Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Amara s'engage à de "profondes réformes"    Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    Le Président Tebboune exhorte les jeunes à tracer leur voie vers la réussite par le travail, le savoir et la rigueur morale    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Ces partis à candidats «extra-muros»    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ONU demande une enquête "impartiale"
cas de torture en algérie
Publié dans Liberté le 06 - 03 - 2021

Après des mois d'observation, la communauté internationale réagit à ce qui se passe dans notre pays. Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les droits de l'Homme enjoint les autorités algériennes à "mettre fin aux violences" contre les manifestants pacifiques.
S'exprimant au nom de Michelle Bachelet, la Haut-Commissaire des Nations unies pour les droits de l'Homme, Rupert Colville, un des porte-paroles de l'organisation, estime que "nous sommes très préoccupés par la détérioration de la situation des droits de l'Homme en Algérie et par la répression continue et croissante contre les membres du mouvement pro-démocratique du Hirak".
Pour appuyer ses accusations, le responsable onusien évoque "des informations crédibles" qui indiquent que "quelque 1 000 personnes ont été poursuivies pour avoir participé au mouvement Hirak ou pour avoir publié des messages sur les réseaux sociaux critiquant le gouvernement".
Il ajoutera que selon les mêmes informations, "au moins 32 personnes sont actuellement détenues pour avoir exercé légitimement leurs droits humains, et certaines d'entre elles encourent de longues peines tandis que d'autres sont toujours en détention provisoire".
Le document appelle les autorités "à libérer immédiatement et sans condition toutes les personnes arrêtées ou détenues arbitrairement pour avoir prétendument soutenu le Hirak et à abandonner toutes les charges retenues contre elles".
Le Haut-Commissariat des droits de l'Homme des Nations unies ne se limite pas à la dénonciation des arrestations. Il évoque les "allégation de torture et de mauvais traitement en détention, y compris des violences sexuelles", pour lesquelles, il exige de "mener des enquêtes rapides, impartiales et efficaces" et de "demander des comptes à tous les responsables et à garantir que les victimes aient accès à des réparations".
En plus de ces actes immédiats, l'organisation onusienne exhorte les autorités algériennes à "abroger les dispositions juridiques et les politiques utilisées pour poursuivre les personnes qui exercent leurs droits à la liberté d'opinion et d'expression et de réunion pacifique".
C'est la première fois que l'Organisation des Nations unies réagit fermement face aux violations des droits de l'Homme en Algérie depuis le début du Hirak en 2019. Jusque-là, l'ONU se limitait à évoquer "la nécessité d'instaurer un Etat démocratique".
C'était le cas d'ailleurs, la semaine dernière, lors d'une communication de Michelle Bachelet qui évoquait l'impératif d'aller vers des " élections transparentes et crédibles".
En dehors de l'ONU, seuls des parlementaires européens ont évoqué jusque-là la dégradation de la situation des droits de l'Homme en Algérie. En réponse, les autorités ont organisé une campagne médiatique dénonçant "un complot contre l'Algérie". Comment réagiront-elles maintenant ?

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.