Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Transfert d'argent par la Diaspora : L'Algérie à la traîne
Publié dans El Watan le 11 - 12 - 2018

Les transferts d'argent de la diaspora algérienne vers son pays d'origine totaliseraient à peine 2,157 milliards de dollars en 2018, contre 2 milliards de dollars en 2017, d'après le dernier rapport de la Banque mondiale (BM). Le montant des fonds envoyés vers l'Algérie représente 1,1% du produit intérieur brut (PIB) du pays. Les transferts d'argent vers l'Algérie étaient stables autour de 2 milliards de dollars de 2013 à 2017, selon la BM, mais les flux de cette année restent inférieurs au record de 2,4 milliards de dollars enregistré en 2004.
Ceci dit, les transferts de fonds de la diaspora algérienne sont de loin inférieurs à ceux captés par de nombreux pays de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA). L'Egypte a été le principal pays destinataire de ces fonds avec un total de 25,7 milliards de dollars, suivi du Liban (7,8 milliards), du Maroc (7,4 milliards), de la Jordanie (4,4 milliards), du Yémen (3,4 milliards), de la Palestine (2,7 milliards), de la Tunisie (2 milliards), de la Syrie (1,6 milliard) et de l'Iran (1,4 milliard), a détaillé le même rapport de la BM.
Dans une contribution publiée par un média en ligne, Ismail Guellil, chercheur universitaire, estimait que les montants transférés par la diaspora algérienne au pays ne reflètent pas totalement la réalité. «Les membres de la communauté algérienne établie à l'étranger préfèrent ne pas utiliser les mécanismes bancaires formels. Ils choisissent de ramener de l'argent en liquide durant les vacances d'été que de recourir aux transferts bancaires, comme font le reste des diasporas.
Les lenteurs et les complications des procédures bancaires en Algérie poussent les gens à utiliser les mécanismes traditionnels de transfert de fonds. Un programme de modernisation du système bancaire et financier du pays s'impose pour suivre l'évolution qui s'opère dans le reste du monde», a-t-il expliqué.
Les envois de fonds vers la région MENA devraient, par ailleurs ,augmenter de 9,1% pour atteindre 59 milliards de dollars en 2018, après une croissance de 6% en 2017. Cette augmentation est essentiellement tirée par la croissance rapide attendue en Egypte (+14%). «En 2019, la croissance des envois de fonds vers la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord devrait se poursuivre, mais à un rythme plus lent d'environ 3%, en raison de la baisse des prix du pétrole et de la modération croissance dans les pays membres du CCG», a souligné la BM dans son rapport.
Les frais de transfert pour un envoi de 200 dollars vers un pays de la région MENA ont légèrement diminué au troisième trimestre de 2018, passant de 7,4% à 7%, au même trimestre de l'année précédente. C'est encore un peu plus que la moyenne mondiale, qui a chuté à 6,9% au même trimestre. Au niveau mondial, le montant des fonds envoyés dans les pays en voie de développement devrait s'accroître de 10,8% cette année, pour atteindre 528 milliards de dollars. «Ce nouveau record suit une croissance solide de 7,8% enregistrée en 2017», a souligné la BM dans un communiqué.
Au total, les transferts vers l'étranger, c'est-à-dire incluant ceux à destination des pays riches, devraient s'élever à 689 milliards en 2018, soit un bond de 10,3%. Les transferts d'argent ont afflué dans toutes les régions mais de manière plus importante en Europe et en Asie centrale (20%) ainsi qu'en Asie du Sud (+13,5%), suivies de l'Afrique subsaharienne (+9,8%), du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord (+9,1%), de l'Amérique latine et des Caraïbes (+9,3%), enfin de l'Asie de l'Est et du Pacifique (+6,6%).
Pour la BM, la hausse des transferts d'argent est directement liée à la solidité de l'économie et de l'emploi aux Etats-Unis, à un rebond dans les pays du Golfe et de la Russie. L'Inde a été l'un des principaux pays destinataires de ces fonds, avec un total de 80 milliards de dollars, suivie de la Chine (67 milliards), du Mexique et des Philippines (34 milliards chacun) et enfin, de l'Egypte (26 milliards).
Pour l'année 2019, la BM anticipe une croissance plus modérée des transferts d'argent en raison d'un ralentissement de la croissance mondiale. «Les transferts futurs vers les pays pauvres ou à revenus moyens devraient s'accroître de 4% pour atteindre 549 milliards. Les transferts totaux devraient augmenter de 3,7% à 715 milliards en 2019», a noté la Banque mondiale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.