Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    En finir avec les «gamineries»!    Divindus chez Zeghdar    Beldjoud exige une accélération du rythme    Les professionnels du tourisme suffoquent    Les partis islamistes s'agitent    Des groupes pro-Iran saluent la «fin de la mission de combat» des Etats-Unis    Le temps que le péril passe    Osaka s'est éteinte à domicile    Benchabla battu en 8es de finale    Les Américaines passent en quarts    Le diktat des solariums a la peau dure    Un «ouf» de soulagement    Un plan d'urgence s'impose    «La famille de Barack Obama produira un film sur ma carrière...»    Henri Vernes est mort    Le livre aura son festival à Bouzeguène    Les spécialistes pointent les insuffisances    L'administration biden souhaite travailler avec l'Algérie    Un hôtel transformé en hôpital à Zéralda    Du nouveau pour l'importation des concentrateurs d'oxygène    La moudjahida Meriem Belmihoub Zerdani tire sa révérence    "C'EST UN PUTSCH DE PALAIS"    Critiques de l'étranger, soutien de la classe politique    L'espoir d'une libération pour Rabah Karèche    GOUDJIL ET BOUGHALI TIRENT À BOULETS ROUGES SUR LE MAROC    Lamamra s'entretient avec Hood sur les perspectives du règlement des crises dans la région    «Pourquoi pas un ministre-maire !»    Dekimeche s'en va, Hanniched promu    Simple oubli ?    L'Algérie face à ses risques majeurs : que faire ?    Le droit d'avoir des droits, comme l'Homme    Ligue des champions féminine : Affak Relizane à un succès de la phase finale    Nemouchi troisième boxeur qualifié aux huitièmes    Jijel: Trois ans de prison pour avoir animé un mariage durant le confinement    Athlétisme: Taoufik Makhloufi n'ira pas à Tokyo    Football - Ligue 1: Journée favorable au CRB    La réforme du système fiscal mondial a l'ère du numérique    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien wali de Tipasa reporté    Un barbecue abandonné à l'origine du sinistre: Le pire évité de justesse au mont du Murdjadjou    Kaïs Saïed suspend le parlement et limoge le premier ministre    Tebboune réitère son "niet"    Le bilan des activités de l'exercice 2020 au peigne fin    Les élus fustigent l'attitude du représentant du FLN    Poésie sur tous les fronts aux éditions Apic    M'hamed Ammar Khodja signe son retour avec deux albums    Cheikh H'ssissen, Un grand maître du chaâbi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Relaxe pour le maire d'Afir confirmée en appel
Sofiane Oumellal est accusé d'avoir autorisé une famille démunie à utiliser une cantine scolaire
Publié dans Liberté le 22 - 06 - 2021

Suspendu de ses fonctions et poursuivi en justice pour avoir autorisé une famille démunie à utiliser une cantine scolaire pour quelques heures, Sofiane Oumellal, le P/APC d'Afir (wilaya de Boumerdès), a fini par avoir gain de cause face à l'administration de wilaya qui a fait preuve d'un acharnement sans précédent à son encontre.
En effet, la décision de relaxe prononcée, le 2 mars dernier, à son profit par le tribunal de première instance de Boumerdès, vient d'être confirmée par la cour d'appel de la même ville auprès de laquelle le procureur avait interjeté appel. L'affaire été examinée en appel, le 13 juin 2021, par la chambre pénale près la cour de Boumerdès qui a rendu sa décision avant-hier, dimanche.
Selon les informations portées au public par l'avocate Fetta Sadat, lors de ce procès en appel, le procureur général adjoint a requis l'infirmation du jugement du tribunal et l'application d'une peine d'un an de prison ferme et 50 000 DA d'amende. Mais les avocats de la défense ont réussi à démontrer l'inanité des faits reprochés au jeune élu qui a agi, ont-ils plaidé, dans la stricte application de ses prérogatives de maire. Ce qui a amené le juge à confirmer la décision de relaxe.
Pour rappel, lors du premier procès, le procureur de la République près le tribunal de Boumerdès a requis une peine de trois ans de prison ferme à l'encontre de ce maire RCD poursuivi pour "abus de fonctions" pour le simple fait d'avoir autorisé, en 2019, une famille démunie de la commune d'Afir à utiliser pendant quelques heures une cantine scolaire d'une école primaire pour servir un repas à l'occasion d'une fête.
Une affaire qui a choqué la population de la région qui a vu dans la suspension de cet élu du peuple et sa traduction devant la justice "un pur acharnement de l'administration de wilaya". Un acharnement auquel cette décision de relaxe prononcée par la cour de Boumerdès ne met pas un terme puisque Sofiane Oumellal demeure encore poursuivi dans une autre affaire.
Dans cette seconde affaire, le maire d'Afir est poursuivi en justice au motif, fallacieux, d'avoir autorisé le propriétaire d'un camion-citerne à venir en aide aux habitants auxquels il distribuait de l'eau durant le début du confinement. Jugé en audience le 23 avril dernier, le verdict de cette affaire a été rendu le 4 mai dernier. Lors de cette affaire, Sofiane Oumellal est condamné par le tribunal de première instance de Boumerdès à deux ans de prison ferme, 200 000 DA d'amende et 200 000 DA de dommages et intérêts.
Une action en appel a été interjetée par Sofiane Oumellal auprès de la cour de Boumerdes et l'affaire est en instance de jugement. "Si, à la limite, cette citerne a été utilisée à des fins personnelles, l'administration aurait pu trouver à redire, mais elle a été utilisée au profit de la population. Cette affaire laisse supposer deux choses : soit l'administration veut délivrer un message qu'il ne faut pas venir au secours de la population, soit d'avertir, à travers la personne du maire d'Afir, tout élu qui oserait prendre une initiative. Une chose est certaine, c'est qu'il y a là acharnement", a expliqué un militant du RCD à l'annonce du verdict, le 4 mai dernier.


Samir LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.