Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Le sort du RAJ connu ce mercredi    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    La recette du Président    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Belmadi en mode mondial    Mbappé - Neymar, soirée de mésententes    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les gérants des salles des fêtes reviennent à la charge
Ils ont observé un sit-in devant le siège de la wilaya de Tizi Ouzou
Publié dans Liberté le 15 - 06 - 2021

Il y a 3000 salles des fêtes à l'échelle nationale qui emploient 90 000 personnes, lesquelles, avec la crise sanitaire, se sont retrouvées au chômage, laissant place nette à un marché parallèle qui est le seul à tirer profit de cette situation.
Des dizaines de gérants de salles des fêtes, fermées dans le cadre des mesures de lutte contre la pandémie de Covid-19, ont manifesté hier devant le siège de la wilaya de Tizi Ouzou afin d'exprimer leur ras-le-bol face à la fermeture de leurs établissements depuis plus de 15 mois. Selon le président de la section salles des fêtes au sein du bureau local de l'Ugcaa (Union générale des commerçants et artisans algériens), M. Ben Boudjema, cette situation devient insupportable à plus d'un égard.
"Nous sommes à notre deuxième saison sans travailler, alors que nous payons nos charges fiscales normalement", a-t-il déploré, non sans tirer la sonnette d'alarme, en soutenant qu'à ce rythme c'est toutes les salles des fêtes qui vont mettre la clé sous le paillasson.
"Les pouvoirs publics doivent trouver un moyen de sauver notre activité, car elle représente un gagne-pain pour de nombreuses familles", s'est-il encore exclamé, ajoutant que cette activité permet aussi aux artistes, aux photographes et aux couturières, pour ne citer que ceux-là, de travailler.
"Nous avons 3000 salles des fêtes à l'échelle nationale qui emploient 90 000 personnes, actuellement au chômage, ce qui est déplorable", a noté M. Ben Boudjema. Rencontré également lors de ce rassemblement, le coordinateur de l'Ugcaa à Tizi Ouzou, M. Touri, a regretté une telle situation qui met à rude épreuve les gérants des salles des fêtes.
"On n'est pas des spécialistes en épidémiologie et on ne peut pas décider de la fermeture ou pas des salles des fêtes, mais une chose est certaine, des fêtes sont organisées normalement dans nos villes et villages et quelquefois mêmes dans des salles des fêtes clandestines", a déploré M. Touri, estimant que cette fermeture qui perdure a ouvert la voie à un marché parallèle qui est le seul à tirer profit de cette situation.
"Des fêtes sont organisées dans des garages, dans des villas ou hôtels, alors que les salles des fêtes, qui sont des espaces réglementés et spécialisés, demeurent fermées. Ce qui est vraiment regrettable", a-t-il asséné, non sans réclamer la réouverture des salles des fêtes suivant un protocole sanitaire strict, ce qui permettra certainement, a-t-il insisté, de sauver cette activité et des milliers d'emplois.
À noter que les gérants des salles des fêtes avaient adressé plusieurs courriers au président de la République, lui demandant d'intervenir pour résoudre cette situation. "La santé publique prime sur tout, mais nous vous demandons un allègement à l'instar des autres activités accueillant du public", lit-on dans le dernier courrier adressé par les concernés au premier magistrat du pays, tout en expliquant qu'ils sont en pleine faillite.

K. TIGHILT


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.