entre les deux parties qu'il faut respecter, le responsable explique : "Nous ne sommes pas leur tutelle. Si la convention ne leur convient pas, ils peuvent arrêter de travailler avec nous."
Et de rappeler que de nombreuses réunions ont été tenues avec les transporteurs pour aplanir les différends existants. Quant à la question des factures, il précise que des recours sont toujours possibles si les transporteurs ne sont pas satisfaits de la facturation.

SAID OUSSAD


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.