Tottenham: Levy sème le doute sur un potentiel départ de Kane !    Danemark: Laudrup allume l'UEFA !    Reprise du pompage de l'eau au barrage de Boussiaba    La direction du tourisme table sur une meilleure gestion des plages    Tensions sur fond de corruption    BRÈVES...    Le deux poids, deux mesures de l'Anie !    Les textes d'application enfin ficelés    Le Liberia remplace le Burundi    Cap sur le championnat    Euro 2020 : Le programme du jour    Timor oriental soutient, l'alliance des partis sud-africains condamne    Un réseau de passeurs démantelé    Bengrina au-dessus des lois ?    Ouverture aujourd'hui des «Nuits du cinéma égyptien» en Algérie    Béjaïa : Difficile d'atteindre le 1% de votants    Tizi Ouzou : 99% des électeurs ont boudé le scrutin    Des Verts imbattables !    "CETTE SELECTION VA ME BOOSTER"    Pétition pour le retrait de confiance au ministre de l'Intérieur    L'Opep table sur une accélération de la reprise de la demande    Le hadj autorisé pour 60 000 Saoudiens vaccinés    Les membres officiellement désignés    Reprise aujourd'hui des RDV pour le visa espagnol    Déroulement du scrutin, vote de personnalités politiques et taux de participation à la Une de la presse    Arrêtées jeudi et vendredi: Plusieurs personnes libérées    L'impératif de l'investissement pour le G7    Députés, mécaniciens et plombiers    Pour préserver le cadre de vie et l'environnement de leurs quartiers: Des commerçants revendiquent des lieux pour l'entreposage de cartons    Gdyel: De nouvelles infrastructures pour la prochaine rentrée scolaire    Djamel Belmadi: «On a eu ce qu'on voulait»    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Un séminaire pour le lancement de la 2ème promotion MBA Corporate    L'Algérie nouvelle, alea jacta est !    Les travaux de restauration des Arènes achevés: Des activités culturelles et sportives après la levée du confinement    La mission du futur gouvernement : Mettre en état un Etat qui était dans tous ses états (1ère partie)    Un casse-tête appelé «salles des fêtes»    Trois Algériens arrêtés    Le Président du Timor oriental réitère le soutien à la cause sahraouie    Un Shopping Maul    93 millions de dollars à économiser    Un adolescent tué par des soldats sionistes en Cisjordanie    L'ONU constate une baisse des attaques    L'abécédaire de l'âme en peinture    Le cinéaste russe ne défendra pas son film    La force du côté obscur des salles!    La pratique et la compétition politiques s'améliorent    Le FLN aspire à contribuer à l'édification des institutions de l'état    Un nouveau gouvernement formé au Mali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le prêche de la controverse
Un imam suspendu par le ministère des Affaires religieuses
Publié dans Liberté le 17 - 04 - 2021

Le verbe haut, la voix porteuse, quelque peu dépité, Yacine Lerari a transformé le "minbar" de la mosquée Ettawba (la repentance) de Bouzaréa (Alger) en tribune politique.
Lors d'une prière, le jeune homme, habillé d'une tunique blanche, une barbe négligée, s'en est pris au ministère des Affaires religieuses qui a décidé d'instaurer des règles très strictes dans les mosquées pour lutter contre la Covid-19. "On dirait que ceux qui viennent ici ne sont pas les mêmes que ceux qui vont au marché, au café, dans les salles et aux Sablettes", fulmine-t-il.
Il affiche ainsi sa colère contre le "deux poids, deux mesures" du ministère des Affaires religieuses qui, selon lui, "tolère les regroupements dans les cafés" et dans d'autres lieux publics. "Mais on dirait que le virus ne réside que dans les mosquées", s'emporte-t-il. Pourtant, "nous avons tout fait pour respecter les règles (imposées) que nous soutenons", ajoute-t-il encore.
Mais dans sa volonté de démontrer que les "maisons de Dieu" sont particulièrement "ciblées", Yacine Lerari recourt au langage salafiste. En s'en prenant au pouvoir, il fait, de nouveau, des victimes collatérales, à savoir les femmes, devenues cible préférée des intégristes.
Ces interdits imposés aux mosquées "ne l'ont pas été pour la célébration du 8 Mars. Nous avons vu des femmes danser et se congratuler", a-t-il dit, avant de "bifurquer" : "Nonobstant le fait qu'elles étaient légèrement habillées". Le cliché n'est jamais loin, même lorsqu'il s'agit d'une femme ministre.
L'homme ressort un autre exemple : la ministre de l'Environnement aurait fait la bise à des hommes. "Elle dit que ce sont des frères, mais cela est un autre sujet. Mais sur le plan sanitaire, ce qu'elle a fait est contraire aux recommandations", a encore attaqué le jeune imam.
La situation sanitaire semble avoir servi de rampe de lancement au jeune fonctionnaire pour remettre les vieux antagonismes de la société au cœur des débats. "On ouvre la porte aux femmes non voilées et on la ferme pour celles qui le sont et on donne aux voleurs ce qu'on refuse aux gens honnêtes."
Pour avoir enfreint les instructions du ministère des Affaires religieuses qui interdisent aux imams de sortir des lignes tracées par les autorités, le fonctionnaire a été suspendu. Une décision qui suscite la controverse.
Certains défenseurs de l'imam mettent en avant son droit à la libre parole,
y compris à l'intérieur de la mosquée. Plus que cela, certains estiment que cette sanction n'a rien à voir avec les déclarations visant les femmes, mais c'est plutôt lié à la critique des instructions de la commission des fetwas.
En revanche, d'autres reprochent au jeune imam de véhiculer des clichés sur les femmes non voilées et applaudissent la sanction du ministère des Affaires religieuses. Cette affaire résume, ainsi, par certains aspects, l'une des fractures de la société algérienne.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.