Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pari gagné pour la communauté universitaire
BEJAIA
Publié dans Liberté le 03 - 03 - 2021

"Ni Etat militaire ni Etat islamiste, l'Algérie libre et démocratique vivra !", scandaient, hier, des centaines d'étudiants de l'université Abderrahmane-Mira de Béjaïa, lors de leur première marche après un an de trêve sanitaire.
La communauté universitaire de Béjaïa, qui s'est distinguée par son engagement infaillible dans la révolution du sourire, a, sans conteste, réussi son pari de renouer avec la mobilisation et l'ambiance festive qui avaient caractérisé les manifestations hebdomadaires du Hirak.
En effet, plusieurs centaines d'étudiants, d'enseignants et de travailleurs ATS ont battu le pavé, hier, depuis le campus Targa-Ouzemour, point de départ habituel des marches hebdomadaires, jusqu'à la place de la Liberté d'expression Saïd-Mekbel.
Brandissant le drapeau national aux côtés de l'emblème amazigh, les manifestants ont repris, tout au long de leur itinéraire, les slogans phare du mouvement populaire né le 22 février 2019.
"Dawla madania, machi âaskaria" (pour un Etat civil et non militaire), "Djazaïr hourra démocratia" (pour une Algérie libre et démocratique), "Mazalagh d-Imazighen" (nous demeurons des Amazighs), "Echaâb yourid isqat ennidam" (le peuple veut la chute du régime), "H'na ouled Amirouche, marche arrière ma n'wellouch" (nous sommes les descendants du colonel Amirouche, nous ne ferons jamais marche arrière), "Ennidal, ennidal, hatta yaskot ennidam" (nous poursuivrons notre combat jusqu'à la chute du régime), "système dégage"... sont autant de chants et de mots d'ordre clamés par la foule.
Après avoir sillonné la route du stade de l'Unité maghrébine, le carrefour d'Aâmriw, puis le boulevard de la Révolution, la procession humaine gagne la rue de la Liberté — Hocine-Aït Ahmed —, avant de converger vers la symbolique place Saïd-Mekbel, point de chute de la manifestation.
Là encore, les manifestants scandent de nouveau les mêmes slogans réclamant "le départ définitif du système", "la mise en place d'une période de transition" et "l'instauration d'un véritable Etat civil, démocratique et social".

KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.