"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un parlementaire français empêché de rencontrer les passagers
Six algériens encore bloqués à Roissy
Publié dans Liberté le 15 - 04 - 2021

Le député de La République En Marche, Aurélien Taché, a été empêché, mardi dernier, de rencontrer les six voyageurs algériens encore bloqués dans la zone internationale de l'aéroport de Roissy Charles-De-Gaulles.
Le député devait rendre visite aux passagers en compagnie de leurs deux avocats, Alexandre Albert et Karima Aït El Hadj. Mais l'accès au terminal lui a été refusé par la police aux frontières (PAF) sur ordre du préfet de police de Paris, Didier Lallemand.Dans un point de presse improvisé à l'aéroport, le parlementaire a fait savoir que l'interdiction qui lui a été opposée est "en totale violation avec la loi".
"Il y a une volonté manifeste de dissimuler la situation des personnes qui sont retenues dans cette zone et qui, depuis 45 jours, n'ont pas accédé aux soins, n'ont pas le droit de dormir dans un lit et d'accéder à un repas chaud et qui sont peut-être aussi dans un état de détresse humaine important", a fait savoir Aurélien Taché.
Se disant "en colère" contre son pays, le député ne comprend pas pourquoi "on laisse une situation pareille perdurer" et pourquoi "aucune décision n'est prise pour venir en aide aux passagers restants". "Je pensais que cette situation due à la situation sanitaire allait faire naître de la solidarité et non de l'égoïsme", s'est indigné le parlementaire. Il est à rappeler que les voyageurs algériens encore bloqués à Roissy ne peuvent pas retourner en Grande-Bretagne.
Dans le groupe, il y a notamment un sans-papier et une femme avec un visa expiré. Pour le premier jour du Ramadhan, les passagers ont rompu le jeûne en s'approvisionnant chez les restaurateurs de l'aérogare. Leur avocate affirme qu'ils vivent un enfer. Elle rappelle leurs conditions de vie lamentables en affirmant qu'ils dorment à même le sol, qu'ils sont éclairés jour et nuit par les lampes de l'aéroport et qu'ils doivent supporter les annonces dans les haut-parleurs toutes les 15 minutes.
En plus des recours introduits devant la justice, les avocats des passagers s'emploient à trouver des solutions pour les sortir de l'aéroport et cherchent à sensibiliser la classe politique française. "Les autorités françaises doivent prendre leurs responsabilités en offrant un accès aux soins et à un hébergement", demande de son côté Aurélien Taché, en affirmant qu'il va saisir le président de la République Emmanuel Macron.

S. L.-K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.