Real : Rüdiger est la priorité défensive    L'Algérie pour écrire son nom sur les tablettes de l'épreuve    Lionel Messi au septième ciel du football à Paris    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    "EDEX-2021" du Caire : Said Chanegriha reçu par son homologue égyptien    Opep+ œuvrera à préserver l'équilibre du marché dans le contexte des craintes du variant Omicron    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Raffinerie de Skikda : une flamme derrière l'incident survenu mardi    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Covid-19: la pandémie a fait au moins 5.206.370 morts dans le monde    Séance de travail Lamamra-Wang Yi à Dakar    (EXCLUSIF) Noureddine Tayebi (fondateur de "Yassir"): « ce n'était pas une mince affaire »    Monoxyde de carbone : 95 décès depuis le début de l'année    Le rôle pionner de l'APS dans l'accès du citoyen à l'information mis en exergue    Sebgag dépêché en urgence à Oran    Plus de 200 investisseurs mis en demeure en 2021    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    La campagne nationale de vaccination lancée    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    Vers le dénouement de la crise ?    Une bureaucratie en remplace une autre !    Les nouvelles technologies au secours de la culture    "Fahla , l'audace dans la langue algérienne"    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Le Maroc et Israël main dans la main contre l'Algérie    11 entraîneurs européens présents au Qatar    10 000 hectares réservés à la céréaliculture à El-Ménéa    L'article 29 à la carte !    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    «L'Algérie se considère actuellement comme un Etat en confrontation avec l'entité sioniste»    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    Une bonne nouvelle peut cacher un film    ACTUCULT    Compliqué pour la Saoura, jouable pour la JSK    Deuxième succès des Algériennes face à la Tunisie    Prévue le 7 décembre: Grève annoncée à la Santé    Les rejets anarchiques prennent de l'ampleur: 720 tonnes de déchets inertes collectées en trois jours    «La faiblesse des flux Internet fausse tout»    Les spéculateurs ont la peau dure    Assommants cachets...    «L'Algérie ne renoncera pas!»    Le monde vu par El Moudjahid    Une ville cruciale dans la guerre au Yémen    Un cas unique de corruption    Kamel Aziz «l'héritier de Amar Ezzahi»    Les orphelins de la vallée de la Soummam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Wassini Bouazza, "crime et châtiment"
Condamné, jeudi, par le tribunal militaire de Blida À 16 ANS de prison ferme
Publié dans Liberté le 03 - 04 - 2021

Tout puissant qu'il a pu être, la chute a été dure pour le général Wassini Bouazza, ex-patron de la sécurité intérieure, condamné, jeudi soir, par le tribunal militaire de Blida où se tenait son procès, à une peine de 16 ans de prison ferme.
Poursuivi pour quatre chefs d'accusation, à savoir "trafic d'influence, infraction aux consignes de l'armée, entrave à la justice et enrichissement illicite", il a comparu avec quatre autres officiers, tous ses subordonnés, qui ont écopé, à leur tour, de 15 ans pour deux d'entre eux et de 14 ans pour les deux autres.
Notons, également, que treize officiers convoqués comme témoins ont vu leur statut basculer vers celui d'accusés et sont placés en détention. Ils seront jugés, lors d'un autre procès pour les mêmes faits.
Arrêté en avril dernier, aussitôt après avoir été démis de ses fonctions, l'ex-patron de la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure), le général Wassini Bouazza, a été condamné en appel le 23 juin 2020 par le tribunal militaire de Blida à une peine de huit ans de prison ferme assortie d'une amende de 500 000 DA.
Il était notamment poursuivi pour "faux et usage de faux, atteinte à corps constitués, détention d'arme à feu et de munitions de type IV". Il semble bien d'ailleurs que la descente aux enfers ne s'arrête pas là pour l'homme fort du temps du défunt chef d'état-major, Ahmed Gaïd Salah, qui l'a désigné à la tête de la sécurité intérieure, amorcée peu de temps après la démission forcée de Bouteflika en avril 2019.
L'on parle aussi d'une troisième affaire, en relation avec la campagne présidentielle de 2019 qui serait en cours d'instruction. Il est accusé, cette fois, d'avoir favorisé le candidat du RND, l'ex-ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, et ce, au détriment des autres candidats.
Il serait ainsi poursuivi dans cette affaire d'"entraves à l'opération électorale", "non-respect des consignes militaires" et "trafic d'influence". C'est dire toute l'étendue du pouvoir dont jouissait l'ex-patron des renseignements qui n'aurait pas manqué de cumuler des actions et autres tentatives pour torpiller le Hirak en usant de tous les subterfuges à même de diviser les rangs du mouvement populaire pourtant pacifique. On lui prête même d'être derrière l'opération "Zéro Kabyle" baptisée "La rencontre de la conscience".
L'initiative dissimulait des desseins sinistres qui visaient particulièrement des partis politiques, tels que le FFS, le RCD et le Mouvement autonome kabyle (MAK). Aujourd'hui, tout remonte à la surface et explose à la figure du sulfureux personnage qui ferait face à une autre affaire qui risque de l'enfoncer davantage.
On reprocherait, justement, au général déchu d'être impliqué dans des faits liés à des campagnes de propagande, en recourant à "des mouches électroniques" sur les réseaux sociaux pour "discréditer le mouvement populaire", "s'attaquer à des figures emblématiques du Hirak ou à des personnalités politiques" et à "diviser les rangs de ces derniers".

Nabila SAIDOUN


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.