Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    L'Anie impose un black-out autour des listes    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    Mahrez : "Pas de mots pour décrire le niveau de Benzema"    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Conférence internationale à Berlin pour tenter de pacifier la Libye
Le gouvernement de transition prendra part à la rencontre
Publié dans Liberté le 22 - 06 - 2021

Cette deuxième conférence, après celle de janvier 2020, se tiendra avec la participation des ministres des Affaires étrangères des pays impliqués dans ce conflit.
Berlin accueillera demain une nouvelle conférence sur la paix en Libye, ayant pour objectif essentiel de garantir la tenue d'élections en Libye en fin d'année et d'écarter troupes étrangères et mercenaires, dans ce pays qui peine encore à unifier ses institutions et à consolider une paix fragile.
Cette deuxième conférence, après celle de janvier 2020, se tiendra avec la participation des ministres des Affaires étrangères des pays impliqués dans ce conflit et – une première – le gouvernement de transition libyen. Le 19 janvier 2020, une première conférence avait réuni dans la capitale allemande, sous l'égide des Nations unies, les dirigeants des pays impliqués dans le conflit et était parvenue à un accord fragile pour mettre fin au conflit.
Il est question, donc, de faire le point sur la transition politique en Libye depuis la précédente conférence et "les prochaines étapes vers une stabilisation durable", explique le ministère allemand des Affaires étrangères, hôte de la conférence.
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, devrait intervenir par vidéo. Les Etats-Unis seront aussi représentés via le secrétaire d'Etat américain, en tournée européenne. Le principal enjeu sera de garantir la tenue simultanée des élections présidentielle et législatives le 24 décembre, au sujet desquelles subsistent des doutes sur la réelle volonté du pouvoir en place de voir se dérouler ce scrutin.
Aussi, il est attendu du sommet de Berlin 2 de faire avancer ce dossier à travers la conclusion d'un accord devant mettre en place les bases juridiques du scrutin. Ce qui contribuerait certainement à déblayer le terrain aux membres du Forum de dialogue politique libyen, qui tiendront une réunion en Suisse du 28 juin au 1er juillet en vue d'élaborer des propositions pour faciliter davantage la tenue des élections nationales le 24 décembre 2021, notamment en ce qui concerne la base constitutionnelle des élections.
L'envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU et chef de la Manul, Jan Kubis, a, dans ce contexte, renouvelé son appel à toutes les parties concernées à "œuvrer pour finaliser rapidement la base constitutionnelle et le cadre juridique des élections". Et ce, en réitérant l'engagement de l'ONU à "faciliter la tenue d'élections nationales le 24 décembre 2021, tel qu'énoncé dans la feuille de route du Forum de dialogue politique libyen et préconisé par la résolution 2570 (2021) du Conseil de sécurité de l'ONU", selon un communiqué de la Manul.
Et dans le sillage de l'espoir qu'avait suscité la mise en place d'un gouvernement de transition, il s'agit, lors du sommet de Berlin, de tenter de trouver des solutions au problème des divisions entre les deux pouvoirs rivaux, en Tripolitaine (Ouest) et en Cyrénaïque (Est), à l'unification des institutions libyennes et au retrait des forces étrangères. En décembre, l'ONU estimait à quelque 20 000 le nombre de mercenaires et combattants étrangers en Libye : des Russes du groupe privé Wagner, des Tchadiens, des Soudanais, des Syriens... Plusieurs centaines de militaires turcs sont eux aussi présents en vertu d'un accord bilatéral conclu avec le précédent gouvernement de Tripoli.
La Ligue des Etats arabes, l'ONU, l'Union européenne et l'Union africaine avaient réclamé ensemble un retrait des forces étrangères. Toutefois, une dispersion brutale de ces hommes surarmés représenterait une nouvelle menace pour les pays de la région, qui mettent en garde contre la réédition du scénario où le président tchadien Idriss Déby Itno a trouvé la mort en avril, lors d'une offensive de rebelles tchadiens venus de Libye.

A. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.