Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



À Alger, l'eau au compte-goutte
ENTRE RATIONNEMENT INCONTOURNABLE ET PERTURBATION CHRONIQUE
Publié dans Liberté le 23 - 06 - 2021

Voilà une situation qui commence à faire jaser, alors que l'été vient à peine de commencer : le programme ininterrompu de l'alimentation en eau potable de la capitale n'est plus en vigueur.
Passé le mois de Ramadhan de quelques semaines, les autorités ont décidé de recourir à des coupures systématiques, parfois intempestives, de l'alimentation en eau de plusieurs quartiers. Fini donc le temps où l'eau coulait à flots dans les robinets H24.
Si la raison de ces suspensions récurrentes sont connues de tous, liées principalement au manque de la ressource et à la diminution de la pluviométrie, la gestion de la distribution, en revanche, aggravée par une communication approximative, laisse à désirer.
Une situation qui préfigure d'un été qui sera difficile. Pourtant, lorsque la Société des eaux et de l'assainissement d'Alger (Seaal) avertissait au début du mois en cours sur des coupures de l'alimentation, l'annonce avait été vite démentie par le ministère des Ressources en eau.
Dans son communiqué, le département de Mustapha Kamel Mihoubi avait rassuré sur la continuité de la distribution de l'eau sans interruption. Le ministère avait même évoqué "des instructions fermes" pour "assurer un approvisionnement régulier en eau potable" suivant "le programme établi à Alger".
Mais le ministère n'a jamais rendu public le programme auquel il avait fait référence dans son communiqué. Se basait-il sur le programme arrêté par la Seaal dans son communiqué démenti, ou s'agissait-il d'un autre programme ? Même si aucune information n'est venue "étancher" la soif des citoyens, ces derniers considèrent que sur le terrain, les "assurances" de M. Mihoubi sont presque sans effet.
La preuve : ces multiples quartiers de la capitale qui sont sans eau depuis plusieurs jours, tandis que d'autres ne sont alimentés que durant quelques heures, à l'image du quartier Les Bananiers à Bab Ezzouar, de Draria, notamment El-Achour, d'Ouled Belhadj du côté de Baba Ali, de Saoula, de Gué-de-Constantine, de Sidi Fredj, etc. Des coupures intempestives et désordonnées qui restent incompréhensibles aux yeux des citoyens.
Sans aucune communication pour tenir informés les clients, l'Algérienne des eaux et, plus particulièrement, la Seaal semblent gérer au jour le jour le peu de ressources dont elles disposent, mais se gardent "d'assumer" ces coupures, ou du moins d'y remédier pour mettre de l'ordre dans la gestion.
L'histoire des coupures annoncées récemment par la Seaal avaient, faut-il le rappeler, provoqué quelques couacs après "les instructions" du ministre.
En effet, sa sévère mise au point avait été précédée la veille par le limogeage des cadres de la Seaal dont des directeurs de la distribution et de la production. Le ministre a chargé, à l'occasion, le directeur des ressources en eau de la wilaya d'Alger d'assurer la gestion sous l'autorité du wali, avait indiqué un communiqué du ministère.
Ces limogeages n'ont pas pour autant atténué "la crise", puisque la ressource n'est toujours pas distribuée comme promis. Si les restrictions décidées peuvent s'expliquer par les travaux effectués sur les réseaux de canalisation que la Seaal annonce souvent, il reste que la gestion approximative de la distribution n'est pas étrangère à ces perturbations.
Rien que pour les quatre derniers mois, la Seaal a lancé sur son site internet des avis de coupure pour, justifie-t-elle, des travaux. Ces coupures ont concerné pratiquement tous les quartiers de la capitale, ou du moins une grande partie de l'Algérois. Mais en aucun cas, la Seaal n'a évoqué des coupures pour manque d'eau.
C'est dire l'effort de communication et d'explication attendu par cette société surtout qu'avec des barrages, dont la plupart sont quasiment à sec et des stations de dessalement qui ne répondent pas à la forte demande, le stress hydrique risque de s'installer durablement, alors que l'été, période des grandes chaleurs et de forte demande de la ressource, ne fait que commencer.

Mohamed MOULOUDJ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.