Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    La justice se saisit du dossier    Mustapha Bendjama de nouveau devant la justice d'Annaba    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    Saïed maintient les mesures d'exception    Les prix poursuivent leur hausse    877 employeurs concernés à M'sila    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    Des dépotoirs à ciel ouvert    Tebboune tient son engagement    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Le retour du FFS    Des partis politiques à la traine    un conseil national du tourisme?    Intense activité pour Lamamra à New York    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les prix passent du simple au double
Les ménages sous pression à SETIF
Publié dans Liberté le 19 - 07 - 2021

À l'approche de l'Aïd el-Adha, les prix continuent leur hausse à Sétif, suscitant, du coup, l'inquiétude des ménages. En effet, comme d'habitude, les prix des fruits et légumes ont connu ces derniers jours une flambée. Les commerçants justifient cette hausse par "la loi de l'offre et de la demande". La balle est souvent renvoyée dans le camp des commerçants de gros. Ces derniers la rejettent à leur tour dans le camp des agriculteurs.
"Quand nous achetons cher, nous devons vendre cher", a soutenu un commerçant de gros, tout en soulignant que "la marge bénéficiaire est toujours la même". Une virée aux marchés du chef-lieu de Sétif, dont celui des 1014-Logements, le souk Abbacha-Ammar (Andérioli), celui de la cité El-Hassi, à la sortie est de la ville de Sétif, et d'autres endroits aux quatre coins de la wilaya où des commerçants étalent leur marchandise, a permis de constater cette hausse vertigineuse des prix qui varie légèrement d'un marché à l'autre.
À titre d'exemple, au marché populaire Abbacha-Ammar, le kilogramme de pommes de terre est cédé à 60 DA, alors qu'elle se vendait à 45-50 DA, la tomate, qui se vendait, il y a quelques jours, entre 25 et 30 DA, est actuellement cédée à 50 DA, les carottes à 65 DA. Et les oignons qui étaient vendus à 20 DA sont actuellement cédés entre 40 et 50 DA. Quant au navet, il est proposé entre 200 et 250 DA, et le navet de la région, dit "Saïdi", entre 400 et 500 DA le kilogramme.
La courgette est aussi proposée entre 200 et 250 da, les cardes à 100 DA, la betterave, le concombre et le poivron sont vendus à pas moins de 70 DA et le citron 100 DA si ce n'est plus. La laitue (salade verte), elle, est vendue entre 100 et 120 DA. Pour ce qui est des fruits, ils ont, eux aussi, connu une hausse. "La demande est grande.
Vu que les commerces seront fermés durant les jours de l'Aïd, les consommateurs font leurs emplettes et parfois stockent ce dont ils auront besoin durant cette période. Il est à noter que la fête de l'Aïd coïncide aussi avec la hausse des cas de Covid-19.
Les gens se rabattent sur la consommation de fruits", nous dira Badis, un marchand de fruits au marché Abbacha. Les raisins sont cédés entre 120 et 180 DA, la pastèque entre 35 et 55 DA, la pomme (algérienne) entre 280 et 350 DA, la banane entre 220 et 250 DA et la pêche 150 DA.

FAOUZI SENOUSSAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.