Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    «Soyez prêts à toutes les éventualités!»    Absence de culture ou...    Une station pour chaque wilaya côtière    Le Sud libyen sur une poudrière    Elucubrations d'un ex-wali qui crie à l'innocence    «La Chine soutient fermement l'Algérie»    La troisième escale du périple africain    Des affrontements tribaux font 20 morts    Pas de finale pour Djokovic    Patrick Moster renvoyé    Bidani prêt pour la compétition ?    Les promesses de Benbouzid    Le dossier à fournir    Benhabylès veut-elle noyer le débat?    Le programme Renovators 2021 de Oppo    Le cinéma algérien à l'honneur    L'écrivain boukhalfa bittam manque à tizi ouzou    Liverpool : Trent Alexander-Arnold blindé    L'Algérie face à une vague pandémique meurtrière inédite    Musique. Décès de Salem Atakor, précurseur du heavy metal algérien    Liverpool : Van Dijk affiche un niveau "inquiétant" pour son retour    West Ham prépare une offre pour un défenseur de Chelsea    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    La rage de vivre    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Wali/PAPW : le ménage artificiel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Oran se met au régime sec
Seule la moitié de sa production totale de l'eau lui est réservée
Publié dans Liberté le 28 - 02 - 2021

Un nouveau programme de distribution a été adopté par la Seor, et Oran ne bénéficiera que de 500 000 m3 alors que ses besoins en eau sont de 560 000 m3.
La rationalisation de l'eau potable, suivie de coupures d'eau une fois sur deux jours ou plus, touche tous les clients de la Seor (Société de l'eau et de l'assainissement d'Oran), selon le nouveau programme de distribution. "Oran bénéficie de 50% de la production totale de 1 million de m3/j.
Les 500 000 m3 restants sont orientés vers quatre wilayas, à savoir Mostaganem, Mascara, Relizane et Aïn Témouchent, dans le cadre du nouveau programme de rationalisation de l'eau potable pour faire face aux besoins en eau potable lors du mois sacré du Ramadhan et la saison estivale", a déclaré le DG de la Seor, Oussama Helaïli, lors d'un point de presse organisé, mercredi 24 février, au centre opérationnel d'Oran.
Cependant, la wilaya a besoin d'au moins 560 000 m3/j, ce qui représente un déficit de 60 000 m3, selon un cadre de la société, d'où les coupures d'eau. Il faut savoir que l'eau à traiter provient d'abord des eaux superficielles (oued, lacs et barrages), des eaux non conventionnelles (le dessalement de l'eau de mer) et enfin des eaux souterraines (forages).
Le faible taux de pluviosité et les nombreuses pannes des usines de dessalement affectent sérieusement le volume d'eau à traiter et perturbent ainsi la distribution. Une situation qui oblige la Seor à jongler avec le programme de distribution pour satisfaire les besoins de ses clients.
Pour en savoir plus sur les contraintes rencontrées, la Seor a organisé une visite guidée dans ses ouvrages hydrauliques, situés à l'ouest de la wilaya et qui alimentent la partie Ouest d'Oran.
Le constat est accablant, puisque pour la station de prétraitement de l'oued Tafna, à Aïn Témouchent, l'oued en question est presque à sec, alors que pour le cratère Dzioua, un bassin d'un volume de 13 millions de m3, il est rempli à 30% seulement de sa capacité.
Quant à la station de dessalement de l'eau de mer, d'une capacité de 200 000 m3/j, situé à Beni Saf et qui alimente Oran et Aïn Témouchent, soit 100 000 m3 chacune, l'eau potable est vendue 89 DA/m3 par l'usine à la Seor, au moment où le client la paye à partir de 6,30 DA/m3 (selon les tranches de consommation), soit 15 fois moins cher.
"L'eau potable est subventionnée. C'est à l'Etat de payer la différence", a affirmé un cadre de la Seor. Le constat sur la disponibilité de l'eau fait au cours de la visite guidée est que la situation est assez préoccupante. "Le client est appelé à rationnaliser sa consommation.
Evitons le gaspillage. Si la sècheresse persiste, l'été sera chaud à ne pas en douter, bien que des solutions soient préconisées tels les lâchers d'eau des barrages en cas de besoin urgent", a expliqué le même responsable.
Certes, la Seor et les pouvoirs publics tentent de trouver des solutions, mais l'avenir ne sera assuré que par les usines de dessalement de l'eau de mer pour Oran face à ses besoins croissants en eau potable vu le manque d'eau qui frappe la région ouest du pays, à en croire les spécialistes.

NOUREDDINE BENABBOU


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.