Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    OL : Slimani s'enflamme pour Rayan Cherki    Droit d'inventaire vs changement de serrures    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Moteurs électriques : les 5 variantes    Un recyclage de nouvelle génération    Le rôle de la cité scientifique de Boumerdès dans la récupération de nos richesses en hydrocarbures    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Terrain du Hirak    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    L' éternelle blessure    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Distribution prochaine de 154 LPA    Plusieurs maisons menacent effondrement    La prison se charge des convictions !    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    185 nouveaux cas durant ces dernières 24 heures    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    Sabri Boukadoum: Envoi de troupes en dehors des frontières, des «rumeurs infondées»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Européens appellent Téhéran à la raison
Désengagement de l'Iran de l'accord sur le nucléaire
Publié dans Liberté le 18 - 01 - 2021

La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni ont demandé, samedi, à l'Iran de renoncer à la production d'uranium métal, qui marquerait une nouvelle violation de ses engagements pris dans l'Accord international de 2015.
"Nous, les gouvernements de l'Allemagne, de la France et du Royaume-Uni sommes profondément préoccupés par l'annonce par l'Iran qu'il se prépare à produire de l'uranium métal", préviennent les trois pays dans un communiqué commun.
L'Iran a indiqué, mercredi, à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) avancer dans sa production d'uranium métal pour servir de carburant à un réacteur. Le sujet est sensible, car l'uranium métal peut être utilisé comme composant pour des armes nucléaires.
En réponse au trio européen, l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA) a fait savoir, samedi soir, n'avoir pas à ce stade présenté d'information (...) au sujet du design de l'usine d'uranium métal à l'AIEA.
Selon elle, ce sera fait lorsque "les préparations nécessaires auront été effectuées et dans les délais imposés par la loi". L'OIEA fait référence à la période de cinq mois, fixée en décembre par le Parlement iranien pour que Téhéran prépare l'usine, entre autres dispositions liées à son programme nucléaire.
L'organisme iranien a également espéré que l'AIEA ne cause pas de nouveaux "malentendus à l'avenir, en s'abstenant de mentionner des détails superflus dans ses rapports". "Nous demandons instamment à l'Iran, dans les termes les plus forts, de cesser cette activité et de reprendre immédiatement ses obligations au titre du Plan d'action global conjoint si l'Iran veut vraiment préserver cet accord", concluent-ils.
L'accord de Vienne a été conclu par l'Iran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (France, Royaume-Uni, Russie, Chine, Etats-Unis plus l'Allemagne). Le président américain sortant, Donald Trump, en a retiré son pays en 2018.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.