Fête de l'indépendance: le MAE rend hommage à ses diplomates et cadres décédés en fonction    JM: programme des athlètes algériens    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Saïd Chanegriha promu au grade de général d'armée (Vidéo)    JM/Handball - dames (match de classement) : l'Algérie s'incline face à la Macédoine du Nord (31-23) et termine 8e    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Mali: les sanctions de la Cédéao levées, le nouveau calendrier électoral dévoilé    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    60e anniversaire de l'indépendance : une série de mesures adoptées pour permettre aux citoyens d'assister au défilé militaire    ANP: Saïd Chanegriha promu au grade de Général d'armée par le Président Tebboune    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes et Hawza    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    JM (8e journée) : tableau des médailles    Football - La CAN 2023 reporté à janvier-février 2024    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Géostratégie en gestation    La Libye et l'espoir suspendu    60 ans et beaucoup à faire    L'armée russe a pris Lyssytchansk    Les Palestiniens ont remis la balle aux Américains    Tebboune à coeur ouvert    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    «Vous avez une bataille à mener»    En dents de scie    «Nous revenons par la grande porte»    Contacts établis avec Ziyech    10e place pour Reguigui en course en ligne    «L'Algérie est le berceau de l'humanité»    Guterres encense la diplomatie algérienne    N'en déplaise aux révisionnistes!    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    Liberté syndicale et exercice du droit syndical: enrichissement du projet de loi    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Shirine Boutella (et tant d'autres) : coupables de non-représentativité
L'Autre Algérie
Publié dans Liberté le 23 - 12 - 2021


Par : Kamel DAOUD
ECRIVAIN
L'actrice Shirine Boutella est coupable. De quoi ? D'un baiser dans un film. D'elle-même. De son corps. De son visage. Ou de sa liberté de vivre sa propre liberté. Ou de son succès et sa maîtrise qui lui ouvrent les portes du monde du cinéma et de l'universalité. Mais coupable de quoi, en résumé ? De "mal représenter la femme algérienne", selon ses procureurs numériques en identité. Son cyber-procès est ouvert avec un verdict après un baiser d'actrice dans un film de fiction. Jugements, insultes, menaces... l'actrice s'en relève, selon ses déclarations, mais éprouve ce qu'on éprouve après la haine collective, la meute, l'insulte au nom des "constantes", de la "culture", des traditions ou des jalousies. C'est une femme, une actrice en ascension permanente et elle est libre. De quoi attirer le venin millénaire de ceux qui vivent emprisonnés par eux-mêmes, ligotés par leurs propres lois absurdes et incapables d'assumer la vie et leur désir, sauf en les projetant dans le "paradis".
Mais là n'est pas le propos de la chronique. C'est surtout cet hallucinant leitmotiv politico-moral algérien : la représentativité. Le contraire de l'identification. Car pour cette dernière, c'est soi-même qu'on veut être semblable au héros du moment. Dans la "représentativité", c'est l'autre qu'on veut "conforme" à soi. Pour Shirine Boutella, il est répété qu'elle ne représente pas l'Algérie, qu'elle n'a pas à jouer son rôle ainsi, car elle porte atteinte à la représentation de la femme algérienne, etc. Le verdict de représentativité revient en politique, en morale, en manuel des traditions et pour fixer les canons de la séduction hallal ou "nationale", du cinéma, de la façon de s'habiller et de presque tout. Grande loi du peuple unanimiste, culture profonde du parti unique, séquelle de l'union sacrée. On le retrouve dans la bouche du dictateur ou de son opposant, se partageant le même instinct de servitude et d'interdits, la même méfiance envers la liberté.
À chaque fois qu'une âme algérienne, une personne, un talent se détache du lot, c'est le procès en représentativité qui lui colle au dos. Mais représentatif(ve) de qui ?
De quoi ? Et, d'ailleurs, pourquoi sent-on que l'autre doit nous représenter ? N'est-il pas libre de sa fulgurance, de son don ou de son dribble ? Pourquoi cette tendance nationale à la momification par un imaginaire mortifère ? Pourquoi chercher la représentativité comme des orphelins, jusqu'à en faire un trauma et un tribunal ?
Le procès en représentativité est même féroce en politique. Il y est dit que le "régime" ne nous représente pas, mais ce verdict a une extension nihiliste absolue : rien ne me représente et j'attaque toute représentation possible d'autrui. À chaque fois qu'une pluralité politique se dessine, elle est vite décapitée par le procès en représentativité. On l'a vu pour le soulèvement du 22 Février et ce que cela a coûté à cette colère que de refuser tout leadership au nom d'un procès en représentativité absolue. On sait ce que cela coûte à chaque élection que d'attendre la représentativité idéale pour finir par être représenté par le contraire absolu de ses aspirations. On voit chaque jour ce que cela installe comme dictature horizontale, refus de liberté et de réelle démocratie que d'attaquer toute personne qui se distingue par un avis libre, un opinion indépendante : autant que le "régime" qui ne le tolère jamais, les "démocrates" s'y appliquent avec la même ferveur inquisitrice.
La représentativité ? On la veut absolue, romantique, radicale, unanimiste, en mode parti unique et sans la moindre possibilité de dissidence. En politique, elle devient une opposition dictatoriale à la dictature telle qu'elle est définie. En morale, elle s'applique aux femmes, aux artistes, aux écrivains et à toute personne porteuse d'une différence, d'une expression ou d'une séparation. C'est alors qu'au nom de la représentativité, on va insulter, censurer et diffamer ou menacer.
Le procès a même un curieux domaine d'extension : les médias et cultures de pays étrangers qui oseraient venir parler des Algériens, selon leurs propres codes : un documentaire sur le Hirak qui questionne de jeunes Algériens différents ? Il sera "napalmé" au procès de la représentativité. Un clip de musique avec une danse lascive ? Autant. Un roman aussi. Une façon de s'habiller, une coupe de cheveux.... D'ailleurs, selon la représentativité, la femme doit être asexuée par la vertu, l'homme mort et vaniteux par le martyre, l'Autre un traître de facto, le frère fidèle à cause du même ventre et l'utopie une teinte majeure pour la nation et ses affects.
Expression d'une profonde angoisse utérine, de panique devant la différence et l'altérité, mais surtout d'une abyssale culture de l'intolérance face aux libertés et à l'individu. Une culture partagée, reconduite, installée et "mainstream" depuis l'épopée guerrière de l'indépendance : tout individu est une menace ; toute liberté est à détruire au nom de la représentativité ; toute différence est une traîtrise. Si on y ajoute le talent d'une actrice, son statut de femme, son indépendance et ses succès, voici la plus grande menace sur la virilité nationale, la "culture nationale", l'authenticité, les vertus des ancêtres, le "chouroukisme", le sang des martyrs...
Shirine Boutella n'est pas représentative, oui. On est d'accord avec la meute numérique. Elle n'est pas représentative de la représentation que l'on veut se faire et qu'on veut imposer de la femme et de l'Algérienne et de l'Algérien. Eh oui, il fallait la lapider puisqu'on ne peut pas réussir comme elle et vivre et rire et escalader et s'imposer et s'accepter. Elle n'est pas représentative, autant que beaucoup d'Algériennes et d'Algériens qui ne veulent pas penser, vivre et flamboyer comme la meute ou continuer à ne rien faire au nom du manque de représentativité ou à tout se permettre en croyant incarner la représentativité absolue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.