5 aliments anti-inflammatoires qu'il faut consommer    Besiktas : Rachid Ghezzal passeur décisif face à Adana Demirspor (Vidéo)    Liga : Falcao décisif avec l'Athletic Bilbao (Vidéo)    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Amar Belani dénonce les «mensonges» de l'ambassadeur du Maroc à Genève    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Quel avenir pour les entreprises publiques ?    MC Oran: L'ère Aït Djdoudi commence    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    UNE ORGANISATION MONDIALE VIRTUELLE    Santé: Les dépenses de soins jugées trop élevées    Intense activité pour Lamamra à New York    Biden et Xi livrent leur vision à l'ONU    Le Parlement accorde sa confiance au nouveau gouvernement    16 décès et 182 nouveaux cas    Des partis politiques à la traine    Les promesses d'un conclave    un conseil national du tourisme?    Les fondements d'un nouveau mode économique loin de la rente pétrolière    Koeman tire sur ses joueurs    Coup de pression de la justice espagnole    Pochettino s'est expliqué avec Messi    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Le retour du FFS    Un scrutin plus coloré    220.000 élèves au rendez-vous    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des tablettes à l'école pour alléger les cartables    Inondations et routes bloquées    Parution de la version anglaise    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Les Nuits du théâtre    Des opposants à Baâdji convoqués par la police    En quête d'une stratégie industrielle    Wagner brouille les cartes au Mali    Le Chabab retrouve l'ASEC Mimosa au prochain tour    L'opposition crie à la fraude    L'Algérie attend toujours le retour de Baba Merzoug    "L'école algérienne est tournée vers le passé"    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    La Semaine de l'Indonésie 2021 s'est ouverte à Alger    Paris-Berlin Appel à candidature    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    Les dessous de la corbeille    La saga islamiste tire à sa fin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Annaba limite le nombre d'estivants sur les plages
LA WILAYA RESTREINT LE TRAFIC AUTOMOBILE À L'ENTREE DE LA VILLE
Publié dans Liberté le 24 - 07 - 2021

Des dizaines de bus et de fourgons de transport avec à leur bord des estivants venus des wilayas limitrophes pour une excursion en bord de mer ont été bloqués, hier matin, au niveau des barrages dressés à l'entrée de la ville d'Annaba par les éléments des services de sécurité et ont été contraints de rebrousser chemin.
Il va sans dire que cette opération, qui a été déclenchée sur instruction du Conseil de sécurité de la wilaya, face à la propagation continue de la Covid-19 dans cette wilaya, a fortement choqué les personnes touchées par cette mesure exceptionnelle.
Des témoins racontent que des heurts ont failli se produire sur la RN16, à hauteur de la localité de Drean, entre les forces de sécurité et, notamment, les chefs de famille qui ont parcouru de longues distances depuis les régions de l'arrière-pays, d'El-Oued, de Souk-Ahras, pour que leurs enfants goûtent aux plaisirs de la mer.
"Face à l'attitude intransigeante des gendarmes et des policiers, qui ont usé de toute leur force de persuasion pour les convaincre du bien-fondé de cette interdiction, les citoyens frustrés ont finalement fait contre mauvaise fortune bon cœur, et ont accepté de retourner d'où ils venaient", indique l'un des témoins.
Les mêmes scènes ont été vécues au niveau de la RN44, où des usagers de la route, qui venaient des wilayas de Constantine et Guelma, ont tenté de faire valoir bruyamment leur droit à la libre circulation, et qui ont été forcés, eux aussi, de faire demi-tour, rapporte-t-on.
"S'il faut admettre que le souci des autorités est d'éviter les rassemblements sur les plages du littoral, cette mesure s'inscrivant dans le cadre de la prévention et de la limitation de la propagation de la Covid-19, on aurait dû quand même informer la population de son application", objecte un habitant d'Annaba indigné à l'idée que des familles entières aient été traitées de la sorte.
Notre interlocuteur estime que la wilaya aurait pu faire part de cette décision en l'annonçant à travers les canaux habituels, afin d'éviter aux citoyens concernés le préjudice moral et financier subi.
De son côté, le maire d'Annaba, Tahar Merabti, contacté par Liberté, dit regretter que les pouvoirs publics aient été amenés à de tels extrêmes, mais il explique qu'il ne pouvait en être autrement au vu de l'aggravation de la situation sanitaire.
Cet élu explique, toutefois, que les mesures de refoulement n'ont été appliquées qu'à l'encontre des bus qui n'ont pas respecté le taux de remplissage d'un siège sur deux et ceux dont les passagers et les conducteurs ne portaient pas de masque de protection exigé par le protocole sanitaire en place.
"Comme tout le monde le sait, la ville d'Annaba est l'une des plus fréquentées, en cette période de l'année pour ses plages. Il va de soi que les habitants des wilayas limitrophes, surtout celles éloignées du littoral, y viennent pour profiter de la mer et nous nous en félicitons, mais nous devons tenir compte du danger que représente la concentration massive de la population à cet endroit précis par ces temps de pandémie.
Nous avons vécu une situation très inquiétante, durant le vendredi qui a précédé l'Aïd el-Adha. Rien qu'aux abords de la plage urbaine de Rizzi Amor, il y avait plus d'une soixantaine de bus remplis d'estivants et tous immatriculés hors wilaya, et autant sur les autres plages de la Corniche, cela pour donner une idée de l'ampleur de la promiscuité engendrée", se désole Tahar Merabti.

A. ALLIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.