Création de projets: 50% des microcrédits prévus en 2021 au profit des femmes    Algérie Télécom: déploiement de 104 Km de fibre optique à Tamanrasset en 2020    Marché de Tidjelabine : Les prix s'envolent dès le premier jour    Le Liban renoue avec la contestation populaire : «Journée de la colère» au pays du Cèdre    D'amour et de guerre : Une littérature de combat    A l'initiative d'Appel égalité / La place des femmes dans le hirak    USM Alger : Zeghdoud remplace Froger    Face au refus du Maroc d'accueillir l'équipe Algérienne : La CAF tranchera pour un report ou une délocalisation de la CAN-U17    Italie : Ounas victime de propos racistes    Crue de l'Oued Meknassa à Chlef : le bilan s'alourdit à neuf morts    Education nationale : Oudjaout reçoit des représentants de syndicats du secteur    Ramadhan : Les médias appelés à étre responsable dans la sélection des programmes    Femmes, un combat universel    Journée internationale de la Femme : Ouverture d'une exposition d'œuvres artistiques    Cinéma. La 35e édition des prix Goya (Espagne) : Las Niñas (Les filles), meilleur film    Nice : C'est la tuile pour Youcef Atal...    7 façons de faire plus de sport au quotidien sans vous en rendre compte    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Quelles formes pénales ?    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Le compte à rebours commence    "Beaucoup reste à faire"    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Match reporté à une date ultérieure    La JSK avec un effectif au grand complet    Joan Laporta, le grand retour    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Le rêve d'une reprise    La santé pour tout le monde    Fin de la polémique sur les «tarawih»    L'Algérie épuise ses stocks de vaccins    Quand les banques n'appliquent pas    Les femmes battent le pavé à Alger    Lamentable posture pour les «démocrates»    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Tendances instables    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelmadjid Guemguem, alias Guem, est décédé
Il était percussionniste, danseur et compositeur
Publié dans Liberté le 24 - 01 - 2021

Le musicien, danseur et percussionniste Abdelmadjid Guemguem, plus connu sous le nom de scène "Guem", vient de décéder, laissant derrière lui une riche et longue carrière d'une trentaine d'albums, des succès planétaires et une empreinte indélébile sur le monde des arts.
Ce natif de Batna en 1947 fait ses débuts dans la troupe Diwan Batna en tant que percussionnistes, "parce que autour de moi, dans ma famille, il y avait une habitude dans le jeu de certaines percussions réservées à la transe.
Mais ensuite, j'ai développé personnellement mon style", confiait-il dans un entretien accordé à un média français. Très vite, il intègre d'autres troupes et se fait une petite renommée dans le milieu de la musique.
Dans les années 1960, il émigre en France pour devenir footballeur, mais son amour pour le rythme des percussions et de la musique le rattrape très vite.
Il jouera pour les plus grands jazzmen en France. Surnommé "L'homme aux mains d'or", il devient une référence dans le milieu très select du jazz et des musiques traditionnelles africaines. En 1973, il sort l'album Percussions africaines, un disque de world music avec des accents folk et country.
S'ensuit en 1977 l'album Rythmes africains, afro-cubains et orientaux, avant de sortir l'année d'après Guem et Zaka Percussion, sur lesquels figurent les morceaux Afrique tango, La Forêt vierge ou encore Le Serpent, qui deviendra d'ailleurs dans les années 1990 le générique de l'émission "Ça se discute", présentée par feu Jean-Luc Delarue.
En 2007, il sort l'album Couleurs pays, pour lequel il s'inspire de rythmes joués dans pas moins de dix-sept pays du monde, dont l'Egypte, le Sénégal, le Niger ou encore le Mexique.
En 2011, est publié un album dédié à la Ville lumières, intitulé sobrement Mon Paris, dont chaque arrondissement lui a inspiré une composition particulière.

R. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.