Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    La Moudjahida Annie Steiner sera inhumé aujourd'hui à El Alia    Que faire pour réguler le marché ?    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Le Conseil de sécurité face à ses responsabilités    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    7 décès et 182 nouveaux cas    Les 22 manifestants maintenus en détention    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Promenade des Sablettes : Campagne de sensibilisation à la sécurité routière    Plus de 600 affaires traitées depuis janvier    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Fondation Kennedy appelle Biden à annuler la décision de Trump
Sahara occidental
Publié dans Liberté le 21 - 02 - 2021

Le nouveau locataire de la Maison-Blanche est sollicité pour surseoir à la décision de son prédécesseur d'ouvrir une représentation diplomatique dans la ville de Laayoune occupée.
La fondation américaine RF Kennedy pour les droits de l'homme a lancé un appel à la nouvelle administration Biden pour l'inciter à "annuler la décision dommageable" de Trump sur la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental.
"Pour que la situation ne s'aggrave pas davantage, l'administration Biden doit rapidement annuler la décision dommageable de Trump sur le Sahara occidental en déclarant son désaccord avec elle (et) soutenir activement un effort de règlement de l'ONU redynamisé", écrit la présidente de la fondation RF Kennedy.
Kerry Kennedy explique que "cela comprend la nomination d'un nouvel envoyé personnel pour le Sahara occidental, un poste critique qui n'a pas été pourvu depuis plus de 18 mois, ainsi que l'inclusion d'un mandat des droits de l'homme attendu depuis longtemps à la mission de maintien de la paix des Nations unies dans la région". Elle rappelle que "pendant la campagne électorale, Biden a promis que l'Amérique donnerait à nouveau l'exemple dans les affaires internationales", estimant qu'"il s'agit d'un premier test clé".
Rappelant également que la reconnaissance par l'administration Trump de la "prétendue" souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental fait suite à l'agression militaire marocaine dans la brèche d'El-Gueguerat, le 13 novembre 2020, qui a menacé l'accord de cessez-le-feu déjà fragile avec le Front Polisario, Kerry Kennedy estime qu'"en tant que personne qui travaille activement pour la paix dans la région depuis des années, il est clair que l'administration Trump joue avec le feu".
"En décembre 2020, l'administration (Trump) a troqué le droit sahraoui à l'autodétermination – le mandat sur lequel les Etats-Unis eux-mêmes ont été formés – contre un accord dans lequel le Maroc reconnaît l'entité sioniste, ignorant des décennies d'efforts menés par les Nations unies (ONU) pour parvenir à un accord entre le Front Polisario et le Maroc", déplore la présidente de la fondation Kennedy.
"Alors que les victoires sont claires pour l'entité sioniste et le Maroc, le peuple sahraoui est à nouveau vulnérable et ignoré", ajoute la fille de Robert Kennedy, faisant savoir qu'"en tant que l'une des rares organisations de défense des droits de l'homme autorisées par les autorités (marocaines) à visiter le territoire, nous savons que les choses n'ont fait qu'empirer".
Elle a notamment cité le cas de la militante sahraouie Aminatou Haïdar qui, en décembre 2020, "a commencé à subir une nouvelle vague de harcèlement, y compris une surveillance constante et une campagne de dénigrement, après avoir annoncé la création d'une nouvelle organisation de défense du peuple sahraoui".
Regrettant la non-tenue d'un référendum sur l'autodétermination au Sahara occidental promis depuis longtemps, Kerry Kennedy a, en outre, rappelé que des Sahraouis vivant dans la région "sont contraints de vivre dans un état d'oppression dans lequel ils vivent depuis près de quatre décennies, entraînant des effets négatifs à long terme sur leur culture et leur bien-être général". "Malgré les obligations internationales du Maroc en matière de droits humains, il existe une impunité quasi absolue pour les exactions commises contre le peuple sahraoui, qui vit dans un état de peur et d'oppression constante", déplore également la présidente de la Fondation Kennedy, assurant que "dans le Sahara occidental sous contrôle marocain, la présence écrasante des forces de sécurité, les violations des droits à la vie, à la liberté, à l'intégrité personnelle et à la liberté d'expression, de réunion et d'association créent un état de peur et d'intimidation qui viole l'état de droit et le respect des droits de l'homme du peuple sahraoui". "Il n'y a pratiquement pas de poursuites des violations des droits de l'homme, et les fonctionnaires responsables des violations et de la torture marchent librement dans les rues", a-t-elle martelé.

APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.