Le Président Tebboune entame lundi une visite de travail en République arabe d'Egypte    Barça : Memphis Depay de retour en Eredivisie ?    Lancement d'une nouvelle campagne nationale de vaccination    Foot/ Ligue 2 : victoire de l'ASM Oran devant le MC Saida (2-0)    Wilaya d'Alger: réseau de trafic de stupéfiants démantelé et plus de 2.000 comprimés psychotropes saisis    Mostaganem: exportation de câbles électriques au Sénégal    Le peuple sahraoui déterminé à défendre son droit à l'indépendance par tous les moyens légitimes    Le FFS dénonce "une grave dérive du pouvoir"    L'Allemagne va livrer à l'Ukraine un hôpital de campagne    Foot, force et démocratie    Les avocats prônent la prudence    Barça : Ansu Fati face à un choix difficile    "L'Algérie a les moyens de rivaliser avec les meilleures nations au monde"    "Je vais me remettre en question"    Lait subventionné : l'augmentation du prix n'est pas à l'ordre du jour    Placement de près de 19 000 demandeurs d'emploi en 2021    Le Cnapeste reporte sa grève    Quand la quête de vérité met la lumière sur un passé sombre    Taghit, une source d'inspiration pour les artistes    Au moins 70 morts dans une frappe de la coalition contre une prison    Le Cameroun sur le chemin des Verts    Cap sur la Coupe de la CAF !    Les championnats à huis clos    Pressions franco-allemandes sur Kaïs Saïed    44,6 millions d'habitants en Algérie en janvier 2021    Recul de l'activité au 3e trimestre 2021    Plus de 20 000 interventions effectuées par la Direction du commerce en 2021    Qui succédera à Mohcine Belabbas ?    T'wakhdhet !    Deux en un sur le podium    Il y a dix ans nous quittait Cherif Kheddam    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    113 postes de formation en doctorat ouverts    Les voleurs de câbles de Séraidi sous les verrous    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Bouslimani affiche ses intentions    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le dossier de Ghediri n'est pas encore programmé
Les délais procéduraux jusqu'à son examen par la Chambre d'accusation non épuisés
Publié dans Liberté le 18 - 01 - 2021

"Nous avons rencontré le procureur général. Il nous a dit qu'aucune date n'est fixée pour l'examen de ce dossier", nous a déclaré Me Nabila Silmi, membre du collectif de défense.
Des proches et des soutiens d'Ali Ghediri se sont rassemblés, hier matin, devant la cour d'appel d'Alger, espérant être aux premières loges au moment de l'annonce de la décision de la chambre d'accusation. Au bout de quelques heures, ils se sont dispersés sans être édifiés sur le sort réservé au général à la retraite.
Le dossier n'a pas encore été programmé devant cette juridiction, ont appris les six avocats, qui se sont déplacés à la cour de justice. "Nous avons rencontré le procureur général. Il nous a dit qu'aucune date n'est fixée pour l'examen de ce dossier", nous a déclaré Me Nabila Silmi, membre du collectif de défense.Il s'est avéré que l'information, relayée par plusieurs titres de la presse nationale, n'était pas juste.
"Un greffier a indiqué, jeudi, à un avocat, que le dossier sera examiné par la chambre d'accusation ce dimanche 17 janvier. Après vérifications, nous nous sommes rendu compte que la date n'a pas été reportée sur la plateforme numérique de la cour. Elle ne pouvait donc être officielle", a poursuivi notre interlocutrice.
À vrai dire, a-t-elle précisé, les délais procéduraux n'ont pas été épuisés. Considérant que la Cour suprême a rendu son arrêt le mercredi 13 janvier, il faudrait au moins une semaine pour que la chambre d'accusation se penche à nouveau sur l'affaire.
Cette dernière sera probablement programmée, au début de la semaine prochaine, présument les avocats. Ils s'attendent, par ailleurs, au prononcé d'un non-lieu. "Le dossier est vide. Il s'appuie sur des accusations sans fondement", affirment-ils. L'arrêt de la Cour suprême présage implicitement cette issue.
Elle a statué en faveur du pourvoi en cassation de la défense, en renvoyant le dossier devant la chambre d'accusation autrement constituée. Elle a conclu que la composante de la juridiction, qui a qualifié les faits, ne "s'est pas arrêtée à la présomption de culpabilité en considérant les faits établis, alors que seul le magistrat du siège détient les prérogatives de juger".
L'ancien directeur des ressources humaines au ministère de la Défense nationale et candidat à l'élection présidentielle avortée du 18 avril a été placé en détention préventive le 13 juin 2019, par le juge instructeur près le tribunal de Dar El-Beïda, lequel a retenu contre lui un double chef d'inculpation : "complicité dans la réunion de documents et d'informations et leur mise à la disposition d'agents étrangers" (article 63 du code pénal) et "participation, en temps de paix, à une entreprise de démoralisation de l'armée ayant pour objet de nuire à la défense nationale".
La première charge a été abandonnée par la chambre d'accusation pour défaut de preuves. Ali Ghediri devait, dès lors, être jugé devant la section correctionnelle du tribunal de Dar El-Beïda pour la seconde accusation fondée sur l'article 75 du code pénal.
Ses avocats ont pris le risque de prolonger son emprisonnement, en se pourvoyant en cassation devant la Cour suprême, en juin 2020. La stratégie de la défense vise à l'abandon des charges retenues contre leur mandant avant d'arriver à la phase du procès.

Souhila H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.