Le Président Tebboune reçoit le ministre saoudien des Affaires étrangères    Le moudjahid Abbas M'hamed, un parcours remarquable au service du pays    Algérie-République tchèque: Signature d'un procès-verbal de coopération dans le domaine minier    Chanegriha supervise un exercice tactique au niveau de la 5ème Région militaire    Accidents de la route: 17 morts et 480 blessés en une semaine    El Djazaïr Healthcare: le CREA et le MEDS-Sénégal signent un protocole de coopération    Leeds : Kalvin Phillips dans le viseur de Manchester City    Ligue Europa: l'Eintracht Francfort l'emporte aux tirs au but face aux Glasgow Rangers    Le Barça s'intéresse à Koulibaly    Les bases de la transition énergétique    Saison estivale: 550.000 m3/jour pour l'alimentation en eau potable    Tlemcen: Le salon de l'étudiant de retour    Football - Ligue 1: Les poursuivants à l'affût    Tiaret : le mouvement sportif en deuil: Hadj Moumene Ahmed n'est plus    L'imposture totalitaire à l'aune de la duplicité dialectique: Lorsque les médias occidentaux jettent une lumière crue sur des vérités trop longtemps dissimulées    Plaques de signalisation routière, chaises métalliques...: Une bande spécialisée dans le vol démantelée à Bir El Djir    Université: La formation d'ingénieurs privilégiée    Céréales : les stocks stratégiques suffisants    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    La femme et le réajustement des ordres établis    L'ivrogne, ce que dit le cœur et ce que dit la bouche    L'archéologie islamique en question    Une amitié de 60 ans sans aucune ride    Mbappé quasiment d'accord    Brèves Omnisports    La double confrontation face à la Palestine fixée    Le message fort du président Tebboune    La dernière trouvaille du Makhzen    Manifestation à Londres contre l'extradition de Julian Assange    La Médiation internationale se mobilise    Des faussaires de billets de banque arrêtés    Pêche en eau trouble    Une femme à la tête d'un gang de voleurs    «Il couronnera le triomphe électoral du parti»    Pourquoi les prix ont baissé    La Sonelgaz se met de la partie    Les entreprises privées du Btph suffoquent    Amara Rachid: de l'école au maquis    Les nouveaux membres installés    Amar Metref ou la voix d'un humble    Armée sahraouie : nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain dans le secteur de Mahbes    M. Lamamra s'entretient avec son homologue saoudien    L'Algérie œuvre inlassablement pour la consécration de la paix et de la sécurité dans son environnement régional et international    Affaire du groupe Metidji: ouverture du procès en appel    Algérie-Cuba: la profondeur de l'amitié et les liens historiques rappelés à Alger    Recadrage en règle    Réhabilitation des stades de plus de 10.000 places    Le Directeur de la sécurité routière de Mauritanie visite des services opérationnels de la Sûreté nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Trois Européens tués par des terroristes
Attaque au Burkina Faso
Publié dans Liberté le 28 - 04 - 2021

Trois Occidentaux -deux Espagnols et un Irlandais- ont été tués par des terroristes alors qu'un Burkinabé reste toujours disparu dans l'est du Burkina Faso, selon des sources sécuritaires de ce pays.
Cela a eu lieu après l'attaque lundi dans la journée d'une patrouille anti-braconnage composée de militaires et de gardes-forestiers burkinabés, accompagnés de formateurs et journalistes occidentaux, sur l'axe Fada N'Gourma-Pama dans l'est du Burkina Faso.
L'Espagne a confirmé mardi la disparition de deux de ses ressortissants. "Deux citoyens espagnols qui se trouvaient au Burkina Faso sont portés disparus", ont indiqué des sources au sein du ministère des Affaires étrangères.
Les deux Espagnols et l'Irlandais portés disparus sont "des journalistes-formateurs travaillant pour le compte d'une ONG qui œuvre pour la protection de l'environnement", selon une source sécuritaire du Burkina. L'attaque a été menée par des hommes armés circulant à bord de deux véhicules pick-up et d'une dizaine de motos, selon les sources sécuritaires, qui ont précisé que des armes et du matériel, des motos, deux pick-up et un drone, avaient été emportés par les assaillants.
Plusieurs prises en otage d'étrangers ont eu lieu ces dernières années au Burkina Faso confronté depuis 2015 à des attaques jihadistes de plus en plus fréquentes. Un couple d'Australiens avait été enlevé à Djibo, à la frontière avec le Mali et le Niger, dans la nuit du 15 au 16 janvier 2016 lors d'une action apparemment coordonnée avec des attentats à Ouagadougou.
Cette nuit-là, des terroristes avaient ouvert le feu dans les cafés, restaurants et hôtels de l'avenue Kwame Nkrumah, haut lieu de la vie nocturne ouagalaise, faisant 30 morts et 71 blessés. En décembre 2018, un couple italo-canadien avait disparu sur la route entre Bobo-Dioulasso et Ouagadougou.
Il avait été libéré au Mali voisin, après plus d'un an de captivité. Quelques mois auparavant, en septembre 2018, ce sont un Indien et un Sud-Africain qui avaient été enlevés sur le site d'une mine d'or à Inata, dans le nord-ouest du Burkina, puis libérés. Le Burkina Faso, frontalier du Mali et du Niger en proie aux attaques terroristes, en est également la victime régulière depuis 2015.
D'abord concentrées dans le nord du pays, limitrophe du Mali, les exactions attribuées à des groupes jihadistes, dont le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM) affilié à Al-Qaïda et l'Etat islamique au grand Sahara (EIGS), ont ensuite visé la capitale et d'autres régions, notamment l'Est et le Nord-Ouest.
Depuis 2015, les actions violentes des jihadistes ont fait plus de 1200 morts et plus d'un million de déplacés, fuyant les zones de violences.


R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.