Sellal acquitté    Coupe Arabe : Le groupe de l'Algérie au complet pour la séance d'entrainement du dimanche à Doha    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    La Cour constitutionnelle tranche en faveur des avocats    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le Championnat national hivernal les 18 et 19 mars à Oran    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les indépendants conduiront la commune de Constantine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"COMME UN MIROIR BRISE"
64e partie
Publié dans Liberté le 28 - 10 - 2021

Résumé : On ne lui laisse pas le choix. Maintenant qu'il était là à attendre, elle tente de se rendre présentable, en se maquillant mais elle se trouve affreuse. Tarek la force à ouvrir. Il la regarde avec amour. Il est heureux de la revoir et promet d'être ce qu'elle voudrait. Tout ce qui compte pour lui, c'est qu'elle a mis fin à ses tourments. Il la prie de ne plus les torturer. Elle pleure sur son épaule et perd ses foulards. Elle tourne la tête pour ne pas voir son regard.
-Comme t'es belle ! J'aime bien ta coupe.
- Ne dis pas de bêtises.
Tarek la quitte et sort sans un regard. Elle ne l'a pas suivi. Elle a remis ses foulards. Pendant un moment, elle est comme perdue. A-t-elle imaginé son retour et toutes ses belles paroles ? Elle n'ose pas descendre pour s'assurer s'il est bien là. Sa mère la prendrait pour une folle. Mais elle entend son père et il rit. Lorsque Tarek apparaît ou, plutôt, revient, elle sourit en voyant qu'il s'est rasé le crâne. Par solidarité.
- Mais tu es fou !, s'écrie-t-elle. Que vont dire tes parents ? Tes collègues ?
- Je n'ai aucune explication à donner. Je suis libre d'être moi, avec une boule à zéro. Je reste leur fils, et pour mon boulot, tant que j'arrive à l'heure et que je fais ce qu'ils attendent de moi, ils ne me remarqueront même pas. En fait, ma nouvelle tête me plait, ajoute-t-il en riant.
- Tu sais, moi aussi, je l'aurais fait si je n'avais pas été chauve, dit Da Ali, riant avec lui. Je suis heureux de vous voir ensemble. Même si beaucoup de choses ont changé.
Tarek pose la main sur son épaule et échange un regard avec lui.
- Pour moi, rien n'a changé, dit-il en redevenant sérieux. Je suis toujours le même, et à mes yeux, elle n'a pas changé.
- Cessez de parler de moi comme si je n'étais pas là. Houria qui arrive derrière a tout entendu. Elle est émue jusqu'aux larmes.
- Allah a entendu nos prières, murmure-t-elle. Il concrétise mon rêve ; vous voir ensemble.
- Maman !, la gronde Latéfa.
- Latéfa, toutes les mères sont pareilles, la rassure Tarek. Je vais rentrer chez moi. Je reviendrai lorsque je serai plus présentable. Comme tu le dis si bien. Je reviendrai dîner avec vous.
- Avec plaisir, dit Houria. Tu seras toujours le bienvenu. Tu illumines la maison de ta présence.
- Maman !
- Mais je n'ai rien dit de mal. Au contraire, je le mets à l'aise. Il nous a manqué, poursuit-elle au risque d'énerver Latéfa. Mon fils, tu n'as pas besoin de partir chez toi pour te changer. On a tout ce qu'il faut ici. Tout.
Mais au coup d'œil que lance Latéfa à Tarek, ce dernier devine qu'il vaut mieux qu'il parte.
- Je reviendrai pour le dîner, promet-il. Repose-toi. On parlera plus tard.
Latéfa hoche la tête.
- Prends ton temps. On n'a pas l'habitude de dîner tôt. Rentre bien.
Ses parents se chargent de le raccompagner dehors. Latéfa va à la fenêtre et le regarde partir. Elle n'est pas surprise quand il se tourne, la cherchant du regard. Il a un petit geste d'au revoir avant de disparaître de son champ de vision. Elle soupire tout en retournant au lit. Elle se demande si elle a bien fait de lui permettre de revenir dans sa vie alors qu'elle ignore de quoi sera fait demain.
Elle se rassure en se rappelant son sourire et son regard amoureux. Tarek n'a pas changé. Il l'aime encore. Il s'est rasé la tête pour lui prouver qu'il la soutient dans cette dure épreuve. Elle n'est pas surprise lorsqu'il l'appelle. Elle décroche et ferme les yeux, heureuse de l'entendre à nouveau.
- De quoi as-tu envie ? Qu'est-ce que je pourrais apporter ?
- Ramène-toi. C'est suffisant.
- La prochaine fois, je t'emmènerai où tu veux. On ne restera pas à la maison, décide-t-il. On doit rattraper le temps perdu... par ta faute. Sortir, voyager, voir nos amis.
Latéfa soupire.
- Une seule chose à la fois. Tarek, je suis épuisée. Je vais essayer de dormir un peu en attendant ton retour.
- Rêve de moi alors.
Elle le voudrait bien. Elle ferme les yeux et les doux moments passés en sa compagnie refont surface. La fatigue et toutes les émotions ont raison d'elle. Elle finit par s'endormir. Da Ali qui est monté afin de lui parler de la visite du professeur est surpris par son visage détendu et souriant. Il décide d'appeler son ami pour lui demander de passer un autre jour.

À SUIVRE
[email protected]
VOS REACTIONS ET VOS TEMOIGNAGES
SONT LES BIENVENUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.