Premier League: Liverpool et Firmino renversent Man Utd !    Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Montpellier : Delort buteur face au PSG (Vidéo)    Montpellier : Delort envoie une pique à Mbappé et au PSG    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le greffon de la liberté
41e anniversaire du Printemps berbère d'avril 80
Publié dans Liberté le 20 - 04 - 2021

Aujourd'hui, même si la célébration du Printemps berbère peut être, encore une fois, circonscrite à la seule Kabylie, les valeurs qu'il portait sont déjà diffusées à travers tout le territoire national.
Marche, conférences, tables rondes..., la Kabylie s'apprête encore une fois, sous le signe de la continuité de la lutte, à revisiter une des séquences majeures de l'histoire post-indépendance de l'Algérie en général et du combat pour l'identité et la démocratie en particulier : le Printemps berbère d'avril 1980.
À Tizi Ouzou, en plus de la traditionnelle marche qui réunit à chaque fois des milliers de manifestants qui tiennent, en cette date du 20 avril, à battre le pavé même lorsque aucun appel n'est lancé à cet effet, des rencontres-débats sont également prévues un peu partout autour de cet épisode devenu un repère cardinal pour toutes les luttes qui ont suivi et celles probablement à venir. Une de ces nombreuses rencontres prévues dans les quatre coins de la Kabylie aura lieu à la maison de la culture de Tizi Ouzou, où plusieurs anciens acteurs de ces événements, dont Arab Aknine, Doumane Saïd, Mouloud Lounaouci, Amarouche Mhand, Hend Sadi, Saïd Chemakh, Oussalem Mohand Ouamar et Cherfi Ahcène, prendront part à une table ronde qui abordera la portée de ces événements sous plusieurs angles.
"Tafsut Imazighen - le mouvement de février 2019 : accumulation et continuité", "Vécu du 20 Avril 80 à Alger", "Etat, pouvoir et droits des citoyens", "Printemps berbère vu par trois responsables officiels", "Légitimité politique et histoire" seront les principales thématiques choisies pour cette rencontre de deux jours.
Au-delà de l'aspect commémoratif qu'elles revêtent, les diverses actions initiées, chaque même période d'avril, montrent si besoin que le printemps berbère n'est pas seulement un événement à célébrer mais surtout un instant de ressourcement collectif dans l'œuvre de pédagogie et de pacifisme ainsi que les valeurs de citoyenneté, identitaires, politiques et juridiques qui ont posé, depuis 1980, les jalons de l'Etat algérien moderne et démocratique pour lequel se bat encore aujourd'hui le peuple algérien dans tous ses segments et sa diversité.
Loin donc de tout folklore, le Printemps berbère se veut une halte perpétuellement renouvelée de réflexion et de débat autour des avancées, des insuffisances et des perspectives, sinon un instant de capitalisation et de remise en cause nécessaire pour mieux avancer sur le long chemin de la restauration de la république démocratique rêvée au congrès de la Soummam mais détournée à l'aube de l'indépendance pour en faire une dictature.
Aujourd'hui, même si la célébration du Printemps berbère peut être encore une fois circonscrite à la seule Kabylie, les valeurs qu'il portait sont déjà diffusées à travers tout le territoire national. En témoignent les slogans scandés dans les marches dans la plupart des villes algériennes où les revendications de démocratie, des droits, de liberté, de citoyenneté, de justice, de diversité culturelle posées en 80 sont, consciemment ou inconsciemment, reprises pêle-mêle, par endroits avec même le bonus de la reconnaissance à la Kabylie à travers des slogans tels que "La Kabylie, bravo alikoum, El-Djazaïr teftakhar bikoum".
Même le drapeau amazigh qui a été longtemps vu comme un signe de division a fini par se faire une place dans de nombreuses villes algériennes lorsque le défunt général-major Gaïd Salah l'a interdit. C'est dire qu'aujourd'hui, en dépit de toutes les manœuvres orchestrées durant près de quarante ans par le pouvoir, qui semble avoir compris très tôt les "dangers" du Printemps berbère et qui a donc d'abord œuvré, en vain, pour l'effacer et ensuite pour le folkloriser, les greffons d'avril 80 ont fini par prendre et par éclore sur tout le territoire algérien.
Samir LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.