Une équipe algérienne décroche la 1re place    L'armée d'occupation israélienne attaque une ville palestinienne    Nous n'adhérerons à aucun processus de paix au vu de la poursuite du terrorisme marocain et du silence onusien    Plusieurs interventions dans le Centre et l'Est du pays ces dernières 24h    Les nouvelles technologies contribueront à sa généralisation    «Réception de la majorité des structures sportives vers la fin du mois»    Les ressources du secteur industriel "permettent de se passer d'une grande partie des revenus des hydrocarbures"    La conférence unificatrice des factions palestiniennes en Algérie, une affirmation du caractère sacré de la cause palestinienne    Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Man City : Déjà un accord entre Ferran Torres et le Barça ?    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    Légère baisse de la production d'agrumes    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Les Benhamadi condamnés    En souvenir d'Omdurman    Le dossier sera traité jeudi prochain    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    Le Covid contamine les écoles    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    Belmadi 4e, Mancini sacré !    Du gluten dans votre shampooing    Le RND remporte la présidence de l'APW    Le détail qui échappe à Charfi    Tout dépendra encore des recours    A Tierra met le cap sur Annaba    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Le bras de fer continue !    Les points à retenir du Conseil des ministres    Aziza Oussedik en paisible retraite    L'interaction Tamazight et l'informatique    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



MERIEM
112e partie
Publié dans Liberté le 26 - 10 - 2021

Résumé : Un jour, Kamel, le fils aîné de Meriem, apprend à sa mère qu'un jeune garçon le malmène et tente d'avoir des renseignements sur sa famille. Qui est ce garçon et que leur veut-il ? Elle décide d'aller récupérer ses enfants à leur sortie. Son cœur palpite lorsqu'elle remarque le jeune homme qui attend devant le portail.
Meriem se hâte de descendre de son véhicule et traverse la route pour se retrouver nez à nez avec l'agresseur de son fils.
- Qu'est-ce qui vous prend, jeune voyou ? Pourquoi vous attaquez-vous à mon fils ?
Interrompu dans son élan et fort surpris par la voix de la jeune femme qui le regarde en face, les mains sur les hanches, le jeune homme lâche le bras de Kamel pour prendre la poudre d'escampette. Mais, plus prompte que lui, Meriem s'agrippe à son bras et le bouscule. Il faillit perdre l'équilibre et s'accroche à une poutre en tentant de se dégager.
- Lâchez-moi, Madame, lâchez-moi. Je ne voulais pas faire de mal à votre fils.
Meriem le toise. Quelques badauds et des parents d'élèves se sont agglutinés autour d'eux. La jeune femme, se sentant en point de mire, lâche le bras du jeune homme qui, sans plus attendre, s'esquive avant de prendre ses jambes à son cou. Kamel et Malek, se qui se tiennent auprès d'elle, ont suivi la scène sans dire un mot. Meriem tente de se frayer un chemin à travers la foule et ils la suivent en silence. Une fois à la maison, elle se met à leur poser mille et une questions sur ce jeune homme. Depuis quand se postait-il devant l'école ? Comment pouvait-il connaître leurs heures de sortie ? L'avaient-ils vu auparavant ailleurs ? Connaissaient-ils son nom ou quelque chose sur lui ? Mais les deux garçons n'ont pas de réponses précises à lui donner. Ils se contentent de secouer leur petite tête, sans plus. De plus en plus intriguée, la jeune femme se promet de tirer, et seule, cette affaire au clair.
Sans rien dire à Hakim, elle décide de prendre quelques jours de congé. Kamel devrait terminer son cycle primaire dans une année, et Malek dans deux ans. Ce sont des élèves assidus, et personne n'a eu à se plaindre de leur conduite ni à l'école ni ailleurs. Ce garçon qui provoque Kamel devrait nourrir des desseins à son égard. Pourquoi justement Kamel et pas quelqu'un d'autre ? Meriem n'arrive pas à trouver le sommeil. Elle se lève et se met à arpenter le couloir de long en large. Quelque chose a vibré en elle tout à l'heure lorsqu'elle a rencontré le regard de ce jeune homme. Elle a même ressenti de la pitié à son égard. Pourquoi ? Le matin commençait à poindre lorsqu'elle put enfin fermer les yeux quelques heures, avant d'être réveillée en sursaut par la sonnerie du réveil matin. La journée s'annonce brumeuse et un froid glacial pénètre par la fenêtre entrebâillée de sa chambre. Elle se lève pour la refermer et se dirige vers la cuisine pour préparer le petit-déjeuner avant de réveiller Hakim et les garçons. Une heure plus tard, elle est sur la route en direction de l'école. Elle dépose ses enfants et ne les quitte pas des yeux jusqu'à ce que le portail se referme. Elle pousse alors un soupir et rentre à la maison. Dans quelques heures, elle ira les récupérer pour le déjeuner puis les raccompagnera pour les cours de l'après-midi. La journée passe sans encombre. Vers la fin de la journée, elle fait un grand détour par les quartiers mitoyens à l'école pour tenter de retrouver la trace du jeune homme de la veille. En vain. Ce dernier semble s'être volatilisé.
Elle gare au bord d'un trottoir et descend de son véhicule pour marcher un peu. Un coup d'œil à sa montre-bracelet lui apprend qu'elle est en avance pour la sortie des élèves. Elle flâne un peu en jetant des coups d'œil discrets aux vitrines des magasins. Puis elle s'achète un journal et revient le lire dans sa voiture. La sonnerie de la cloche qui retent quelques minutes plus tard la tire de sa concentration. Elle relève la tête et cherche des yeux ses enfants. Comme d'habitude, un flot d'élèves s'empressent de sortir, et elle reconnaît facilement dans la cohue Kamel et Malek qui avancent vers elle. Soudain, son regard rencontre la silhouette longiligne du jeune homme de la veille. Il est, non pas devant le portail, mais sur le trottoir opposé. Elle suit des yeux ses enfants qui finissent par arriver et monter dans son véhicule, puis se remet à contempler l'homme en face. Revenait-il pour agresser Kamel ou quelqu'un d'autre ? Comme elle sait qu'elle n'aura pas de réponse immédiate à sa question, elle attend quelques minutes. La foule des élèves et des parents s'étant dispersée, elle descend de son véhicule et s'approche de lui. Il la reconnaît et tente de s'enfuir, mais elle le retient.
- Attends un peu, toi.
Il essaye de s'enfuir cette fois-ci aussi, mais elle le retient. Il se racle alors la gorge et lance d'une voix plutôt calme :
- Madame... Je ne vous veux aucun mal. Je... Je...
- Que fais-tu donc devant cette école ?
- Heu... Rien. Je regardais sortir les élèves.
- Pour prendre l'un d'eux en otage ?

À SUIVRE
[email protected]
VOS REACTIONS ET VOS TEMOIGNAGES
SONT LES BIENVENUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.