Deux clubs espagnols se disputent Isco    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    Nombreux forages et exploitations agricoles raccordés à l'électricité    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Feuille de route admissible ?    Fête de l'indépendance: 160.000 logements à distribuer    JM-Oran 2022: La boxe et l'athlétisme enrichissent la moisson algérienne    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    La plaidoirie de Lamamra    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    Les clés de l'indépendance    L'Algérie se dote d'une unité d'insuline    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    M. Diafat lance le programme national de développement des micro-entreprises    Le sens et les messages d'un défilé    Makri avance sa proposition    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    Le 60ème anniversaire de l'indépendance, "une opportunité pour mettre en relief les réalisations de l'Algérie indépendante"    De quoi le 5 Juillet est-il le nom?    Comme un certain 5 Juillet 1962...    Le «Train de la Mémoire» sur les rails    "L'Algérie est une nation ancienne dont l'authenticité ne peut être mise en doute"    Des milliers de logements attribués à leurs bénéficiaires dans l'Ouest du pays    Lancement de la distribution de 160.000 logements à l'échelle nationale    Le renforcement du front interne, un message de fidélité aux martyrs    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Algérie-Unesco: volonté de renforcer la coopération dans le domaine éducatif    Migrants tués par la police marocaine: la CADHP déplore le recours excessif à la force    Appel à la levée de l'embargo sioniste sur Ghaza: le Hamas salue un rapport de l'ONU    JM: programme des finales prévues dimanche    JM/Judo: l'Algérie renoue avec l'or 13 ans après    Zeroual: l'Algérie a besoin de tous ses enfants pour parachever l'édification d'un Etat moderne    Message de l'ancien Président Liamine Zeroual à l'occasion de la Fête de l'indépendance    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    El-Bayadh: Le célèbre «Rakb Sid Cheikh» de retour    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ennahdha tempère et appelle au dialogue
Visé par des enquêtes financières et son dirigeant assigné à résidence
Publié dans Liberté le 08 - 08 - 2021

Dans le viseur de Kaïs Saïed, le parti islamiste risque gros, surtout si les enquêtes le visant s'avèrent fructueuses. Son leader, El Ghennouchi, semble pour l'instant faire le dos rond.
Après avoir été mis "out" du pouvoir suite au gel des activités du Parlement où il est majoritaire, le parti islamiste tunisien Ennahdha n'est pas au bout de ses peines : contrat de lobbying passé à la loupe des autorités, enquête pour une affaire de financement étranger et un de ses responsables assigné à résidence.
Les autorités tunisiennes ont entamé des recherches pour vérifier l'authenticité d'un document portant le contrat de lobbying qui aurait été signé par le parti d'inspiration islamiste Ennahdha avec l'agence américaine Burson Cohn & Wolfe, pour un montant de 30 610 dollars, quelques jours après le coup de force du président Saïed qui l'a écarté du pouvoir. Un document publié sur le site du ministère américain de la Justice détaille un contrat entre l'agence internationale de communication BCW LLC et une structure basée à Londres dénommée Ennahdha Party Diaspora Group.
L'objectif de ce contrat daté du 29 juillet, quatre jours après que le président Saïed a suspendu le Parlement pour 30 jours, est d'aider le parti Ennahdha à "accéder à des acteurs-clés aux Etats-Unis, le soutenir dans le secteur des médias et le conseiller en communication stratégique". En 2019, année de l'élection présidentielle, des informations de presse ont, déjà, fait état d'un contrat similaire pour un montant de près de 300 000 dollars, suivant lequel l'agence s'engageait à "fournir au parti Ennahdha un soutien en matière de sensibilisation des médias et autres parties prenantes avant les différentes échéances électorales". Mais le parti islamiste tunisien a assuré dans un communiqué publié aux médias vendredi n'avoir signé aucun contrat de lobbying, ni directement ni par l'intermédiaire de représentants.
En Tunisie, il est interdit aux partis de recevoir des fonds de l'étranger, et les transferts de fonds de la Tunisie vers l'étranger sont strictement encadrés. La justice tunisienne a ouvert mi-juillet des enquêtes pour financement étranger de leurs campagnes électorales en 2019 au sujet de quatre partis politiques, dont Ennahda, qui assure n'avoir commis aucune infraction. Quatre membres du parti islamiste – dont des proches du chef de file d'Ennahda et président du Parlement, Rached Ghannouchi – ont également été interpellés la semaine dernière dans le cadre d'une enquête sur des heurts au lendemain des annonces du président. L'enquête a cependant été rapidement abandonnée.
Cependant, Ennahdha n'est pas au bout de ses peines.
Vendredi, le ministère de l'Intérieur tunisien a assigné à résidence un haut responsable d'Ennahda – qui a dénoncé la prise de contrôle des pouvoirs exécutif et législatif par le président Kaïs Saïed –, a annoncé vendredi ce parti islamiste modéré. Ennahdha a, en effet, indiqué qu' Anouar Maarouf, ancien ministre et l'un des dirigeants du parti Ennahdha, a été informé par les forces de sécurité qu'il a été assigné à résidence sans lui fournir une copie écrite ou un arrêté justifié émis par le ministre de l'intérieur, comme le stipule la loi.
Ennahdha, qui exprime son "rejet de cette procédure illégale, qui a visé les juges, les militants et les politiciens", en appelle au président de la République pour "lever les procédures qui enfreignent les règles de la Constitution, du droit et des pactes internationaux". Anouar Maarouf est le membre le plus important de la formation politique ciblé depuis les décisions prises le 25 juillet par le président Kaïs Saïed et qualifiées de "coup d'Etat" par Ennahda.
Plus de 10 jours après, le parti islamiste semble faire le dos rond. En adoptant un ton conciliant, son conseil consultatif souligne aussi l'engagement du parti pour le dialogue avec tous les acteurs nationaux, dont le président, afin de surmonter la crise complexe, de parvenir à la paix sociale et de mettre en œuvre les réformes nécessaires.
La plus haute instance entre deux congrès du parti, qui a consacré jeudi ses travaux à l'examen de la situation générale dans le pays dans le cadre de "circonstances exceptionnelles" suite aux décisions présidentielles du 25 juillet, a aussi appelé à la nécessité d'accélérer la présentation du nouveau gouvernement devant le Parlement.

Amar R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.