Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Le renforcement des capacités de combat de l'armée sahraouie, une des priorités pour 2022    Football / Algérie : Djahid Zefizef nouveau manager général des Verts    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le Chabab réussit la passe de trois    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La stabilité des prix du pétrole en jeu
L'Opep et ses alliés se réunissent aujourd'hui
Publié dans Liberté le 02 - 12 - 2021

Avec une demande en baisse et des réserves pétrolières en hausse, les prix devraient se replier à nouveau. Ce que ne souhaite pas l'Opep+.
L'Opep et ses alliés organisent, aujourd'hui, une réunion par visioconférence, pour examiner la situation des marchés pétroliers. Il s'agit d'une réunion cruciale, dès lors que les décisions prises détermineront, en partie, l'évolution des marchés dans les semaine et mois à venir. Elle intervient dans un contexte tendu, après la découverte du nouveau variant du coronavirus, baptisé Omicron, et la décision des Etats-Unis d'utiliser 50 millions de barils de pétrole puisés dans leurs réserves stratégiques pour tenter de faire baisser les cours de l'or noir. Quelle attitude doivent adopter l'Opep et ses partenaires, confrontés à ce nouveau contexte ? L'alliance va maintenir inchangée sa production, ou la modifier, sur la base du rapport du Comité ministériel conjoint de suivi (JMMC) qui lui sera présenté aujourd'hui. En effet, dans le cadre d'un premier scénario possible, l'Opep+ pourrait reconduire ses décisions de relèvement de la production de 400 000 barils par jour, ignorant l'appel des Etats-Unis.
Elle aura des arguments à faire valoir en faveur de la poursuite de sa stratégie. Elle devrait ainsi mettre sur la table des problèmes particulièrement d'actualité, liés à la reprise de la pandémie et à l'apparition de ce nouveau variant. La situation sanitaire se dégrade dans de nombreux pays consommateurs de pétrole, notamment en Europe. Et cela est de nature à affecter la demande pétrolière. Avec une demande en baisse et des réserves pétrolière en hausse, les prix devraient se replier à nouveau, ce que ne souhaite pas l'Opep+.
Des observateurs des marchés, à l'instar des analystes de la banque américaine Morgan Stanley, sont, cependant, d'un autre avis, estimant que la réunion d'aujourd'hui pourrait mettre en pause l'augmentation de la production mensuelle de 400 000 barils jour, car "l'alliance n'a ni la capacité de le faire ni une raison d'exacerber une offre excédentaire". La banque américaine Morgan Stanley a, par ailleurs, revu ses prévisions sur les prix du pétrole pour le premier trimestre 2022, en indiquant que le marché pétrolier s'attend à ce que le variant Omicron du coronavirus puisse freiner la demande de pétrole dans les semaines à venir.
Selon la note de la banque américaine, citée par Reuters, les prévisions du prix du brent, pour le premier trimestre 2022, sont estimées à 82,50 dollars le baril, contre 95 dollars le baril prévues précédemment. Pour la banque américaine, le marché pétrolier semble tenir compte d'un ralentissement de la demande mondiale de pétrole en raison du nouveau variant Omicron, ainsi que des craintes persistantes que l'équilibre du marché ne bascule vers un excédent dès le premier trimestre 2022.
Par ailleurs, l'établissement financier américain a souligné que les prix du pétrole pourraient atteindre leurs sommets au milieu de l'année prochaine, rehaussant ainsi ses prévisions pour le troisième trimestre 2022 à 90 dollars le baril de brent, contre les 85 dollars envisagés auparavant. Hier, le prix du baril de brent de la mer du Nord pour livraison en février, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, avançait de 5,19% à 72,82 dollars. À New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour le mois de janvier gagnait 4,88% à 69,41 dollars.

Youcef Salami


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.