La position de Berlin sur le statut du Sahara occidental est la cause des frictions entre l'Allemagne et le Maroc    Un projet d'attentat déjoué à Alger    «Un courant obscurantiste tente de faire dévier la révolution»    Beldjoud préside l'installation du wali    Bou-Arréridj Verdict le 10 mars    La défense dénonce un mauvais traitement du détenu    À quel scénario s'attendre ?    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Améliorer d'abord les conditions de vie    Tebboune reçoit les présidents de 3 partis    L'ambassade de France s'explique    Le parti AfD placé sous surveillance policière    Derbies au Centre, duels à l'Est et à l'Ouest    Mouassa s'éclipse, Abbès s'annonce    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    5 décès et 163 nouveaux cas    Mahrez, étincelant    2 armes à feu récupérées par les services de sécurité    Le Comité scientifique préconise une démarche spécifique    Le nouveau geste de Macron    Participation de 216 maisons d'édition    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    Quel impact sur l'industrie de raffinage?    Varane, signature imminente?    La disette de Suarez inquiète    Messi fixe une deadline pour son avenir    RASD: la guerre contre l'occupant sera étendue jusqu'à la libération des territoires occupés    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaine    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    La mafia du foncier dénoncée    Bourita sur des charbons ardents    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Du caviar pour les siens    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"La filière génère 39 milliards de dinars de fiscalité directe et emploie 20 000 salariés"
Ali Hamani, président de l'Apab
Publié dans Liberté le 19 - 01 - 2021

Président de l'Association des producteurs algériens de boissons (Apab), Ali Hamani tire la sonnette d'alarme quant aux difficultés que rencontrent et la production et la vente de boissons alcoolisées en ces temps de pandémie.
Liberté : La fermeture des bars, des débits de boissons et des points de vente perdure. Des professionnels en activité dans ce domaine organisent depuis quelques semaines des sit-in dans certaines wilayas pour protester contre cette fermeture — laquelle, à leurs yeux, n'a que trop duré — et faire entendre leurs revendications. Colère légitime ?
Ali Hamani : Ils ont tout à fait raison d'être en colère face à cette situation. Ils ressentent un sentiment d'injustice, car, autour d'eux, il existe de nombreuses activités commerciales qui ont repris, en mettant en place un protocole sanitaire strict. Pour quelle raison cette décision de réouverture ne s'applique-t-elle pas à eux ? Je n'ai pas de réponse à cela.
On ne comprend pas pourquoi certains commerces ont rouvert, mais pas d'autres. Je comprends et j'en conviens que les choses sont un peu compliquées dans les lieux de consommation très fréquentés. Mais il est tout à fait possible de mettre au point un protocole sanitaire et de laisser les points de vente habituels reprendre leur activité.
L'Apab est-elle intervenue en vue de régler cette crise ?
Nous avons écrit au Premier ministre. Nous l'avons alerté sur la détérioration de la situation dans cette filière de manière générale. Je déplore le fait qu'il n'ait pas donné de réponse et qu'il n'y ait pas de ligne de conduite claire concernant cette filière.
Quel est, selon vous, le coût économique imputable à cette crise qui ne cesse de s'aggraver ?
La part directe et indirecte de la production de boissons alcoolisées dans l'économie nationale est importante, la filière générant, en temps normal, 39 milliards de dinars de fiscalité directe et employant près de 20 000 salariés. Aujourd'hui, l'activité s'est ralentie sous l'effet de la crise sanitaire ; les unités de production ne tournent qu'à 30% de leur capacité. Ainsi, la filière se trouve dans une situation où tout le monde est perdant : l'Etat perd des milliards d'impôts et les entreprises beaucoup d'emplois. En 2019, les services des impôts avaient engrangé des recettes fiscales estimées à près de 15,1 milliards de dinars sur les bières alcoolisées produites localement et près de 4,5 milliards sur les vins, soit un total de près de 19,6 milliards de dinars. Maintenant, si le gouvernement veut arrêter cette activité, qu'il nous le dise clairement.
Face au maintien de la fermeture de ces commerces, chacun semble se débrouiller comme il peut. Ainsi, la pratique de la vente directe se fait au noir...
Les gens y ont été poussés. Tout le monde savait que si la situation de fermeture perdurait, le marché de l'informel prendrait le relais, avec tout ce que cela implique comme perte d'impôts et augmentation des prix. Même la distribution risque de basculer dans l'informel, notamment pour les boissons alcoolisées importées.
Entretien réalisé par :Youcef Salami


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.