Ancelotti : "le Barça-Real Madrid a toujours existé et existera toujours"    La délégation algérienne refuse de s'asseoir derrière la délégation israélienne    Les opérateurs doivent déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    L'huile de table plus chère    Lamamra appelle à la consolidation du processus politique    "Inefficaces et contre-productives", selon l'Algérie    Curieuse réhabilitation de la candidature du mouhafedh FLN    "Le championnat se poursuivra durant la Coupe arabe des nations"    Les Sudistes à un pas de la qualification    L'Algérie toujours dans le top 5 africain    "HELIOPOLIS" À NOUVEAU SELECTIONNE POUR LES OSCARS    Lancement du colloque sur la carte linguistique de tamazight    Qui, logiquement, arrose l'autre ?    BRÈVES...    Quel sort pour les APC sans candidats ?    L'article 184 du code électoral largement contesté    L'Algérie avec la Libye et la Tunisie    Les Hamraouas surprennent les Sanafirs    Les syndicats préparent la riposte    Arrestation d'un voleur de bouteilles d'oxygène    Le jeu malsain de Riyad    Sarkozy au TPI, ça tarde    Quand Macron se remémore le blues des colonies !    Le qamouss, les mu'allaqât et l'incompétence paralinguistique !    Clôture en beauté de la première édition à Aïn-Séfra    EHU 1er - Novembre: Lancement d'une campagne de dépistage du cancer du sein    Vaccination anti-Covid: «La balle est dans le camp des citoyens»    Exportations hors hydrocarbures: Produits alimentaires et industries manufacturières à la traîne    Pouvoir d'achat divisé par deux en 10 ans    La Com en débat    Défis et espoir    Front de mer à Aïn El Turck: L'OPGI se mobilise pour la collecte des déchets    Selma Haddadi désignée ambassadrice à Djouba    Le chef de la junte nomme 3 ministres et le SG du gouvernement    La Maison de la presse de Bouira baptisée Abdenour Merzouk    Le FFS rebondit    Benbahmed réaffirme les priorités du secteur    Que se passe-t-il au campus d'El Kseur?    La Coquette perd de son lustre    NAJDA se restructure    Incendie au complexe Tosyali    Les vérités des géants de la télécommunication    Washington lâche Rabat    La tension monte    Lukaku a évité le pire    La démagogie comme mode d'emploi    Tizi ouzou rend hommage à ses fils    Appel à candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le monde de demain en question
Publication du 6e numéro de la revue "Apulée"
Publié dans Liberté le 26 - 08 - 2021

Hubert Haddad, rédacteur en chef de cette revue littéraire estime que "la crise n'est autre que l'histoire et sa possibilité même ; sous le masque d'un virus venu d'ailleurs, elle se manifeste cette fois-ci traumatiquement à nous comme événement cathartique qui nous projette 'dans le monde d'après', écrasant tous les dogmes, tous les préconçus idéologiques".
Sous le titre Changer la vie, la revue littéraire annuelle Apulée des éditions Zulma consacre son 6e numéro paru en mai dernier, à l'après-pandémie et l'avenir de l'Homme dans un monde incertain.
Depuis plus d'une année, nous sommes confrontés à une situation sans précédent. Celle-ci aura des répercussions certaines sur notre futur, dont certains aspects se concrétisent d'ores et déjà : écologique, politique, social et artistique. "Nous sommes tous projetés dans "le monde d'après", mais ce monde, quand commence-t-il, avec quels paradigmes et pour quelle reconstruction ?" s'interrogent les contributeurs de ce numéro.
Hubert Haddad, rédacteur en chef d'Apulée, estime que "la crise n'est autre que l'Histoire et sa possibilité même ; sous le masque d'un virus venu d'ailleurs, elle se manifeste cette-fois ci traumatiquement à nous comme événement cathartique qui nous projette 'dans le monde d'après', écrasant tous les dogmes, tous les préconçus idéologiques". Quand il s'agit de "relance" tous les experts se penchent sur les conséquences économiques d'une crise, sanitaire, politique ou sociale, mais qu'en est-il de l'écologie, de l'avenir de nos enfants et petits-enfants, de notre relation avec nous-mêmes et les autres ? Ce que Haddad appelle la "tragédie écologique protéiforme" astreint l'humanité "à inventer un vivre-ensemble extraordinairement généreux, à imaginer au plus vite et par tous les moyens comment décélérer la grande mécanique à produire du profit, comment désactiver ou neutraliser les machines infernales en tous genres partout actifs sur la planète". La revue réunit aussi des poèmes, illustrations, interviews d'écrivains, poètes, intellectuels comme Anouar Benmalek, Adonis, Jean-Marie Blas de Roblès, Tristan Felix et tant d'autres. Le poète syrien Adonis croit voir en la pandémie l'avènement, ou plutôt, la mise à nu de nombreuses catastrophes imminentes et de fissures aux quatre coins du monde. Il cite, dans sa contribution intitulée Quelle image pour le monde de demain ?, des phénomènes tels que "l'amorphie du 'phénomène arabe' et sa dissolution", "asiatique et l''ascension de la Chine", "la déconstruction collective européenne éclairée par 'l'individualisme' ou 'l'égocentrisme' britannique" et "l'obsession militaro-économique américaine". Par ailleurs, à l'occasion des anniversaires quasi simultanés de la disparition d'Albert Memmi et de Jean Amrouche, deux dossiers coordonnés par le professeur Guy Dugas, sont accompagnés de plusieurs contributions, traductions et publications des correspondances entre "le maître et élève". La relation entre les deux intellectuels fut bien plus que cela ; car Memmi "un élève parfois indocile et arrogant, mais finalement reconnaissant, conscient de partager avec son maître une 'condition impossible' et difficilement vécue d'entre deux, d'éternel exilé et comme lui devant faire l'épreuve du racisme et d'ostracisme, lutter entre une vocation littéraire et la nécessité d'un engagement destructeur". Pour rappel, Apulée, revue annuelle de littérature et de réflexion initiée par Hubert Haddad "s'engage à parler du monde d'une manière décentrée, nomade, investigatrice, loin d'un point de vue étroitement hexagonal, avec pour premier espace d'enjeu l'Afrique et la Méditerranée". "C'est autour du nom prestigieux d'Apulée – auteur berbère d'expression latine qui, avec L'Âne d'or ou Les Métamorphoses, ouvrit, au IIe siècle, une extraordinaire brèche de liberté aux littératures de l'imaginaire – que se retrouvent ici écrivains et artistes venus d'horizons divers."

Yasmine AZZOUZ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.