JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Aokas, ville morte    16 décès et 242 nouveaux cas    Garrido : "Le CRB est un club qui m'intéresse"    Nekkache et Raiah rejoignent le CS Sfax    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    LDC : Les résultats des matchs de mercredi    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Formation de haut niveau    Installation du président de la cour de Saïda...    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Le président Saïed dénonce «une mafia qui gouverne la Tunisie»    Des dizaines de colons prennent d'assaut la mosquée sainte Al-Aqsa    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



À quoi joue la Seaal?
Annonce-surprise d'un rationnement de l'alimentation en eau potable
Publié dans L'Expression le 18 - 05 - 2021

Coupera? Ne coupera pas? C'est sur le tempo d'un «vrai-faux» communiqué de la Seaal, la Société des eaux et de l'assainissement d'Alger, que les citoyens ont rythmé leur colère, hier. Mais au-delà du flot de commentaires qui a suivi la décision réprouvant l'annonce-surprise faite moins de 24 heures avant son application ou encore le choix absurde de la tranche horaire accordée pour la disponibilité de cette ressource précieuse, il y a lieu de relever en premier, la légèreté déconcertante avec laquelle une question aussi délicate a été traitée.
Communiquer un rationnement de l'alimentation en eau potable sur les deux-tiers de la journée ne doit pas se faire au pied levé! Comment est-ce que les responsables d'un secteur aussi stratégique ont-ils pu commettre une telle ineptie? Il ne peut s'agir que de l'amateurisme béat! Car même si l'entreprise française, Suez, gère l'eau de la capitale depuis 2005 (son contrat ne prend fin qu'en août prochain), il n'est pas concevable que les représentants de cette société étrangère aient entrepris une telle démarche sans concertation avec le conseil d'administration, le comité de coordination ou au moins le comité technique? Le ministre du secteur ne pouvait ignorer la publication d'un tel communiqué, surtout que ce responsable semble suivre les moindres informations portant sur son secteur. N'avait-il pas remué ciel et terre après l'apparition d'une petite brève faisant état d'une coupure d'eau dans un quartier d'Alger durant le Ramadhan? Mustapha Kamel Mihoubi, rassuré par ses assistants que l'eau ne coulait pas dans les robinets de ce quartier non pas en raison d'une coupure, mais juste à cause d'un «manque de pression», avait même accusé, à l'époque, le journaliste de faire dans «la manipulation» (sic)! Va-t-il poursuivre sur sa lancée et inscrire la méprise de la Seaal dans le même registre de la «complotite»?
Ce sera difficile à faire croire, car dans cette affaire du communiqué de la Seaal, retiré deux heures seulement après sa mise en ligne sans aucune explication, signe d'un grand mépris envers la clientèle, la responsabilité politique est entière.
Dans un contexte aussi bouillonnant que traverse l'Algérie, déjà malmenée par l'épidémie de Covid-19, la crise économique, la hausse du chômage et la baisse du niveau de vie et, à la veille d'une échéance électorale décisive, il est clair que le rationnement de l'eau, s'il doit nécessairement être appliqué, nécessite une large campagne de sensibilisation et d'explications pour absorber la colère des citoyens et éliminer le risque des «émeutes de l'eau». Et ces derniers sont en droit d'être coléreux car même s'ils concèdent à la Seaal la nécessité d'un rationnement en raison du stress hydrique, ils ne s'expliquent pas cette situation. L'Algérie n'a-t-elle pas recouru à un partenaire étranger pour un transfert de savoir-faire? En 16 ans de management et de millions d'euros, l'opportunité d'établir une stratégie à long terme pour l'alimentation en eau potable de la capitale ne s'est-elle pas présentée? Le climat en Algérie est connu tout autant que les sécheresses cycliques et il était attendu à ce que les responsables de ce secteur établissent une stratégie afin d'éviter d'appliquer d'un coup, un rationnement drastique, comme celui annoncé hier.
Les perturbations majeures que connaissent les circuits d'alimentation en eau potable et de l'irrigation découlent, certes, de la faiblesse des ressources hydriques en Algérie, mais elles trouvent également une explication dans l'absence d'une gestion réfléchie de cette ressource rare. Ces insuffisances en matière de gestion ont conduit à une situation critique et incontrôlable. Elles posent un problème épineux aujourd'hui. Les ressources disponibles sont en deçà des besoins. C'est là une réalité palpable malgré les sommes colossales qui ont été déboursées dans ce domaine. Il ne s'agit donc ni de manipulation ni de complot n'en déplaise à Mustapha Kamel Mihoubi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.