Coupe de la CAF - 1⁄4 de finale (aller) : la JSK s'impose à Sfax    Le président Tebboune ordonne l'entame de l'exploitation de la mine de Gar Djebilet    Le Front Polisario appelle l'UA à la mise en œuvre de ses résolutions    L'agression sur les trains "inadmissible", poursuites judiciaires contre les auteurs    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Ouverture des frontières : Cinq vols quotidiens à partir du 1er juin    L'UNPA dénonce avec fermeté l'agression de l'occupation sioniste contre le peuple palestinien    Début du retrait des convocations aux examens du BAC et du BEM    Garde à vue « probablement » prolongée pour la journaliste Kenza Khetto, selon Radio M    Arsenal : Vers le come-back de Ramsey    Coronavirus : 117 nouveaux cas, 108 guérisons et 8 décès    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 21ème journée    Distribution de 3 018 logements AADL après 20 ans de retard    La réouverture des frontières au menu    Aïn Hammurabi de Abdellatif Ould Abdellah : évocation innovante de la mémoire de sang perdue    Des Journées du film norvégien à Alger    La Chine pose son rover sur Mars    LE CHABAB PREND OPTION POUR LES DEMI-FINALES    Eternels atermoiements    "NOUS SOMMES DANS UNE SITUATION DE SECHERESSE ALARMANTE"    Un mort et 37 blessés à Béjaïa    Les syndicats menacent de boycotter l'entrevue    Situation stable dans les hôpitaux    Nouvelle opération de déstockage    Le MCA jouera sa saison à Casablanca    "Non, ce n'est pas un problème d'hygiène de vie"    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Ahcène Mariche. poète et auteur : «Mes livres sont des supports didactiques»    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    Israël et l'effet boomerang    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    L'extrémisme des états    Gaza brûle...    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Les (mauvaises) manières du «discours»    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    Les causes d'une déconfiture    L'Anie sous haute surveillance    Le bouclier juridique    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"La mutation du virus est un processus normal"
Pr Kamel Djenouhat, président de la société algérienne d'immunologie
Publié dans Liberté le 11 - 02 - 2021

Liberté : Les vaccins acquis par l'Algérie auprès du centre de recherche russe Gamaleïa et du groupe britannique AstraZeneca sont-ils efficaces contre les variants britannique ou sud-africain du Covid-19 ?
Pr Kamel Djenouhat : Ce qu'il faut savoir en matière de vaccins anti-Sars-CoV-2, même si les laboratoires pharmaceutiques ont utilisé des technologies différentes, c'est que la finalité de leurs produits est la même. C'est-à-dire stimuler ou provoquer une réponse immunitaire contre la protéine S.
C'est la protéine utilisée par le virus pour infecter les cellules et provoquer la maladie. Par conséquent, le produit final est le même. Donc s'il y avait inefficacité d'un vaccin contre des nouveaux variants, on assisterait à une inefficacité similaire de tous les vaccins.
Néanmoins, les données préliminaires disponibles quant à l'efficacité des vaccins contre les nouveaux variants, particulièrement contre le variant britannique, sont rassurantes, même si on assiste à une très légère baisse de l'efficacité qui n'impacte pas l'efficacité globale des vaccins.
Pour ce qui est des variants sud-africain et amazonien ou brésilien, il y a peu de données disponibles avec, parfois, des résultats contradictoires. Je pense qu'on aura plus de données et de précisions dans les jours à venir.
Quelle est la particularité du variant britannique ou sud-africain par rapport aux autres mutations qu'a connues le coronavirus ?
Avant de répondre, j'aimerais bien rappeler que les mutations des virus représentent un processus normal qui entre dans son cycle de vie. D'ailleurs, dans une déclaration faite à votre journal durant l'été dernier, nous avons parlé du virus prédominant qui présente la mutation D614G, exprimant à sa surface une molécule spike qui rend la souche plus contagieuse.
Cette mutation est absente de la souche originale chinoise. Pour ce qui est du variant britannique, paru en septembre et qui n'a été diagnostiqué qu'en décembre, il présente quelques caractéristiques spécifiques, qui ont été d'ailleurs rapportées sur le site de l'Office national des statistiques britanniques pouvant être modifiées : sur le plan génomique, c'est un variant présentant une dizaine de mutations dont la moitié touche le gène codant pour la protéine S. Epidémiologiquement parlant, il s'agit d'un variant qui se distingue par une grande vitesse de contagiosité, supérieure de 56% par rapport aux précédents, et lorsqu'il rentre dans une famille, c'est la quasi-totalité des membres qui sont atteints.
S'agissant des signes cliniques, il faut savoir que la perte du goût et de l'odorat sont moins fréquents, alors que les autres symptômes dominants sont la toux, la fièvre, les maux de tête et les douleurs musculaires. La chose spécifique de ce variant est due au fait que les formes asymptomatiques sont rares. Il touche beaucoup plus les formes jeunes, même les enfants ne sont pas épargnés.
Existe-t-il des moyens de diagnostic spécifiques pour identifier ces variants ?
Pour ce qui est des moyens diagnostiques biologiques, il n'y avait que la PCR qui permettait de suspecter ce variant (présence de gènes du Sars-CoV-2 à l'exception du gène S) avant la confirmation par séquençage. J'insiste sur le fait que diagnostiquer ce variant ne change rien à la prise en charge thérapeutique et les mesures préventives restent les mêmes.
Pour les tests antigéniques, je pense qu'ils ne seront pas efficaces pour le dépistage de ces variants du fait que la plupart des techniques sont basées sur la recherche de la protéine NP et non de la protéine S.
Le maintien de la fermeture des frontières préconisé par le Comité scientifique malgré l'amélioration la situation épidémiologique demeure-t-il une solution sage pour se protéger de ces variants ?
Je comprends bien la sage décision du Comité scientifique qui vise à prévenir l'entrée du nouveau variant dans une conjoncture où nous assistons à une décrue de la pandémie chez nous par rapport à ce qu'on observe dans le reste du monde. Néanmoins, si la situation l'oblige, on peut copier le système islandais ou le système anglais.
Pour le système islandais, il se base sur l'exigence d'une PCR négative datant de moins de 3 jours suivie d'un confinement de 5 jours et de refaire la PCR ou le test antigénique. S'il s'avère négatif le citoyen est déconfiné. On a parlé à maintes reprises de cette procédure efficace pour prévenir l'entrée des nouveaux variants. D'ailleurs, plusieurs pays ont adopté ce modèle et ont commencé à l'appliquer. Néanmoins, on sait très bien que cette procédure a un coût.

Entretien réalisé par : HANAFI HATTOU


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.