Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ennahdha tempère et appelle au dialogue
Visé par des enquêtes financières et son dirigeant assigné à résidence
Publié dans Liberté le 08 - 08 - 2021

Dans le viseur de Kaïs Saïed, le parti islamiste risque gros, surtout si les enquêtes le visant s'avèrent fructueuses. Son leader, El Ghennouchi, semble pour l'instant faire le dos rond.
Après avoir été mis "out" du pouvoir suite au gel des activités du Parlement où il est majoritaire, le parti islamiste tunisien Ennahdha n'est pas au bout de ses peines : contrat de lobbying passé à la loupe des autorités, enquête pour une affaire de financement étranger et un de ses responsables assigné à résidence.
Les autorités tunisiennes ont entamé des recherches pour vérifier l'authenticité d'un document portant le contrat de lobbying qui aurait été signé par le parti d'inspiration islamiste Ennahdha avec l'agence américaine Burson Cohn & Wolfe, pour un montant de 30 610 dollars, quelques jours après le coup de force du président Saïed qui l'a écarté du pouvoir. Un document publié sur le site du ministère américain de la Justice détaille un contrat entre l'agence internationale de communication BCW LLC et une structure basée à Londres dénommée Ennahdha Party Diaspora Group.
L'objectif de ce contrat daté du 29 juillet, quatre jours après que le président Saïed a suspendu le Parlement pour 30 jours, est d'aider le parti Ennahdha à "accéder à des acteurs-clés aux Etats-Unis, le soutenir dans le secteur des médias et le conseiller en communication stratégique". En 2019, année de l'élection présidentielle, des informations de presse ont, déjà, fait état d'un contrat similaire pour un montant de près de 300 000 dollars, suivant lequel l'agence s'engageait à "fournir au parti Ennahdha un soutien en matière de sensibilisation des médias et autres parties prenantes avant les différentes échéances électorales". Mais le parti islamiste tunisien a assuré dans un communiqué publié aux médias vendredi n'avoir signé aucun contrat de lobbying, ni directement ni par l'intermédiaire de représentants.
En Tunisie, il est interdit aux partis de recevoir des fonds de l'étranger, et les transferts de fonds de la Tunisie vers l'étranger sont strictement encadrés. La justice tunisienne a ouvert mi-juillet des enquêtes pour financement étranger de leurs campagnes électorales en 2019 au sujet de quatre partis politiques, dont Ennahda, qui assure n'avoir commis aucune infraction. Quatre membres du parti islamiste – dont des proches du chef de file d'Ennahda et président du Parlement, Rached Ghannouchi – ont également été interpellés la semaine dernière dans le cadre d'une enquête sur des heurts au lendemain des annonces du président. L'enquête a cependant été rapidement abandonnée.
Cependant, Ennahdha n'est pas au bout de ses peines.
Vendredi, le ministère de l'Intérieur tunisien a assigné à résidence un haut responsable d'Ennahda – qui a dénoncé la prise de contrôle des pouvoirs exécutif et législatif par le président Kaïs Saïed –, a annoncé vendredi ce parti islamiste modéré. Ennahdha a, en effet, indiqué qu' Anouar Maarouf, ancien ministre et l'un des dirigeants du parti Ennahdha, a été informé par les forces de sécurité qu'il a été assigné à résidence sans lui fournir une copie écrite ou un arrêté justifié émis par le ministre de l'intérieur, comme le stipule la loi.
Ennahdha, qui exprime son "rejet de cette procédure illégale, qui a visé les juges, les militants et les politiciens", en appelle au président de la République pour "lever les procédures qui enfreignent les règles de la Constitution, du droit et des pactes internationaux". Anouar Maarouf est le membre le plus important de la formation politique ciblé depuis les décisions prises le 25 juillet par le président Kaïs Saïed et qualifiées de "coup d'Etat" par Ennahda.
Plus de 10 jours après, le parti islamiste semble faire le dos rond. En adoptant un ton conciliant, son conseil consultatif souligne aussi l'engagement du parti pour le dialogue avec tous les acteurs nationaux, dont le président, afin de surmonter la crise complexe, de parvenir à la paix sociale et de mettre en œuvre les réformes nécessaires.
La plus haute instance entre deux congrès du parti, qui a consacré jeudi ses travaux à l'examen de la situation générale dans le pays dans le cadre de "circonstances exceptionnelles" suite aux décisions présidentielles du 25 juillet, a aussi appelé à la nécessité d'accélérer la présentation du nouveau gouvernement devant le Parlement.

Amar R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.