Elections locales: Le MSP s'en prend à l'ANIE    Croissance factice    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Feux d'artifice, pétards et leur danger    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Fortunes diverses pour les Algériens    Une loi pour protéger les institutions    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    La renaissance    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    Livraison de la totalité des infrastructures rénovées en décembre    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Des listes passées à la moulinette    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Les Sétifiens décidés à revenir avec un bon score    Infantino en tournée en Amérique latine    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    L'échauffement, à bout de souffle    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le NAHD en réel danger
L'ASSEMBLEE DES ACTIONNAIRES EST PREVUE LE 27 SEPTEMBRE
Publié dans Liberté le 26 - 09 - 2021

Aucun développement notable n'a été enregistré depuis la réunion des actionnaires tenue la semaine passée.
Pire, le NAHD va droit dans le mur, et ce, au moment où tous les clubs ont entamé leur préparation en prévision du début du championnat fixé au 22 octobre par la FAF.
C'est le flou total. L'actionnaire Youcef Cheragui, sur qui beaucoup d'espoirs reposaient à Hussein Dey, s'est rétracté en raison des changements opérés au procès-verbal ayant sanctionné les travaux des actionnaires.
Il était disposé à remettre deux chèques de garantie, l'un de 4 milliards de centimes pour entamer la préparation et le second de 6 milliards de centimes pour régulariser les joueurs, mais Ould Zemirli a changé le PV, selon l'actionnaire Kamel Saoudi, qui a poussé Cheragui à se retirer momentanément en attendant d'autres développements.
Cependant, Saoudi a révélé que le bilan financier est catastrophique ; il a parlé de 75 milliards de centimes comme dettes contractées par le club.
Il y a aussi cette curieuse somme de 11 milliards de centimes uniquement pour 4 joueurs qu'ils attendent de percevoir et qui est considérée comme une dette. Saoudi affirme que les dirigeants actuels n'ont pas la légalité d'entamer des discussions avec les joueurs et de procéder au recrutement.
À Hussein Dey, c'est la grogne totale. Les supporters ont réagi à travers les réseaux sociaux pour interpeller les autorités locales sur cette affaire et ce blocage du club qui n'arrive pas à voir le bout du tunnel.
Ils envisagent une action calme et sereine aujourd'hui pour faire entendre leur voix. Même l'entraîneur Karim Zaoui, enfant du club, diplômé de CAF A, n'a pas pu entamer ses fonctions à la tête du club pour ces raisons.
Le NAHD, qui a longtemps formé la crème des équipes nationales, se trouve aujourd'hui l'otage d'un clan qui refuse de le libérer.
Même cette réunion des actionnaires prévue le 27 septembre n'apportera rien, dans la mesure où l'ancien président campe toujours sur ses positions en refusant de céder le club au futur actionnaire en lui réclamant de lui remettre le chèque de 10 milliards de centimes dans ses propres mains.
Le NAHD est en réel danger. Les enfants du club doivent se solidariser pour le sauver, car depuis quelque temps les Sang et Or n'ont joué que pour le maintien.

R. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.