Président Tebboune: "les revendications du Hirak populaire authentique satisfaites pour la plupart"    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    Relance de l'économie: Rationnaliser les dépenses et encourager l'investissement    Président Tebboune: l'Algérie n'enverra par ses troupes au Sahel    Texte intégral de la réunion du Conseil des ministres    L'argent informel représente 34 % de la masse monétaire globale    Le Président ordonne la création d'un outil de contrôle    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Les principales décisions de Tebboune    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    Le youtubeur "Fekrinho" retrouvé mort à la plage Cap-Roux    Tebboune insiste sur l'irrigation pour augmenter de 20% la production nationale de blé    Barça : Bartomeu passera la nuit au commissariat    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    La double confrontation amicale Algérie-Côte d'Ivoire annulée    Denis Lavagne dompte le Mouloudia    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Des dizaines d'arrestations lors d'une manifestation d'opposition    Pour les bonnes réponses, faudrait faire un effort !    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Les transporteurs usagers du CW 80 en colère    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Bendouda relève l'urgence de promulguer un nouveau cahier des charges    Le décret publié au "Journal officiel"    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    La démonstration de force d'Ennahdha    Ameur Guerrache condamné à 7 ans de prison ferme    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Dar Abdellatif (AARC) : célébration de la journée de la femme    Ambassade des Etats-Unis: Du nouveau pour les titulaires d'un «visa de diversité»    MC Alger: Lorsque les joueurs font la loi !    Nouvelles souches du coronavirus: Les autorités appelées à plus de fermeté    Un phénomène devenu anodin à Aïn El Turck: Le squat de la chaussée et des trottoirs prend de l'ampleur    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Biden ne fera pas de bouleversements exceptionnels"
Bertrand Badie, Professeur à sciences-po Paris
Publié dans Liberté le 19 - 01 - 2021

"Biden va devoir travailler avec un système international qui, depuis déjà un bon moment, échappe au contrôle américain", estime Bertrand Badie. Il ajoute que "sur beaucoup de dossiers internationaux, le nouveau président américain ne va pas remettre en cause les décisions prises par son prédécesseur."
Liberté : L'investiture de joe Biden aura lieu demain sous haute surveillance sécuritaire, y aura-t-il un risque de violence ?
Bertrand Badie : On est incontestablement dans une conjoncture de violence, comme on en a rarement connu dans l'histoire contemporaine des Etats-Unis, mais il est difficile de dire si cette violence explosera la veille ou le jour de l'investiture ou dans les jours ou les semaines qui suivent. Cela est une question de pari sur l'avenir immédiat. De toute manière, je pense qu'on est entré dans un cycle de violence.
Quels sont les défis et difficultés auxquelles sera confronté le nouveau président américain ?
Les difficultés sont nombreuses. Il y a d'abord l'état du système international, qui n'est plus aujourd'hui comme il était du temps de la bipolarité, mais dans une situation aux Etats-Unis où le temps de l'hégémonie est passé. Donc, Joe Biden va devoir travailler avec un système international qui, depuis déjà un bon moment, échappe au contrôle américain. Et cela était vrai finalement dès la chute du mur de Berlin (1989) et, paradoxalement, la chute de l'URSS a placé les Etats-Unis face un système international beaucoup moins gouvernable qu'auparavant.
Deuxième difficulté, Joe Biden devra compter avec une société américaine qui est profondément en crise. Si, après quatre ans d'exercice fantaisiste du pouvoir par Trump, celui-ci recueille encore 74 millions de voix, c'est bien la preuve qu'il y a une très forte pression à l'intérieur de la société américaine de nature nationaliste populiste, presque aux franges du néofascisme, et cette opposition très violente risque de durer et de bloquer beaucoup d'initiatives du futur président. Troisième difficulté, Joe Biden va devoir s'appuyer sur un parti démocrate qui est, lui-même, sinon en crise, du moins fortement divisé. Il y a au moins trois courants dans le parti démocrate qui sont extrêmement différents les uns des autres.
Il y a un courant de droite, un néo-conservatisme soft, conduit par Hilary Clinton. Il y a au contraire une aile gauche qui est très radicalisée et qui est conduite notamment par Bernie Sanders et Elizabeth Warren, qui a des options politiques extrêmement éloignées de celle d'Hilary Clinton et qui ne sont pas non plus celles de Joe Biden. Joe Biden lui-même est dans une posture centriste. Il ne dispose pas véritablement du contrôle du parti qui l'a emmené au pouvoir. Donc, cela va l'obliger à passer une série de compromis qui risquent de paralyser son action. Enfin, il y a une dernière difficulté, c'est que l'appareil institutionnel américain est tel qu'on ne peut pas gouverner aux Etats-Unis sans l'appui solide du Congrès. Or, le Congrès est divisé. Les démocrates ont 50 sièges et les républicains en ont 50 aussi. Certes, la vice-présidente Camilla Harris en tant que présidente du Sénat pourra départager ce rapport de 50/50, mais cela sera très difficile et on sera toujours au bord d'une crise institutionnelle.
Et que deviendront les décisions prises par Trump, comme le retrait des Etats -Unis de l'accord avec l'Iran, le classement des Houthis dans la liste des groupes terroristes, et la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental ?
Il ne faut pas s'attendre à des bouleversements exceptionnels. D'abord, Biden lui-même a dit, à plusieurs reprises, qu'il y a un certain nombre d'actes accomplis par Trump qu'il ne pourrait pas remettre en cause. Il a dit par exemple qu'il ne rétablira pas l'ambassade des Etats-Unis en Israël à Tel-Aviv. L'ambassade restera à Jérusalem. Il a dit qu'il ne remettra pas en cause ses reconnaissances bilatérales d'un certain nombre de pays arabes, emmenées sous la pression américaine en direction d'Israël. Je ne pense pas non plus qu'il changera radicalement sa politique commerciale, et, notamment qu'il mettra fin au protectionnisme, parce qu'il y a une demande très forte dans les électorats populaires pour le maintien de ce protectionnisme. Donc, le protectionnisme à l'égard de la Chine ne sera pas profondément modifié. Sur le Sahara occidental, on a entendu dans l'entourage de Biden des propos très critiques à l'égard de la décision prise tout récemment par les Etats-Unis, mais il n'a pas été dit explicitement que l'administration Biden reviendrait dessus. Je pense que peut-être qu'ils vont traîner les choses. Mais je ne crois pas qu'on les remettra véritablement en cause.
Ne pensez-vous pas que Biden pencherait vers plus de multilatéralisme ?
En effet. Les seuls dossiers sur lesquels on peut penser que Biden tentera de faire avancer sont, premièrement, un réengagement au multilatéralisme, notamment l'Accord de Paris sur le climat, un retour dans l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), peut-être un retour vers l'Unesco, et le rétablissement aussi du rôle des Etats-Unis dans l'Unrwa, cette agence onusienne qui est destinée à aider le peuple palestinien. Il y aura probablement un effort de forme fait dans cette direction, mais je ne suis pas sûr que cela conduira à des bouleversements particulièrement remarquables. La deuxième direction c'est vers l'Europe, Biden est attaché à une diplomatie traditionnelle, c'est-à-dire appuyée sur l'Alliance atlantique (Otan) et sur l'alliance avec les pays européens. C'est-à-dire, reconstruire cette sphère occidentale à laquelle il semble très attaché. Là aussi, ce seront davantage de sourires et d'amabilités que de transformations et de bouleversements.
Quelle serait sa politique vis-à-vis du dossier iranien ?
C'est peut-être là où il y a une petite chance de changements concrets. Pourquoi privilégier ce dossier, parce que Trump avait cassé l'accord du 14 juillet 2015, parce que c'était un accord réussi par son prédécesseur et il voulait en quelque sorte casser ce qu'il a fait. Joe Biden à l'époque était vice-président, il avait joué un rôle dans les négociations de cet accord, il aura à cœur de le rétablir. Mais ce sera très difficile, même si on peut penser que tout le monde a intérêt à rapiécer cet accord. Car, d'un côté, la politique de sanctions des Etats-Unis n'a rien donné, et de l'autre côté, l'Iran a souffert de ses politiques de sanctions. Concernant les autres signataires de l'accord, la Russie, la Chine et trois pays européens, n'ayant pas dénoncé l'accord, aimeraient donc bien qu'il reprenne forme. Il y a une petite chance d'avancer, mais pour le reste je crois qu'il n'y a pas grand-chose.
Pourquoi les démocrates tiennent-ils à la destitution de Trump avant la fin de son mandat, qui expire dans quelques jours ?
D'abord, symboliquement et politiquement, les démocrates ne pouvaient pas laisser passer les événements du 6 janvier. Si les démocrates n'avaient pas cherché à sanctionner Trump pour ce qui est un écart grave, ils auraient probablement perdu la face. Et puis, il y a aussi une idée plus lointaine : tous les démocrates savent que l'opposition que devra affronter Biden sera dure, peut-être violente et, en tous les cas, paralysante.
Donc, un "impeachment", qui est une procédure extrêmement rare aux Etats-Unis, affaiblirait l'image de Trump et peut-être affaiblirait cette pression qu'il risque de faire porter sur le système américain, dès lors qu'il sera dans l'opposition.

Quelles conséquences aura cet "impeachment" sur l'avenir du parti républicain ?
Cela, c'est une grande question, parce que le Parti républicain est dans une très mauvaise situation. D'abord, il a perdu l'élection présidentielle et n'a pas réussi à conserver la majorité au Sénat. Bon nombre des caciques républicains, des dirigeants historiques du parti, tiennent Trump pour responsable de cette défaite et ont peur de cette dérive telle qu'elle s'est exprimée le 6 janvier au Capitole. Donc, il y a maintenant deux partis républicains. Il y a un Parti républicain historique que certains leaders comme Mitt Romney ou Mitch McConnell essaient de reprendre en main. Et puis, il y a les électeurs du Parti républicain, les 74 millions qui se sont portés sur la personnalité de Trump, et qui eux, en fait, ne se retrouvent pas dans le Parti républicain classique, mais dans un parti national populiste, qui est incarné par Trump qui est lui-même assez éloigné du parti républicain.
Il n'a jamais été un militant du parti républicain, et donc, les républicains traditionnels ont l'impression que leur parti a été volé, détourné. Du coup, ils se posent la question très incertaine de la reconstruction de ce parti ou comment le reconstruire hors de Donald Trump, sachant qu'une grande majorité des électeurs de Trump se sentent plus proches de leur candidat que du parti républicain lui-même. Donc, c'est une crise sans précédent dans l'histoire de ce parti.
Comment voyez-vous l'avenir politique de Trump après son départ de la MaisonBlanche ?
Trump a muté. Nous le connaissions président des Etats-Unis et un président fantasque, provocateur et brutal. Mais on est en train de découvrir le deuxième Trump, c'est-à-dire le Trump contestataire. Il est déjà en retrait sans avoir quitté la Maison-Blanche, et est déjà entré dans ce rôle nouveau d'opposant et d'apposant radical. Donc, on imagine le personnage qu'il veut incarner.
C'est le personnage du tribun, du protestataire et de la grande gueule en quelque sorte qui ne sera plus limité dans son expression au texte institutionnel et présidentiel dans lequel il se trouvait. Je pense que ce dont rêve Trump c'est d'être le grand leader populiste, et de mener un combat d'opposition qui sera très rude. Parce que c'est pour la première fois depuis longtemps aux Etats-Unis que cette opposition sera davantage hors des institutions qu'à l'intérieur de celles-ci. Ça, c'est quelque chose que nous, en Europe, nous connaissons assez régulièrement, mais qu'aux Etats-Unis on n'a pas connu cela depuis la fin du XIXe siècle.
Entretien réalisé par : Amar Rafa


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.