Iran : Raïssi élu président avec 62% des voix, selon des résultats partiels    Hongrie-France : Les compositions d'équipes    BAC : Plus de 731.000 candidats attendus dimanche aux preuves du Baccalauréat    Tahar Khaoua et Arezki Berraki sous mandat de dépôt    Le gouvernement s'engage à la mise en œuvre de l'accord d'Alger    Le droit à l'indépendance du Sahara Occidental    Le ministre interpellé sur la qualité de l'eau    Coup de poker, coup de maître !    Glody Kilangalanga libéré    Les Canaris à pied d'œuvre à Yaoundé    De l'électricité algérienne pour la Libye    43 millions de dollars pour subventionner le Barrage vert    Actuculte    L'Ethiopie aux urnes lundi pour des élections législatives    Laurent Gbagbo revient en Côte d'Ivoire    L'Algérie veut relancer son accession à l'OMC    Le Cnese appelle à exploiter davantage les traités bilatéraux    Cinq étudiants primés    Hamid Lounaouci nommé conseiller à la Présidence    JSK-Coton Sport en présence du public ?    Raouraoua garde son poste    SEPT PERSONNES PLACEES SOUS MANDAT DE DEPÔT    "La future APN aggravera la crise"    LES GERANTS DES SALLES DES FÊTES ONT MARCHE À TIZI OUZOU    Quelque 3 millions de quintaux attendus    D'ENORMES INSUFFISANCES À COMBLER    Espagne : une marche en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    TAKFARINAS,DANSE AVEC L'HISTOIRE    LE VIOL, UN MARQUEUR INDELEBILE    Deux morts déplorés à Zéralda    RCA – MOB : Décisif pour les play-offs    Mouloudia d'Alger : Bensaha, Allati et Rebiai lynchés à l'entraînement    Ath Kouffi (Tizi Ouzou) : Les villageois réalisent un projet d'AEP    Héliopolis a été le théâtre d'un génocide    DES CHOIX ET DES ACTES    Infrastructures scolaires, centres de santé, sûretés urbaines...: D'importants équipements publics dans les nouveaux pôles urbains    Logements promotionnels publics: Ouverture de l'opération de souscription dans 39 wilayas    Journaliste: être ou ne pas être (II/II)    Bengrina souffle le chaud et le froid    Le dialogue comme seule alternative    Le défi que s'apprête à réussir le gouvernement    La cybercriminalité dans le viseur de l'Algérie    Chanegriha reçoit une délégation russe    Le Niger rouvre ses frontières terrestres    Trois personnes tuées dans une attaque armée dans l'Est du pays    Une édition sous le signe de l'espoir    L'activité culturelle reprend de plus belle    Un programme artistique riche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





[Vidéo] La déferlante Casbah-Bab El Oued en puissance
La police a réprimé la marche après le changement de son itinéraire
Publié dans Liberté le 07 - 05 - 2021

Ce vendredi, le décor à Alger, jusqu'en début d'après-midi, laissait croire que la 116e marche hebdomadaire contre le système, n'allait probablement pas se tenir.
Dans la matinée, le dispositif policier était, en effet, considérablement allégé et moins visible que d'ordinaire, dans les artères du centre de la capitale.
Jusqu'à 13H passées, peu de monde foulait le sol de la rue Didouche Mourad, alors qu'à la rue Victor Hugo et le quartier Khelifa Boukhalfa, le regroupement citoyen habituel, en attendant la fin de la prière, était beaucoup moins important que d'habitude.
Seules quelques centaines de personnes ont d'ailleurs marché, à partir de 13h30, vers la Place Audin et la Grande Poste, lieux emblématiques de la révolution populaire.
Du côté du quartier populaire Belcourt, la vague humaine des Belouizdadis n'arrivait pas non plus.
Est-ce la fin... ? s'interrogeaient des regards les manifestants présents sur place.
Mais une heure de temps plus tard, soit vers 14h30, un bruit de tonnerre s'est fait entendre dans le ciel bleu d'Alger ! La déferlante de Casbah-Bab El Oued annonçait son arrivée, Rue Asselah Hocine, aux cris de « Etat civil et non militaire », « Algérie libre et démocratique ».
Appuyée par le renfort des quelques centaines de manifestants regroupés autour de la Grande Poste, la vague humaine Casbah-Bab El Oued a décidé, tout d'un coup, de changer l'itinéraire de la marche, avant de se heurter aux policiers postés aux frontières du Boulevard Colonel Amirouche.
Le cordon policier n'a pas résisté longtemps face aux manifestants qui défiaient les coups de matraques.
Par milliers, traversant le boulevard, ils couraient vers la rue Hassiba Ben Bouali, puis vers le quartier Mohamed Belouizdad, entonnant le slogan « Istiqlal, Istiqlal (Indépendance, Indépendance) ».
Le jeûne et la chaleur ne semblaient pas ralentir la course des manifestants. Ils donnaient l'impression d'avoir suffisamment de hargne et d'énergie pour marcher encore et encore, à ne plus s'arrêter.
Mais leur progression est stoppée net au niveau du commissariat de police du quartier des Ruisseaux par un imposant dispositif sécuritaire. L'usage de la bombe lacrymogène et de la matraque par les agents de l'ordre ont fini par convaincre les manifestants à rebrousser chemin et clore la marche. Plusieurs arrestations ont été enregistrées.
Rédaction Web


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.