Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Biographie du défunt    Lumière sur les zones d'ombre    Les préoccupations locales dominent    La pénurie en eau potable était évitable    182 affaires en 9 mois    Annaba a trouvé la parade    Plus de 4 300 employeurs exonérés à Constantine    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    40 000 ha prévus pour la prochaine campagne agricole    Cinglant revers du makhzen    «La rupture avec le Maroc était nécessaire»    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Le MOC et le CRT dans l'embarras    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Les Vertes bouclent leur stage d'évaluation    Tuchel ne lâche pas Werner    Hakimi veut marquer l'histoire du club    Les projections de l'Anade    Ca grogne    Une saignée inévitable    MERIEM    Démarrage des soldes    De nouveaux établissements inaugurés    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    L'EVEIL DES CONSCIENCES    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Sept ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Lamamra s'entretient avec son homologue français    "Le système de santé doit être revu"    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Séminaire pour les arbitres d'élite    300 milliards de dinars en deux ans    Quel impact sur la Sonatrach ?    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Où sont passés les indépendants ?    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Large mouvement de solidarité avec Rabah Karèche
La demande de sa remise en liberté en attente d'examen
Publié dans Liberté le 24 - 04 - 2021

Près d'une semaine après sa mise sous mandat de dépôt à la prison de Tamanrasset pour ses écrits, le journaliste Rabah Karèche est toujours en attente de l'examen de la demande de sa remise en liberté, déposée, pour précision, par son collectif d'avocats, au lendemain de sa détention. "La chambre d'accusation devra l'examiner cette semaine", a dit un de ses avocats, sans pour autant confirmer l'information.
"Nous allons demander l'examen de notre demande à partir de dimanche", a ajouté l'avocat, qui s'est félicité des multiples réactions de soutien et de solidarité avec le journaliste détenu. En effet, les appels à la libération de Rabah Karèche se multiplient depuis son incarcération. Ce week-end, ce sont les journalistes de Tamanrasset qui ont condamné l'incarcération de leur confrère.
Dans leur message, les correspondants de presse exerçant dans la wilaya de Tamanrasset ont appelé "les autorités judiciaires à libérer" un journaliste "talentueux et professionnel". "Rabah Karèche n'est pas seulement un confrère, c'est un frère qui porte en lui l'amour de notre région." "C'est un homme à la plume libre qui donne la parole à ceux qui n'ont en pas", a écrit un confrère.
Des citoyens de la région ont estimé que Rabah Karèche "a toujours été notre soutien avec sa plume", considérant que "sa liberté signifie la nôtre et vice versa". Ils étaient, en effet, des dizaines de journalistes et autant de citoyens qui ont connu le journaliste à avoir apporté leurs témoignages sur "le professionnalisme et le sérieux" de Rabah Karèche.
De son côté, le comité "Smaâna" pour la liberté de la presse en Algérie a estimé dans un communiqué rendu public qu'il a appris "avec consternation l'arrestation du journaliste Rabah Karèche, correspondant du quotidien Liberté à Tamanrasset".
"Le comité dénonce l'incarcération du journaliste Rabah Karèche et nous considérons que les charges retenues contre lui ne sont qu'une justification administrative de l'emprisonnement d'un journaliste dans l'exercice de ses fonctions", ont écrit les membres de ce comité, rappelant que la loi ne prévoit pas de peine préventive pour délit de presse. "Cette affaire constitue un nouvel épisode de l'acharnement contre la liberté de la presse en Algérie.
Rappelons que les cas récents d'Abdelkarim Setouane, condamné le 29 mars dernier à 6 mois de prison ferme, ainsi que la condamnation de Tarek Aït Salamet à 2 mois de prison ferme le 28 février s'inscrivent dans une banalisation du délit de presse qui mène vers la prison", a dénoncé le comité. L'incarcération de Rabah Karèche a été relayée par plusieurs titres étrangers.
Gilles Klein, ancien journaliste de Libération, a également dénoncé l'arrestation de Rabah Karèche dans un post sur les réseaux sociaux. À noter aussi que le comité de soutien à Rabah Karèche, mis sur pied par des journalistes, des militants et des avocats, prépare plusieurs actions dans les jours à venir.
Hier, lors des marches du mouvement populaire, plusieurs pancartes appelant à la libération de Rabah Karèche ont été brandies dans plusieurs villes du pays, notamment en Kabylie et dans l'Algérois.

Mohamed MOULOUDJ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.