Enseignement supérieur: Une Agence d'accréditation et d'assurance qualité    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Ligue Inter-régions - Play-off: Six tickets pour la Ligue 2 en jeu    A quand un bac réformé ?    Examens de fin d'année: Plaidoyer pour un calendrier «spécial» pour le Sud    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Sommet international à Berlin pour stabiliser la Libye    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Le Groupe de Genève organise une conférence    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Modric est éternel!    Brèves Omnisports    Les affiches des deux événements dévoilées    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Nouvelle recrudescence    La traque aux fraudeurs    151 Contrebandiers arrêtés en quelques jours    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Ce sera en Août!    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    «L'écrivain qui dort en moi»    Les explications d'Algérie Télécom    370 nouveaus cas et 10 décès en 24 heures    Redistribution des cartes    Désormais valables pour l'Algérie    Législatives: le taux de participation s'établit à 23%    L'Algérie ne ménagera aucun effort pour assurer le succès de la réconciliation en Libye    "LE SERMENT"    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    Foot: l'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    JSK-Coton Sport: le club espère 2.000 supporters, 10.000 refusés    Boukadoum prend part à la réunion du Comité sur la Palestine des pays non-alignés    Le NAHD sommé de réagir, le CRB pour atteindre le podium    Le Polisario salue les marches de solidarité en Espagne    Quel rôle et quelle place pour les indépendants ?    À Alger, l'eau au compte-goutte    À Moscou, on gagne une voiture si on se fait vacciner !    Corruption: Le maire de Mostaganem condamné à 2 ans de prison    Que cherche à prouver Haftar ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retour de l'homme du professionnalisme
Mohamed Mecherara nommé conseiller à la faf
Publié dans Liberté le 11 - 05 - 2021

Pour mener à bien la réforme du professionnalisme, y a pas mieux qu'un ex-dirigeant qui a participé en 2010 aux premières discussions avec les pouvoirs publics, avant de se retirer pour marquer son désaccord avec la démarche entreprise.
Fraîchement désigné à la tête de la Fédération algérienne de football, Charef-Eddine Amara, après avoir procédé à la répartition des tâches au sein du bureau fédéral de la FAF, a nommé son premier conseiller. Il s'agit d'une figure connue et reconnue du football algérien, à savoir Mohamed Mecherara, ancien président de la LFP. "Le président de la Fédération algérienne de football, M. Amara Charef-Eddine, a désigné M. Mohamed Mecherara, ancien président de la Ligue nationale de football, comme conseiller du président. M. Mohamed Mecherara prendra ses fonctions immédiatement", annonce un communiqué de la fédération publié hier sur son site officiel. Mecherara, expert-comptable et spécialiste des affaires juridiques, avait également été conseiller pour deux ex-présidents de la FAF, Mohamed Raouraoua et Kheireddine Zetchi, mais il a fini par claquer la porte à chaque fois pour divergence de points de vue.
La nomination de celui qui était plutôt annoncé du côté du CRB, suite à la démission justement de Charef-Eddine Amara, s'inscrit dans la perspective de la réforme promise par le nouveau président de la FAF du modèle de professionnalisme. En effet, parmi les priorités dans le programme de Charef-Eddine Amara, figure en bonne place "la réforme du professionnalisme", "une revue en profondeur", selon lui, du professionnalisme, qui nécessite un "modèle plus viable avec de nouveaux schémas de financement". Pour Charef-Eddine Amara, les initiateurs de ce modèle en 2010 ont été "vite en besogne et ont créé un professionnalisme générateur de déficit et de faillite". "Nous devons réfléchir à notre modèle de professionnalisme dans le football national, entamer une réforme.
Le professionnalisme ne s'impose pas, il doit être un choix." Et pour mener à bien sa réforme, y a pas mieux qu'un dirigeant qui a participé justement en 2010 aux premières discussions à ce sujet avec les pouvoirs publics, dont deux conseils interministériels, avant de se retirer pour marquer son désaccord avec la démarche entreprise. L'on se rappelle, du reste, de son fameux coup de gueule contre la feuille de route pour l'instauration du professionnalisme dans le football algérien. Mohamed Mecherara avait martelé dans les colonnes de Liberté que "le professionnalisme en Algérie, c'est finalement du bluff". Il avait déjà expliqué en 2013 que la feuille de route tracée au début par la DNCG (Direction nationale de contrôle de gestion des clubs) n'a pas été suivie.
Les lois n'ont pas été respectées au sujet de la cession des clubs. Le professionnalisme, c'était de la poudre aux yeux, juste bon pour calmer les esprits. "Lorsque nous avons entamé en Algérie le projet, en 2010, nous avons décidé d'aider les clubs à se transformer en sociétés commerciales (SSPA). La DNCG devait justement aider les clubs à s'organiser financièrement et du point de vue comptable. Il y avait donc une démarche à suivre qui est malheureusement tombée à l'eau ; aucun club n'a suivi notre plan (...) Il existait en 2010, à l'époque où j'étais à la LFP, une sorte de feuille de route pour expliquer aux clubs justement la marche à suivre pour professionnaliser les choses.
Personne ne l'a suivie. S'il y avait une autorité de régulation du professionnalisme mise en place par les pouvoirs publics, il n'y aurait pas eu tous ces problèmes aberrants. Le problème dans le football algérien est que les lois sont très claires. Elles sont très bien faites d'ailleurs. Les textes expliquent parfaitement tout, mais malheureusement il n'y a plus personne pour gérer ce dossier du professionnalisme. Plus de stage, plus de formation de cadres pour les clubs, plus de commission qui pilote ce projet. Il faut tout de suite mettre en place une structure du professionnalisme. Le ministre et la FAF doivent le faire en collaboration avec les clubs. Cette structure doit être composée de personnes compétentes. Il faut lui donner le temps d'analyser la situation, d'établir une feuille de route, et il faut surtout que son plan soit obligatoire pour tous les clubs. Je préconise d'ailleurs à ce que le MJS subordonne l'attribution des subventions de l'Etat au respect du plan de cette structure du professionnalisme.
Il faut que le MJS ait d'abord l'aval de la commission du professionnalisme pour accorder ses subventions. Cette commission a d'ailleurs déjà été installée auparavant, mais il s'est avéré finalement que c'était juste de la poudre aux yeux, histoire de clamer les esprits. En fait, tout le monde avait compris que le professionnalisme, c'est du bluff, c'est du pipeau !" martelait-il. Mais Mecherara ne s'est pas arrêté au constat, il avait aussi préconisé des solutions pour relancer le projet. Désormais, il aura l'occasion de les déterrer...
À noter enfin qu'à la faveur du prochain amendement des statuts de la FAF, les conseillers nommés par le président au nombre de cinq pourront assister aux travaux du bureau fédéral avec des voix consultatives.
SAMIR LAMARI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.