SDA El Harrach : 4,63 milliards DA de créances    Université M'Hamed Bougara : Partenariat avec les collectivités locales    MO Constantine : Grandes ambitions, petits moyens    Risques d'inondations : 28 points noirs recensés dans la capitale    Zemmouri : Des sinistrés dans l'expectative    Rencontre wali-investisseurs: Un «petit» bureau à la place d'une «grande» commission pour débloquer les projets    Une visite et des attentes    Le Liban n'est plus la Suisse    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Ligue des champions d'Afrique: ASEC Mimosas-CRB, aujourd'hui à 16h00 - Le Chabab en mission commando    Equipe nationale: Belmadi en remet une couche sur Delort    Coupe de la CAF: FAR Rabat-JSK, aujourd'hui à 17h00 - Un derby maghrébin indécis    Plafonnement des réductions pour l'Assurance automobile: L'Association des consommateurs veut saisir la justice    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    Colère des travailleurs de l'éducation à Oran: Sit-in ce lundi devant l'académie    Bethioua: Des projets de développement au profit des zones d'ombre    Un «Tapie» d'or    Une «tumeur maligne»    Belaribi brandit l'expérience algérienne    Des rejets à la pelle    Le Brésil prend le large    Ibrahimovic est rétabli    Staveley annonce la couleur    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    C'est l'apanage des mamans!    La femme rurale tient salon à Béjaïa    Deux routes fermées à la circulation    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    «La présidentielle française brouille la réconciliation»    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    Liverpool : Klopp mécontent du rachat de Newcastle    La prise d'otage de tout un peuple    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    MACRON, LA QUESTION MEMORIELLE ET LE MASSACRE DU 17 OCTOBRE 1961    Paris tente de calmer à nouveau le jeu    Grand cafouillage dans la programmation    D'autres procès attendent Tayeb Louh et Saïd Bouteflika    L'accent est mis sur la nécessaire égalité entre les Etats et les Nations    L'association RAJ dissoute    La Nation ne s'invente pas, elle est    Actuculte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La zone d'activités à l'abandon
DRAÂ EL-MIZAN (TIZI OUZOU)
Publié dans Liberté le 09 - 09 - 2021

Les rares industriels qui ont tenté l'aventure de l'investissement dans cette zone d'activités, qui attend toujours sa viabilisation, ont fini par plier bagage.
Créée en 1983, la zone d'activités de Drâa El-Mizan se retrouve, près de quarante ans après, dans un état d'abandon. D'une superficie de 57 ha, répartis en 35 lots, dont 13 ne sont pas encore affectés et deux non cessibles, cette zone située au lieudit Ihardywen ne ressemble plus, par son silence, qu'à un vaste cimetière.
Les deux ou trois opérateurs qui s'y sont installés ont fini eux aussi par quitter les lieux faute de viabilisation. Elle est, en effet, dépourvue d'eau, d'électricité, de gaz naturel et de routes. Contre vents et marrées, les trois investisseurs en question avaient tenté leur expérience, en vain.
Il s'agit d'un fabricant de tous types de papier, d'une limonaderie et d'un fabricant de matelas que les conditions ont fini par faire fuir. Lors d'une visite effectuée en 2018 par le wali de l'époque, des engagements ont été pris pour trouver une solution qui permettrait de donner un sang neuf à cette zone qui allait servir de fer de lance pour le développement local.
Le wali en question avait même recommandé au maire de travailler en étroite collaboration avec l'organisme de gestion de ces zones en vue de récupérer tous les lots inexploités par leurs bénéficiaires et attribuer les treize autres aux potentiels investisseurs qui garantiront le lancement de leurs activités dans l'immédiat.
Depuis, rien de concret n'a suivi. Lors d'une virée sur les lieux, le constat est des plus frappants : aucune opération n'est entreprise pour promouvoir cette zone. À en croire des sources au fait du dossier, même les expropriés ne sont toujours pas encore indemnisés.
Le même constat caractérise également la zone industrielle prévue entre Draâ El-Mizan et Tizi Ghennif, sur une superficie de 48 ha – 27 ha relevant de Tizi Ghennif et 21 ha de Draâ El-Mizan. Localisée à proximité de l'itinéraire de la pénétrante vers l'autoroute Est-Ouest, inscrite en 2008 et approuvée en conseil des ministres en 2018, cette zone est toujours en stand-by.
"Nous avons engagé un long processus pour le lancement de cette zone ô combien indispensable pour notre région. De nombreuses délégations se sont déplacées sur les lieux et ont fait le constat. Le problème de l'indemnisation des propriétaires terriens a été réglé. Mais pour le moment, aucune opération de viabilisation ou de délimitation de la zone n'est engagée. C'est uniquement de la poudre aux yeux", se désole un ex-élu à l'APW de Tizi Ouzou entre 2012 et 2017.
Prévue initialement sur une superficie de 116 ha avant qu'elle ne soit réduite à 48 ha, cette zone industrielle qui devait constituer le nouveau poumon économique de la région sud de la wilaya n'est plus qu'une arlésienne.
Même les actions menées par les maires de Draâ El-Mizan et de Tizi Ghennif, soutenus par la coordination des comités des villages des deux communes, pour lever toutes les entraves qui bloquent la concrétisation de cette zone, n'ont pas donné leurs fruits.
Cependant, cette région continue d'enregistrer des niveaux de chômage inquiétants et d'un sous-développement asphyxiant, tant l'économie locale se réduit à quelques petites unités de transformation de plastique et quelques autres unités artisanales de poterie traditionnelle qui n'assurent que de très maigres revenus.

O. Ghilès


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.