Everton: la piste Lampard    Le Président Tebboune institue le 4 août journée nationale de l'ANP    CAN-2021 / Algérie : " Le match face à la Côte d'Ivoire ne sera pas délocalisé"    Manchester United: Pogba de retour plus vite que prévu ?    Coronavirus: 810 nouveaux cas    Plus de 1 700 employeurs exonérés à Aïn Témouchent    De Mistura doit agir pour garantir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Le Conseil présidentiel en faveur de la tenue des élections    Les troupes nigérianes tuent cinq terroristes lors d'une fusillade    Le N 2 d'un groupe terroriste éliminé    "L'ACTIVITE SYNDICALE EST VITALE POUR LA SOCIETE"    Le statu quo !    Levée des obstacles sur 679 projets d'investissement    Le procès de Chakib Khelil et de l'ancien P-DG de Sonatrach reporté    Accidents de la route : 34 morts et 1027 blessés en une semaine    Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et 14 q de kif traité en 2021    Un syndicat plaide pour la gratuité des tests de dépistage de la Covid-19    Trois morts suite à une attaque par drone    Croissance de 8,1% en 2021, au plus haut depuis une décennie    Mouvement partiel dans le corps des douanes    Le baril de Brent «touche» les 86 dollars    Le pôle de formation ouvre ses portes à la presse    Quatrième report du procès de Chakib Khelil    A l'écoute de la CAN    Entre le fait politique et le fait polémique, l'intérêt du citoyen en péril !    Un vif intérêt d'opérateurs américains pour une coopération avec leurs homologues algériens    M. Lamamra reçu par le Président égyptien Abdelfattah Al-Sissi    «L'Omicron n'épargne aucune tranche d'âge»    Des agressions et des vols à répétition sur des équipements d'électricité et de gaz    Covid-19: vaccination "fondamentale" et mesures barrières pour faire face à la pandémie    Privilèges, affectations et contrariétés !    Comment un espion de la CIA est tombé à Alger    La «Longue liste» des auteurs retenus pour le prix littéraire Mohammed-Dib dévoilée    Des experts japonais en visite au CNRDPA et nombre de ports de pêche à Skikda    Nouvelles infrastructures éducatives    Pénurie d'huile: Les résultats de l'enquête parlementaire dans dix jours    Une histoire entre colons    Tébessa: Une dégradation en continu du cadre de vie    Belmadi refuse d'abdiquer    L'ADE au banc des accusés    Arrêts, grève et menaces planent...    Comme Barkhane, Takuba déjà à la peine    Tu recevras autant que tu as...    Les Canaris assurent et rassurent    Bouazza lance un cri de détresse    Héroïsme et sacrifice d'un condamné à mort    «Le rythme, c'est la vie»    La conquête de l'impossible    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les fonds perdus de la diaspora
LA COMMUNAUTE ALGERIENNE À L'ETRANGER NE TRANSFÈRE QUE 1,7 MILLIARD DE DOLLARS
Publié dans Liberté le 21 - 11 - 2021

Selon un rapport de la Banque mondiale, les transferts d'argent de la diaspora algérienne demeurent négligeables. En 2021, ils ont stagné autour de 1,7 milliard de dollars, alors que pour les pays de la région, ils ont connu une hausse considérable, notamment pour l'Egypte avec 33 milliards de dollars.
Les envois d'argent des migrants vers l'Algérie devraient légèrement augmenter cette année. C'est ce qui ressort de la dernière note d'information de la Banque mondiale sur les migrations et le développement. Les envois de fonds officiellement enregistrés vers l'Algérie devraient atteindre 1,759 milliard de dollars en 2021 contre 1,7 milliard de dollars l'année dernière, soit une hausse de près de 3,5%. Ils ne représentent que 1,1% du produit intérieur brut. Un niveau jugé très faible, il y a quelques jours par le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane.
Lors des travaux de la conférence des chefs des missions diplomatiques et consulaires algériennes, organisée au Palais des nations au Club-des-Pins (Alger), le Premier ministre avait estimé que le montant des transferts de devises de l'émigration ne reflète pas les capacités de la communauté algérienne établie à l'étranger. L'Algérie, a-t-il constaté, "ne bénéficie que très peu des transferts de fonds de la communauté algérienne à l'étranger".
Comparés à d'autres pays de la région, les envois de fonds de la diaspora algérienne, notamment ceux qui empruntent les voies officielles et bancaires, paraissent, en effet, "faibles".
La note d'information de la Banque mondiale indique que les envois de fonds vers les pays en développement de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord devraient avoir augmenté d'environ 9,7% en 2021 pour atteindre 62 milliards de dollars, grâce au retour à la croissance dans les pays d'accueil de l'Union européenne (France et Espagne notamment) et à la flambée des prix mondiaux du pétrole qui a eu un impact positif sur les pays du CCG.
Cette hausse est due aussi à la forte progression des flux entrant vers l'Egypte (12,6%, soit 33 milliards de dollars) et vers le Maroc (25%, soit 9,3 milliards de dollars), les migrations de retour et de transit jouant – respectivement – un rôle important dans ces résultats favorables.
Les envois de fonds vers le Maghreb (Algérie, Maroc et Tunisie) ont fait un bond de 15,2% du fait de la croissance de la zone euro. En revanche, les flux se sont ralentis dans plusieurs pays en 2021 : Jordanie (-6,9%), Djibouti (-14,8%) et Liban (-0,3%).
"Pour les pays en développement de la région Mena, les transferts d'argent constituent depuis longtemps la principale source de ressources extérieures, devant l'APD, l'IDE et les flux de placement et d'endettement. Les perspectives pour 2022 sont celles d'une progression plus lente de 3,6%, en raison des risques liés à la Covid-19", relève le document de la Banque mondiale.
Selon certains experts le niveau des transferts de fonds des émigrés vers l'Algérie est beaucoup plus important que celui capté par les statistiques de la Banque mondiale. Le circuit informel demeure un canal d'exécution privilégié pour l'envoi des fonds malgré l'amélioration des services financiers offerts par les banques.
Les lenteurs et les complications des procédures bancaires en Algérie poussent certains membres de la communauté algérienne établie à l'étranger à utiliser le circuit informel que le canal bancaire. Le gouvernement a annoncé, à maintes reprises, la possibilité d'ouvrir des succursales de banques publiques dans les pays d'accueil où il existe une forte communauté algérienne. Mais sur le terrain rien n'a été fait.
Lors des travaux de la conférence des chefs des missions diplomatiques et consulaires algériennes, le Premier ministre s'est attardé sur le rôle attendu de la communauté et des compétences nationales à l'étranger, le but étant "de renforcer leurs liens avec la nation et les impliquer effectivement dans tous les aspects liés au développement du pays, en prenant des mesures pratiques pour inciter les ressortissants algériens à investir dans des projets économiques et en les associant dans la stratégie de promotion des exportations hors hydrocarbures".

Meziane RABHI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.