LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Un chanteur condamné à un an de prison avec sursis    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Baâdji passe à l'acte, ses détracteurs n'en démordent pas    L'avant-projet de loi définissant les modalités d'élection des membres du CSM remis à Tabi    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    Cherche oxygène désespérément    Le coup de grâce du Covid-19    L'aval de Mohammed VI    La révolution électrique en marche    Opération spéciale été    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    Les festivités reportées au mois de décembre prochain    Amar Bourouba, le défenseur qui n'a pas eu peur de Pelé    Vaccination du personnel éducatif avant la rentrée sociale    La protection pénale de la richesse forestière en débat    Les cliniques privées non impliquées à Sétif    «Nous ne sommes pas à l'abri d'une 4e vague»    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Le programme du mois d'août    MC Oran : La Real Sociedad s'intéresse à Belloumi    Le président prie Feghouli de trouver un club    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Sétif : Le professeur Abdelmadjid Kessaï s'est éteint    El Tarf - Covid-19 : des opérations de contrôle et de sensibilisation    Ambassade des Etats-Unis à Alger: Une «bourse de développement du leadership»    Les fruits amers des accusations interposées    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Son prix explose dans les marchés: Lorsque le citron joue à la grosse légume    L'été de tous les cauchemars    Les mégaprojets miniers revisités par 5 ministres    Un blessé et d'importants dégâts matériels    La date bientôt fixée    Trois dossiers brûlants au menu    L'Algérie produira de l'oxygène chinois    Des malades de plus en plus jeunes    Le gouvernement espagnol doit intervenir pour mettre fin aux violences marocaines    Yahi attend la réponse de Sayoud    Franck Dumas nouvel entraîneur    La pandémie a été «la goutte d'eau qui a fait déborder le vase»    La chute d'une grue fait un blessé    34 millions de dollars de recettes pour Disney    34 Nouveaux sites inscrits    Un projet novateur et révolutionnaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Conférence internationale à Berlin pour tenter de pacifier la Libye
Le gouvernement de transition prendra part à la rencontre
Publié dans Liberté le 22 - 06 - 2021

Cette deuxième conférence, après celle de janvier 2020, se tiendra avec la participation des ministres des Affaires étrangères des pays impliqués dans ce conflit.
Berlin accueillera demain une nouvelle conférence sur la paix en Libye, ayant pour objectif essentiel de garantir la tenue d'élections en Libye en fin d'année et d'écarter troupes étrangères et mercenaires, dans ce pays qui peine encore à unifier ses institutions et à consolider une paix fragile.
Cette deuxième conférence, après celle de janvier 2020, se tiendra avec la participation des ministres des Affaires étrangères des pays impliqués dans ce conflit et – une première – le gouvernement de transition libyen. Le 19 janvier 2020, une première conférence avait réuni dans la capitale allemande, sous l'égide des Nations unies, les dirigeants des pays impliqués dans le conflit et était parvenue à un accord fragile pour mettre fin au conflit.
Il est question, donc, de faire le point sur la transition politique en Libye depuis la précédente conférence et "les prochaines étapes vers une stabilisation durable", explique le ministère allemand des Affaires étrangères, hôte de la conférence.
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, devrait intervenir par vidéo. Les Etats-Unis seront aussi représentés via le secrétaire d'Etat américain, en tournée européenne. Le principal enjeu sera de garantir la tenue simultanée des élections présidentielle et législatives le 24 décembre, au sujet desquelles subsistent des doutes sur la réelle volonté du pouvoir en place de voir se dérouler ce scrutin.
Aussi, il est attendu du sommet de Berlin 2 de faire avancer ce dossier à travers la conclusion d'un accord devant mettre en place les bases juridiques du scrutin. Ce qui contribuerait certainement à déblayer le terrain aux membres du Forum de dialogue politique libyen, qui tiendront une réunion en Suisse du 28 juin au 1er juillet en vue d'élaborer des propositions pour faciliter davantage la tenue des élections nationales le 24 décembre 2021, notamment en ce qui concerne la base constitutionnelle des élections.
L'envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU et chef de la Manul, Jan Kubis, a, dans ce contexte, renouvelé son appel à toutes les parties concernées à "œuvrer pour finaliser rapidement la base constitutionnelle et le cadre juridique des élections". Et ce, en réitérant l'engagement de l'ONU à "faciliter la tenue d'élections nationales le 24 décembre 2021, tel qu'énoncé dans la feuille de route du Forum de dialogue politique libyen et préconisé par la résolution 2570 (2021) du Conseil de sécurité de l'ONU", selon un communiqué de la Manul.
Et dans le sillage de l'espoir qu'avait suscité la mise en place d'un gouvernement de transition, il s'agit, lors du sommet de Berlin, de tenter de trouver des solutions au problème des divisions entre les deux pouvoirs rivaux, en Tripolitaine (Ouest) et en Cyrénaïque (Est), à l'unification des institutions libyennes et au retrait des forces étrangères. En décembre, l'ONU estimait à quelque 20 000 le nombre de mercenaires et combattants étrangers en Libye : des Russes du groupe privé Wagner, des Tchadiens, des Soudanais, des Syriens... Plusieurs centaines de militaires turcs sont eux aussi présents en vertu d'un accord bilatéral conclu avec le précédent gouvernement de Tripoli.
La Ligue des Etats arabes, l'ONU, l'Union européenne et l'Union africaine avaient réclamé ensemble un retrait des forces étrangères. Toutefois, une dispersion brutale de ces hommes surarmés représenterait une nouvelle menace pour les pays de la région, qui mettent en garde contre la réédition du scénario où le président tchadien Idriss Déby Itno a trouvé la mort en avril, lors d'une offensive de rebelles tchadiens venus de Libye.

A. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.