Découverte d'un animal mort dans une cargaison de blé français livrée à Oran : Des opérateurs français réagissent    Conférence Berlin 2: appel à hâter la réunification des institutions libyennes    Chabet El Amer : Les villageois protestent devant le siège de l'ADE    Boumerdès : L'impatience des estivants    Le RND "s'alliera" avec les partis formant le pôle national au Parlement    Coronavirus: 370 nouveaux cas, 247 guérisons et 10 décès    JSK-Coton Sport: le club espère 2.000 supporters, 10.000 refusés    Mandat de dépôt et 24 mois de prison pour des tricheurs au BAC    165 000 quintaux de blé attendus    Adjudication de titres miniers : 238 offres techniques relatives à 38 sites retenues    Croatie : Modric encensé par son sélectionneur    Frank Heinrich: "l'autodétermination au Sahara occidental, du seul ressort du peuple sahraoui"    Euro 2020 : Mourinho pas tendre avec Bruno Fernandes    Boukadoum prend part à la réunion du Comité sur la Palestine des pays non-alignés    Le NAHD sommé de réagir, le CRB pour atteindre le podium    L'Algérie conserve ses quatre représentants    L'Algérie à l'épreuve de l'hôte égyptien    Le Polisario salue les marches de solidarité en Espagne    Nouveau gouvernement : que sont les rumeurs devenues ?    Résultats définitifs ce dimanche    Procédure accélérée pour Bedoui    Lancement d'un «guichet à distance» pour le dépôt des dossiers administratifs    Le corps d'un noyé repêché par la Protection civile    Le corps d'un homme repêché du barrage de Aïn-Dalia, après six jours de recherches    Les Mat 49 des vieux guerriers ne se taisent jamais vraiment !    Sortie d'un double album de Takfarinas    À Alger, l'eau au compte-goutte    Vers la création d'une banque de l'import-export    À Moscou, on gagne une voiture si on se fait vacciner !    "LE FINANCEMENT MONETAIRE EST RISQUE"    Benlamri quitte officiellement l'Olympique Lyonnais    Qui a bloqué le projet de l'Epic communal ?    Quel rôle et quelle place pour les indépendants ?    LA DIASPORA MANIFESTE DEVANT LE PARLEMENT CANADIEN À OTTAWA    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    .sortir ...sortir ...sortir ...    Corruption: Le maire de Mostaganem condamné à 2 ans de prison    Que cherche à prouver Haftar ?    Quand on manque d'un projet de société    L'Algérie carburera au sans plomb    Désaccord entre majorité et opposition sur la question sécuritaire    Attaque à la voiture piégée, 6 soldats français et 4 civils blessés    Les prévisions d'Oxford business groupe    Les nouvelles conditions    Quel bilan pour le gouvernement ?    Larbaâ nath irathen en deuil    Des démarches pour le classement des ksour Sfissifa et Tiout    L'Europe en chansons et sans visa!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La marche des étudiants empêchée à Alger
Alors que la mobilisation a été faible en Kabylie
Publié dans Liberté le 28 - 04 - 2021

La marche du mardi qu'organisaient les étudiants, n'a pas eu lieu hier à Alger. Elle a été empêchée par les services de sécurité, qui ont quadrillé, depuis des semaines, de nombreux quartiers et rues de la capitale.
Plusieurs étudiants et même des citoyens ont été interpellés par des policiers en civil au niveau du point de rassemblement qu'est la place des Martyrs d'où cette 114e marche devait s'ébranler à 11 heures.
Parmi les étudiants arrêtés figure Abdenour Aït Saïd, déjà placé sous contrôle judiciaire, en attendant l'examen, dans le fond, de son dossier qui est programmé pour demain, selon Me Nassima Rezazgui, un des membres du Comité de défense des détenus politiques et d'opinion.
D'autres étudiants ont été aussi arrêtés à proximité de la place des Martyrs, alors que des citoyens dont l'enseignant universitaire Mhenna Abdesslam (USTHB) et le militant Djamel-Eddine Oulmane, dont les téléphones étaient éteints toute la journée d'hier.
Une autre figure du soutien citoyen de la marche des étudiants, Mohamed Laïd (retraité âgé de 67 ans) fait également partie des manifestants interpellés hier matin entre 10h30 et 11h. Notre confrère Zoheïr Aberkane, du journal électronique Maghreb Emergent, a été retenu lui aussi au commissariat durant une heure avant d'être relâché.
Contrairement à la marche d'Alger, celle de Tizi Ouzou n'a pas été empêchée, malgré la présence d'un important dispositif policier posté aux alentours du stade du 1er-Novembre, mais n'a pas drainé grande foule.
La marche s'est ébranlée vers 11h de l'entrée principale de l'université Mouloud-Mammeri, en passant par la rue Ahmed-Lamali et le boulevard Abane-Ramdane pour se diriger vers la place de l'Olivier, à la sortie ouest de la ville des Genêts.
Durant tout le parcours, les nombreux manifestants n'ont cessé de scander "Dawla madania, machi Asskaria" (Etat civil et non militaire), "Ulac l'vote ulac", (pas de vote) et "Imazighen".
De larges photos de l'architecte de la Révolution, Abane Ramdane, du lion des djebels, Krim Belkacem, et du rebelle, Lounes Matoub, ont été brandies par les manifestants qui n'ont eu de cesse de réclamer également la libération des détenus d'opinion et contre la stigmatisation de la Kabylie.
À Béjaïa la marche de la communauté universitaire et de la société civile a vu une faible mobilisation et à peine 200 à 300 personnes y ont pris part. Et en l'absence des étudiants, seuls les enseignants et les ATS ont marché depuis le campus de Targa Ouzemour jusqu'à Aâmriw, au niveau de la Maison de la culture plus précisément, où des militants du Hirak, des retraités essentiellement, avaient fait le pied de grue depuis 10h30.
Les manifestants ont notamment scandé des slogans pour la libération des détenus, qualifiés d'"otages", plus précisément les grévistes de la faim. Ils ont scandé en outre les slogans habituels du Hirak, "Pour un Etat civil, non militaire", "Algérie libre et indépendante", etc.

L. M./K. TIGHILT/M. OUYOUGOUTE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.