Joindre les projets innovants de fin d'études à la propriété intellectuelle    Portugal : Ronaldo égale Miroslav Klose    Athlétisme/Championnats arabes (3e J): quatre nouvelles médailles pour l'Algérie    Education: toute les conditions réunies pour un bon déroulement de l'examen du baccalauréat    LPP: début samedi de l'opération de souscription au niveau de 36 wilayas    Sahara occidental: reconnaître la "prétendue" souveraineté marocaine "nuit à la paix en Afrique du Nord"    L'ancien ministre des Relations avec le Parlement Tahar Khaoua placé en détention provisoire    Coupe de la CAF/Coton Sport-JSK: les "Canaris" pour faire un pas vers la finale    Iran : Raïssi élu président avec 62% des voix, selon des résultats partiels    De l'électricité algérienne pour la Libye    Le gouvernement s'engage à la mise en œuvre de l'accord d'Alger    Coup de poker, coup de maître !    Glody Kilangalanga libéré    Les Canaris à pied d'œuvre à Yaoundé    Le ministre interpellé sur la qualité de l'eau    43 millions de dollars pour subventionner le Barrage vert    Actuculte    L'Algérie veut relancer son accession à l'OMC    Le Cnese appelle à exploiter davantage les traités bilatéraux    Vers une restructuration    "La future APN aggravera la crise"    Hamid Lounaouci nommé conseiller à la Présidence    SEPT PERSONNES PLACEES SOUS MANDAT DE DEPÔT    L'Ethiopie aux urnes lundi pour des élections législatives    Laurent Gbagbo revient en Côte d'Ivoire    LES GERANTS DES SALLES DES FÊTES ONT MARCHE À TIZI OUZOU    Quelque 3 millions de quintaux attendus    D'ENORMES INSUFFISANCES À COMBLER    Espagne : une marche en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    TAKFARINAS,DANSE AVEC L'HISTOIRE    LE VIOL, UN MARQUEUR INDELEBILE    Deux morts déplorés à Zéralda    RCA – MOB : Décisif pour les play-offs    Mouloudia d'Alger : Bensaha, Allati et Rebiai lynchés à l'entraînement    Ath Kouffi (Tizi Ouzou) : Les villageois réalisent un projet d'AEP    Héliopolis a été le théâtre d'un génocide    DES CHOIX ET DES ACTES    Infrastructures scolaires, centres de santé, sûretés urbaines...: D'importants équipements publics dans les nouveaux pôles urbains    Journaliste: être ou ne pas être (II/II)    Le dialogue comme seule alternative    Le Niger rouvre ses frontières terrestres    Trois personnes tuées dans une attaque armée dans l'Est du pays    Chanegriha reçoit une délégation russe    Le défi que s'apprête à réussir le gouvernement    Bengrina souffle le chaud et le froid    Une édition sous le signe de l'espoir    L'activité culturelle reprend de plus belle    Un programme artistique riche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie parmi les grands pollueurs
Sept pays sont responsables des deux tiers du volume mondial de gaz torchés
Publié dans Liberté le 03 - 05 - 2021

Sept pays, dont l'Algérie, sont responsables des deux tiers du volume mondial de gaz torchés, selon de nouvelles estimations reposant sur des données satellitaires recueillies par le Partenariat mondial pour la réduction des gaz torchés (GGFR) de la Banque mondiale.
Selon des données recueillies en 2020, la Russie, l'Iraq, l'Iran, les Etats-Unis, l'Algérie, le Venezuela et le Nigeria continuent d'occuper la tête du classement des pays émetteurs de gaz torchés pour la neuvième année consécutive depuis le lancement du premier satellite en 2012.
"Ces sept pays représentent 40% de la production annuelle de pétrole à travers le monde, mais sont responsables de près des deux tiers du volume mondial de gaz torchés (65%)" indique la Banque mondiale. L'Algérie pointe à la 5e position avec 9,32 milliards de mètres cubes de gaz torchés en 2020, en baisse de 0,02 milliard de mètres cubes par rapport à l'année 2019.
La pratique du brûlage du gaz naturel sur les sites de production pétrolière est le résultat d'une diversité de contraintes liées aux marchés et aux difficultés économiques, mais aussi à l'absence de réglementations appropriées et de volonté politique, relève le rapport.
"Par exemple, des pays comme l'Irak, l'Iran, le Venezuela et l'Algérie possèdent quelques grands champs de torchage" lit-on dans le document. Ceci se traduit par l'émission d'une panoplie de polluants dans l'atmosphère, y compris du dioxyde de carbone et du méthane.
Les émissions de méthane issues du torchage, relève le rapport de la Banque mondiale, contribuent substantiellement au réchauffement de la planète à court et à moyen terme, parce que les effets de ce gaz sont au moins 80 fois plus puissants que ceux du dioxyde de carbone sur un horizon de 20 ans.
Le rapport constate qu'en 2020, année sans précédent pour le secteur pétrolier et gazier, la production pétrolière a décliné de 8% alors que le volume mondial de gaz torchés baissait de 5%.
En volume, la production de pétrole est passée de 82 millions de barils par jour en 2019 à 76 millions en 2020, tandis que la production mondiale de gaz torchés régressait de 150 milliards de mètres cubes en 2019 à 142 milliards en 2020.
Le Partenariat mondial pour la réduction des gaz torchés (GGFR) est un fonds fiduciaire administré par la Banque mondiale qui rassemble des Etats, des compagnies pétrolières et des institutions internationales dans l'objectif de mettre fin au torchage systématique du gaz sur les sites de production pétrolière partout dans le monde.
"Près de 80 pays et compagnies pétrolières se sont engagés à ne pas recourir au torchage de routine pendant la décennie à venir, et certains ont également rejoint notre partenariat mondial, ce qui constitue une évolution très positive", déclare Zubin Bamji, responsable du GGFR.
Dans la liste des compagnies pétrolières qui ont rejoint l'initiative "zéro torchage de routine d'ici 2030" figure Sonatrach. "À l'approche de la prochaine conférence des Nations unies sur le changement climatique à Glasgow, nous continuons d'inviter les dirigeants des pays producteurs de pétrole et des compagnies pétrolières à mettre la réduction des gaz torchés au centre de leurs plans d'action pour le climat", indique Zubin Bamji.

M. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.