Adopter une "approche réfléchie" pour adapter la formation aux nouveaux défis et enjeux    8e session de la haute commission mixte algéro-égyptienne: le Premier ministre égyptien à Alger    JM: le programme des épreuves d'athlétisme    JM /Boxe : les Algériens Mordjane et Benlaribi en demi-finale, Bouloudinats éliminé    JM: quatre soirées du festival international de danse populaire programmées à El Bahia    Le président Tebboune reçoit le Secrétaire général de l'UGCAA    Infirmières agressées à proximité du CHU de Beni Messous: le suspect arrêté    JM/Cyclisme: ''Nous visons le podium de la course en ligne'' (Reda Kehlal)    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans le secteur d'al Farsia    Cour d'Alger: L'ancien ministre Abdelwahid Temmar condamné à 4 ans de prison ferme    Mise en échec d'introduction d'énormes quantités de drogue par les frontières marocaines    Un plan d'urgence pour la relance de l'activité du port de Ténès en partenariat avec le groupe Gica    Festival de la musique et de la chanson oranaise: clôture en apothéose    JM: un engouement sans précédent pour les spectacles dans la rue    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Surfer prudent, surfer intelligent    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Le mot de Lamamra à la diaspora    Ces obstacles à franchir    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    La session prolongée au 15 juillet    Loukal rattrapé par la justice    562 véhicules livrés    Luis Suarez à River Plate?    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    Hamidouche, le chanteur à la voix douce    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    8 ans pour Tliba, 6 pour Ould Abbès    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le coût pesant des transferts sociaux
Un budget global de 1 942 milliards de dinars pour 2022
Publié dans Liberté le 03 - 11 - 2021

L'enveloppe budgétaire destinée au soutien aux familles pour 2022 est évaluée à 597,7 milliards de dinars, en augmentation de 8% par rapport à la loi de finances complémentaire pour 2021.
Le projet de loi de finances (PLF) 2022, présenté récemment par le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, devant la commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN), prévoit un budget de 1 942 milliards de dinars quant aux transferts sociaux, représentant 8,4% du produit intérieur brut (PIB), en baisse de 131,2 milliards de dinars (-6,3%) par rapport aux prévisions de la loi de finances complémentaire pour 2021. "Aussi, comparé à la loi de finances complémentaire pour 2021, le poids des transferts sociaux dans le budget de l'Etat prévu pour l'année 2022 enregistrerait une baisse, en passant de près de 24% en 2021 à 19,7% en 2022", lit-on dans "le rapport de présentation du projet de loi de finances 2022 et prévision 2023-2024", dont Liberté détient une copie.
La structure des transferts sociaux pour 2022 fait ressortir que le soutien de l'Etat en direction des familles et celui consenti aux secteurs de l'habitat et de la santé représentent 62% de l'ensemble des transferts. Selon le PLF 2022, le montant alloué dans le cadre du soutien aux familles est évalué à 597,7 milliards de dinars, en augmentation de 8% par rapport à la loi de finances complémentaire pour 2021, représentant 31% du total des transferts.
"Ce montant est, essentiellement, destiné à la subvention des prix des produits de base (céréales, lait, sucre et huile alimentaire) avec un montant de 315,5 milliards de dinars, représentant près de 53% du soutien destiné aux familles et 16% de l'ensemble des transferts", souligne le document. L'enveloppe financière affectée au soutien en direction de l'habitat est estimée à plus de 247 milliards de dinars, soit une baisse de 42% par rapport à la loi de finances complémentaire pour 2021, représentant 13% de l'ensemble des transferts.
Le budget destiné au soutien en direction de la santé pour 2022 s'élève à 361,1 milliards de dinars, en recul de 9% par rapport à la loi de finances complémentaire pour 2021, représentant 19% du total des transferts. Pour rappel, en septembre de l'année dernière, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait appelé à l'impérative "réduction" du budget destiné aux transferts sociaux, sans pour autant attenter aux catégories défavorisées et aux plus pauvres.
"Le montant des transferts sociaux oscille entre 12 et 14 milliards de dollars par an. Ce chiffre doit être revu à la baisse, d'une manière ou d'une autre, sans pour autant attenter aux pauvres et aux indigents dans notre pays", a indiqué le président Tebboune qui intervenait lors d'une entrevue avec des responsables de médias nationaux. Le PLF 2022 prévoit la mise en place d'un dispositif national de compensation monétaire au profit des ménages éligibles.
Ce dispositif sera mis en œuvre, suite à la révision et à l'ajustement des prix des produits soutenus. Il sera concrétisé à travers un programme de transfert monétaire direct au profit des ménages éligibles. À travers sa politique sociale, l'Etat algérien assure une mission de protection du pouvoir d'achat des couches de populations nécessiteuses, pauvres et vulnérables, à travers plusieurs dispositifs de subventions directes et indirectes (subventions aux prix, bonification des taux d'intérêt...).
Les subventions implicites, constituées notamment de subventions aux produits énergétiques et des subventions de nature fiscale, représentent environ 80% du total des subventions. Les subventions explicites représentent un cinquième du total des subventions, elles sont dominées par le soutien aux prix des produits alimentaires et aux logements.

Meziane RABHI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.