Leipzig : Nagelsmann dément des discussions avec le Bayern    Barça : Les joueurs font la queue pour une photo avec Messi (Vidéo)    Responsable sahraoui : "Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc"    La Conférence de Bandung, début de la participation algérienne dans les fora internationaux    DGSN : installation de nouveaux chefs de Sûreté de wilayas    La phase de déploiement de la stratégie Sonelgaz-horizon 2035 sera bientôt entamée    Coronavirus: 156 nouveaux cas, 111 guérisons et 3 décès    Législatives du 12 juin: dernier délai pour le dépôt des dossiers de candidature, jeudi à minuit    Coupe de la Ligue : les matchs de mardi avancés à 15h30    Tribunal de Tipaza : Kamel Chikhi, dit «El Boucher», condamné à deux ans de prison ferme    Fédération algérienne de football : la passation de consignes Zetchi – Amara mardi    Vaccins anti-Covid : Les risques dus aux effets secondaires sont «négligeables», selon le Pr Mahiaoui    Enseignement supérieur : le recrutement direct des diplômés de doctorat «impossible », selon le ministre    Dangereuses menaces sur la Mosquée d'Al-Aqsa    «La présence de 1 588 containers en zones de stockage n'est pas logique»    Chranou explique les raisons du départ de l'entraîneur Sahraoui    Agressions contre le foncier public    Tadjine aux épinards    Les restaurants Errahma sont de retour    «Le Printemps berbère n'était pas venu spontanément»    Sale temps pour le Mouloudia    Des citoyens bloquent le centre-ville    Le scénario du groupe bancaire Crédit Agricole    L'Ahaggar, la bataille des territoires    Marche à Montréal pour célébrer le Printemps berbère    Forte mobilisation malgré le jeûne    Le Conseil de sécurité approuve le déploiement d'observateurs    Les Kabyles mettent le cap sur Garoua    Coronavirus: plus de 3 millions de morts dans le monde, course à la vaccination    Béchar : La pénurie du lait en sachet réapparaît    Théâtre régional de Mostaganem : Riche programme artistique et culturel    Fin de mission ou redéploiement ?    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    Quand la vie se résume à un poème    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Tebboune préside la réunion périodique    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    L'Abef allège le recours au Credoc    Le pic de l'inconscience    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    L'appareil sécuritaire toujours prêt face à la menace terroriste    13 Tonnes de pain jetées à la poubelle    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Un cocktail culturel varié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le procès de 5 cadres de la DJS reporté au 29 mars
TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE BEJAïA
Publié dans Liberté le 02 - 03 - 2021

Le tribunal correctionnel de Béjaïa a reporté, hier, au 29 mars prochain, le procès des cinq cadres de la Direction de la jeunesse et des sports (DJS) de la même wilaya, poursuivis pour "dilapidation de deniers publics" et "abus de fonction".
En effet, sur demande des avocats de la défense, le juge près le tribunal de première instance de la ville des Hammadites a décidé le report de cette scandaleuse affaire qui ne manquera pas d'ébranler le secteur de la jeunesse et des sports à Béjaïa.
Près d'une dizaine de témoins, composés essentiellement de fonctionnaires du même secteur, ont été appelés à la barre dans le cadre de ce procès mettant en cause cinq cadres de la jeunesse et des sports, dont Boubekeur L., l'actuel chef de service des activités de jeunes à la DJS de Béjaïa, un ex-directeur de l'Office des établissements de jeunes (Odej) de Béjaïa, El-Kheyer T., ainsi que trois autres fonctionnaires de la même institution publique.
Selon une source proche du dossier, l'enquête judiciaire menée par les éléments de la Section de recherches de la Gendarmerie nationale de Béjaïa a permis de constater des infractions pénales commises par les mis en cause, en relevant plusieurs éléments confortant les soupçons de dilapidation de fonds publics et d'abus de fonction.
En fait, les cinq cadres de la DJS incriminés dans cette affaire se seraient notamment rendus coupables de détournements de sommes faramineuses puisées dans le fonds de wilaya, destiné à subventionner les associations des activités de jeunes (AAJ). À cela s'ajoutent les recettes provenant des prestations de services réalisées par les établissements relevant de l'Odej, notamment les maisons de jeunes, les auberges de jeunesse, les camps de jeunes...
Nous avons appris que tous les revenus financiers émanant de ces prestations de services (hébergement, restauration, aires de jeux, activités artistiques et autres spectacles...) sont versés dans la régie de ces établissements, dont la gestion se caractérise par une opacité indescriptible. On cite, à titre d'exemple, les recettes émanant de la location du bloc d'accueil géré par les responsables de la maison de jeunes Hariche-Mohand d'Aokas.
"Cela fait plus de huit ans que ce centre d'hébergement, d'une capacité de 50 lits, est géré d'une manière pour le moins douteuse", nous confie un ancien cadre de la DJS de Béjaïa. Selon lui, la gestion de ces revenus par les responsables des établissements de jeunes est contraire à la réglementation en vigueur.
"On a transgressé les dispositions du décret exécutif n°07-01 du 6 janvier 2007 portant transformation des centres d'information et d'animation de la jeunesse en offices des établissements de jeunes de wilaya (Odej)", soutient-il. Avant d'ajouter que "les articles 37 et 38 du même décret exécutif stipulent que la comptabilité de l'office (Odej) est tenue selon les règles de la comptabilité publique.
L'agent comptable désigné ou agréé par le ministre des Finances tient la comptabilité de l'office conformément à la réglementation en vigueur". Notre interlocuteur déplorera, en outre, que "même les instructions ministérielles ordonnant la fermeture de tous les comptes CCP ou bancaires des établissements de jeunes n'ont pas été prises en considération".


KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.