Man United : Solskjaer ne facilitera pas la tâche à Man City    Real : Hazard sanctionné par Zidane ?    Djerad procèdera lundi à la distribution de 5000 logements à Alger    Palestine: condamnation internationale des agressions racistes et extrémistes israéliennes    Hirak : Le ministère de l'Intérieur exige des « organisateurs » de lui communiquer l'itinéraire, les horaires et les slogans    Investissement: la reforme du Service public augmentera l'attractivité de l'Algérie    La Cour d'Alger maintient Karim Tabou sous contrôle judiciaire    Six manifestants arrêtés vendredi à Alger placés sous contrôle judiciaire    Report du procès du terroriste "Abou Dahdah" à la fin de la session pénale    Carburants : La suppression de l'essence super avec plomb avancée au début de juillet    FC Barcelone : Pas de bon de sortie pour Dembélé    Aïd El Fitr : plus de 50.000 commerçants réquisitionnés    Covid-19: au moins 3.284.783 décès dans le monde    Béni-Abbès : le jeune disparu dans le grand Erg occidental rejoint sa famille    L'ancien journaliste de la chaine II Boukhalfa Bacha n'est plus    Les lauréats du Prix d'Alger de récitation du Coran honorés    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    Les projets doivent répondre aux besoins de l'économie    Sablés à la confiture et aux pistaches    Benziane anticipe    De nouvelles polycliniques inaugurées    Le Maroc cherche à cacher ses exactions    7 policiers tués dans des attaques dans le Sud-Est    Coupe de la Ligue : l'USMA domine le MCA (2-0), le WA Tlemcen et le NC Magra créent la surprise    MC Alger : Stage bloqué pour préparer le WAC    APLS: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes, Aousserd et Houza    Le Hirak se réapproprie l'esprit du 8 Mai 45    Les raisons de la cherté    Libye : Démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli    La guerre reprend de plus belle    Les résultats attendus aujourd'hui    Deux adolescents tués dans un accident de la route    Le conseil de wilaya fait le point    Le PAC viole le règlement du championnat    Equipe Nationale : Sénégal – Algérie en juin    Les conditions de Tebboune pour atteindre l'excellence    Etudiant dévoué, journaliste engagé et politique visionnaire    Le b.a.-ba de la fabrication d'un film    Mesurer ce qui compte    Bouchachi voué aux gémonies    Charfi appelé à réhabiliter les exclus de la course    Huit morts dont des Iraniens dans des raids sionistes    Trois soldats maliens tués par l'explosion d'un engin artisanal    Ennahda appelle à un vote massif    «Souilah» hospitalisé à Paris    «J'ai adoré camper le personnage de Fadel»    L'artiste, ce migrant    Une augmentation de 10 % enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'argent fuit les banques
6 180 milliards de dinars de monnaie fiduciaire en circulation
Publié dans Liberté le 09 - 02 - 2021

Signe d'une méfiance grandissante, les citoyens sont de plus en plus enclins à garder leur argent chez eux. Sur la période 2019-2020, la quantité de pièces et de billets de banque en circulation a augmenté de près de 1200 milliards de dinars.
La monnaie fiduciaire en circulation a beaucoup augmenté ces dernières années. La Banque d'Algérie a estimé à 6 180 milliards de dinars les billets de banque et les pièces en circulation à novembre 2020. Cette quantité de monnaie en circulation était de 5 582 milliards de dinars dix mois plus tôt, soit à fin janvier de la même année, marquant ainsi une hausse de près de 600 milliards de dinars en dix mois seulement, soit l'équivalent de la liquidité bancaire recensée à fin novembre 2020.
Le phénomène n'est pas inédit. Mais la demande en pièces et billets de banque connaît une importante dynamique ces dernières années. Pour preuve, la monnaie fiduciaire en circulation est passée de 4 629 milliards de dinars en janvier 2017 à 4 842 milliards de dinars en janvier 2018 et à 5 047 milliards de dinars en janvier 2019. Le phénomène s'est accentué durant les années 2019-2020, à raison de 600 milliards de dinars par an.
La quantité de pièces et de billets de banque en circulation est passée en effet de 5 047 milliards de dinars de janvier 2019 à 5 582 en janvier 2020 et à 6 180 milliards de dinars. La monnaie fiduciaire en circulation a atteint 6 180 milliards de dinars au mois de novembre du précédent exercice. Sur la période 2019-2020, la monnaie fiduciaire en circulation a ainsi augmenté de près de 1 200 milliards de dinars.
Ce phénomène s'est accéléré en période de forte contraction de la liquidité bancaire ; celle-ci s'établissant à seulement 612 milliards de dinars à fin novembre 2020, mais ce mouvement baissier remonte au second semestre de 2019. Il y aurait une corrélation entre les deux courbes qui suggère que certaines quantités de monnaie quittent les banques sans y revenir.
"L'argent ne revient pas dans les banques", nous confie une source de la Banque centrale. Dit autrement, la contraction de la liquidité bancaire est liée, en partie, à la baisse des dépôts, mais aussi à la hausse exponentielle des retraits d'argent du circuit bancaire. Malgré la politique de la planche à billets qui a servi, entre autres, à renflouer les caisses de certaines banques de la place, celles-ci restent exposées à d'importantes pertes de liquidités.
Les interventions successives de la Banque centrale courant 2020 n'ont que légèrement contribué à augmenter la liquidité bancaire. Pour encourager les épargnants et les détenteurs de capitaux en dinars à bancariser leur argent, des banques ont investi dans les produits de la finance islamique.
Les résultats de cette approche sont — jusqu'ici — pour le moins maigres, voire loin des objectifs initialement fixés. La détérioration des conditions économiques durant les deux années 2019-2020 a accéléré la migration des capitaux en dehors du circuit bancaire. La conjoncture a fini par alimenter un sentiment de défiance vis-à-vis des banques.
Et le phénomène de thésaurisation semble prendre le dessus. La hausse de la demande en pièces et billets de banque a été alimentée également par l'usage excessif du cash dans l'ensemble des transactions commerciales. Les vieux slogans de dématérialisation des moyens de paiement ont été une vaine promesse. Cependant, la thésaurisation et l'usage excessif du cash ne peuvent, à eux seuls, expliquer la hausse fulgurante de la monnaie fiduciaire en circulation en un laps de temps aussi court.
Celle-ci a crû plus rapidement que la liquidité globale des banques sur la période 2019-2020, ce qui contraste de manière saisissante avec l'engagement des banques à investir dans la captation des capitaux évoluant hors circuit bancaire. Du reste, il y a comme un sentiment de méfiance que nourrissaient les agents économiques quant à la capacité des banques de la place à sortir la tête de l'eau.
Les derniers épisodes en date de tension sur les liquidités et de dévaluation de la monnaie nationale continuent d'alimenter ce sentiment de défiance à l'égard des banques. Il va sans dire que cette croissance de la monnaie fiduciaire risque de compliquer la gestion macroéconomique car pouvant alimenter les anticipations inflationnistes et affaiblir les canaux de transmission de la politique monétaire.

Ali Titouche


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.