Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Real -Zidane : "Ca montre le caractère de cette équipe"    Juventus : Ronaldo donne un indice sur son avenir    Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie a besoin d'un baril à plus de 169 dollars
Afin de pouvoir équilibrer ses finances
Publié dans Liberté le 19 - 04 - 2021

Selon le Fonds monétaire international, il faudrait un cours du Brent à 169 dollars le baril pour que l'Algérie rééquilibre sont budget en 2021, contre 90,4 dollars le baril l'année dernière.
Le cours du baril de pétrole s'est nettement affermi depuis le début de l'année, passant de 50 dollars en décembre 2020 à plus de 66 dollars la semaine dernière. Même s'il est difficile de savoir si cette dynamique durera dans le temps, il reste qu'elle constitue une bonne nouvelle pour l'économie algérienne, dont le secteur des hydrocarbures génère la quasi-totalité des exportations et environ 40% des revenus budgétaires.
Pour autant, cette hausse reste insuffisante. Selon le Fonds monétaire international (FMI), il faudrait un cours du Brent à 169 dollars le baril pour que l'Algérie rééquilibre sont budget en 2021, contre 90,4 dollars le baril l'année dernière.
L'équilibre des comptes extérieurs nécessite également cette année, un prix de 87,7 dollars le baril.
Comme le retour à des prix pétroliers suffisamment élevés est improbable en l'état actuel des choses et comme la fiscalité pétrolière semble s'éroder avec la baisse tendancielle des quantités d'hydrocarbures exportables, le financement des déficits budgétaires, sans cesse croissants, est devenu une des difficultés sérieuses auxquelles le gouvernement se trouve confronté à l'occasion de chaque exercice budgétaire.
Pour rappel, le cadrage macroéconomique et financier de la loi de finances 2021 a retenu un prix fiscal du baril de pétrole autour de 40 dollars. Les projections du gouvernement fixent, par ailleurs, un prix du marché de 45 dollars le baril. Le déficit budgétaire devrait atteindre 13,57% du produit intérieur brut (PIB), alors que le déficit global du Trésor devrait se creuser à 17,6% du PIB.
Faute de pouvoir réduire substantiellement la dépense publique ou de renforcer les prélèvements au titre de la fiscalité ordinaire, le seul indicateur susceptible d'influer réellement sur le déficit du budget est le niveau des exportations d'hydrocarbures et, en conséquence, celui de la fiscalité pétrolière.
La question de la couverture du déficit devrait alors resurgir rapidement, alors que le président de la République a exclu le recours au "financement non conventionnel". Jusqu'en 2017, les ressources du Fonds de régulation des recettes permettaient de combler les déficits du budget.
Mais la situation se complique depuis cette date, en ce sens que le gouvernement est tenu de trouver d'autres ressources alternatives, à défaut de pouvoir réduire la dépense publique ou d'engager des réformes sérieuses de sa gestion budgétaire.
Selon le cabinet d'études et de conseil ECOtechnics, l'accumulation de déficits, importants, depuis plusieurs années a conduit à un taux d'endettement public élevé, sans doute proche de 50% en 2020. Selon certains experts, la dette publique devrait atteindre 66% du PIB en 2021. Elle reste soutenable, mais "en l'absence de réforme budgétaire importante, ce taux va croître très rapidement, et, à un horizon de trois ou quatre années, atteindre les 100%", prévoit-t-il.
Pour ECOtechnics, "un besoin de financement du Trésor de presque 3 000 milliards de dinars par an est insoutenable à moyen terme, car il appelle une croissance rapide du taux d'endettement de l'Etat et par suite du service de sa dette".

Meziane RABHI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.