153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"COMME UN MIROIR BRISE"
32e partie
Publié dans Liberté le 21 - 09 - 2021

Résumé : Latéfa confie ses angoisses à la psychologue de l'hôpital qui lui accorde autant de temps qu'il lui faut pour qu'elle vide son cœur et retrouve un peu de sérénité. Dr Sofines lui rappelle qu'elle a de la chance d'avoir découvert à temps sa maladie. Avant de quitter l'hôpital, elle conseille au professeur de lui administrer un anxiolytique pour l'aider à trouver le sommeil. Sinon, ils passeraient une mauvaise nuit. Latéfa s'endormira rapidement.
C'est l'infirmière qui la réveille le matin. Latéfa a un étourdissement lorsqu'elle tente de se redresser. Elle réalise qu'elle a dormi d'un sommeil profond et sans rêve. L'effet du somnifère a eu raison de ses craintes qui aurait pu la laisser éveillée toute la nuit.
-J'ai soif, dit-elle à l'infirmière, mais celle-ci lui rappelle qu'elle doit passer au bloc. Juste un peu...
Mais l'infirmière refuse. Elle l'aide à s'asseoir. Latéfa s'accroche à son bras le temps de se sentir mieux. L'infirmière l'aide à ranger ses affaires avant de l'aider à se préparer. Elle troque son pyjama contre la blouse bleue, met une charlotte et glisse ses pieds dans des chaussons de la même couleur. L'infirmière pose sa robe de chambre sur ses épaules pour qu'elle n'ait pas froid.
-Si tout se passe comme prévu, vous serez la première à passer au bloc. Inchallah que tout se passera bien.
-Merci.
-Ce sont des collègues qui s'occuperont de vous à partir de maintenant, dit l'infirmière. Je vous reverrai plus tard inchallah.
La veille, Latéfa s'est endormie sans charger son portable, elle le range dans sa valise. Les portes du service sont fermées à clef. Il règne dans le couloir un silence pesant. Les malades sont contraintes à rester dans leurs chambres. Aucune visite n'est permise. C'est ce que découvre Latéfa qui espérait voir ses parents même de loin.
Deux infirmières viennent l'emmener au bloc opératoire où une bonne ambiance règne. Ils s'échangent des nouvelles de leurs familles et se plaignent des enfants qui veillent le soir à jouer sur leur play station ou à discuter au téléphone jusqu'au matin.
Une grande partie de l'équipe porte une tenue bleue, d'autres, en vert. Avec les charlottes et les masques, Latéfa ne reconnaît pas le professeur. Toutefois, tout en l'installant sur la table, l'anesthésiste discute avec elle, l'interrogeant sur ses projets, son futur, comme si c'est encore possible de l'envisager quand on a une maladie grave. Mais à force de parler de choses positives, elle finit même par sourire et reprendre espoir. L'équipe est prête à intervenir. L'anesthésiste en profite pour l'endormir pour de bon.
Latéfa n'a pas le temps de prier une dernière fois au fond de son cœur qu'un lourd voile noir s'abat sur elle.
Lorsqu'elle revient à elle, elle découvre ses parents près d'elle. Elle tente de sourire pour les rassurer, mais quand elle les voit si inquiets et larmoyants, elle fond en larmes lorsqu'ils prennent ses mains. Ils ont pris dix ans d'un coup. Sa mère l'embrasse sur le front et lui caresse le visage tout en lui promettant de belles choses. Ses larmes se mêlent aux siennes.
-Hamdoullah tu te réveilles enfin. Aâla slamtek ! Ne pleure pas ma chérie. Tout s'est bien passé. Ils ont fait de leur mieux.
-Semhili yemma. Elbareh, je ne voulais pas qu'on se sépare fâchées. Crois-moi, je n'étais pas bien...
-Chut, ma fille chérie, je n'ai rien à te pardonner. Tout ce que je veux, c'est que tu ailles bien. Que tu aies une bonne santé. Que tu vives ma chérie, dit Houria en essuyant ses larmes. Benti, ne pense à rien. Nous sommes là pour nous occuper de toi. Nous ferons tout ce que tu veux.
-Ya m'ra, kheliha tertah. Elle vient de sortir du bloc opératoire, elle a besoin de se reposer. Ne la fatigue pas, laisse-la récupérer.
-Je lui ai dit ce que j'avais sur le cœur. Hier soir, je n'ai pas dormi de toute la nuit. J'ai prié, prié, pleuré... Inchallah que le cauchemar est fini. Courage ma fille, est-ce que tu as mal ?
-Non, j'ai seulement envie de dormir.
Da Ali qui s'était éloigné pour essuyer ses larmes, retourne près d'elles. Il souffre de voir sa fille dans ce lit d'hôpital, défaite et méconnaissable. Il ne reste presque rien de sa fille si belle, si forte et pleine de vie. Il a envie de la secouer, de ramener le sourire et les couleurs sur ses joues. Il n'aime pas la voir faible.
Son cœur se serre en pensant qu'elle devrait faire des chimiothérapies pour être sûr de se débarrasser de cette maladie. Si Allah lui avait laissé le choix, ce serait lui qu'Il éprouverait et non pas sa chère fille.

À SUIVRE
[email protected]
VOS REACTIONS ET VOS TEMOIGNAGES
SONT LES BIENVENUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.