Fête de l'indépendance: le MAE rend hommage à ses diplomates et cadres décédés en fonction    JM: programme des athlètes algériens    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Mali: les sanctions de la Cédéao levées, le nouveau calendrier électoral dévoilé    Saïd Chanegriha promu au grade de général d'armée (Vidéo)    Yacine Selini désigné président de la commission d'instruction de l'UAJ    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Le Président Tebboune préside la cérémonie annuelle de remise de grades et de médailles aux officiers de l'ANP    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    60e anniversaire de l'indépendance : une série de mesures adoptées pour permettre aux citoyens d'assister au défilé militaire    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes et Hawza    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    JM (8e journée) : tableau des médailles    Football - La CAN 2023 reporté à janvier-février 2024    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Géostratégie en gestation    La Libye et l'espoir suspendu    60 ans et beaucoup à faire    L'armée russe a pris Lyssytchansk    Les Palestiniens ont remis la balle aux Américains    Tebboune à coeur ouvert    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    «Vous avez une bataille à mener»    En dents de scie    Contacts établis avec Ziyech    10e place pour Reguigui en course en ligne    «Il y a eu une FAH de criminels»    «L'Algérie est le berceau de l'humanité»    Guterres encense la diplomatie algérienne    N'en déplaise aux révisionnistes!    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    Liberté syndicale et exercice du droit syndical: enrichissement du projet de loi    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Social" vue sur mer et autres bidons-villas
L'AUTRE ALGERIE
Publié dans Liberté le 03 - 02 - 2022


Par : Kamel DAOUD
ECRIVAIN
En remontant du vieux port, la mer se retrouve à votre gauche, comme un pan onirique de votre vie. Aujourd'hui, elle a ce bleu qui fait trébucher le cœur, lui fait rater une marche imaginaire. Un bleu lumineux, comme si elle était vivante et heureuse et cherchait à séduire, pas à noyer. Une autre vie se rappelle à vous en la contemplant : celle où vous n'avez pas les mêmes habits, ni le même prénom, l'autre vie. Celle qu'on rêve quand la pesanteur s'aggrave avec les soucis. Plus haut, il y a ce rond-point traversé des rails du futur métro. Mostaganem l'attend depuis des décennies. Le carrefour distribue vers la ville, qui va se dégringoler jusqu'en bas pour se nourrir au ras des bateaux, ou fait remonter vers la forêt juchée sur la montagne qui arrive de l'est. Ici encore la beauté est légère, ouverte, comme un prénom aimé. Le ciel y retombe dans sa totalité dans les yeux et la lumière est chargée de transparence qui frise la vérité. Tout semble net, lointain, accessible, précis comme la révélation. Les arbres verts donnent au bleu de la mer un contraste de paradis. Puis, d'un coup tout cesse car on commet tous l'erreur de baisser le regard pour scruter ce qui se présente face à soi : les immeubles nouveaux, les "cités", les relogements, l'urbain du baril. Hideux, énormes, sals et anciens, neufs et dégradés. Mostaganem se reconstruit partout en se détruisant. Partout des logements sociaux avec vue sur mer, des densifications monstrueuses, des cubes de rêves et de ciment. Personne ne veut un pays, tout le monde veut un logement. Ici, les noms des walis qui ont saccagé la ville sont connus. On connaît surtout la puissance de cette caste, elle s'étend des carrières, à l'esthétique des ronds-points. Les belles maisons de bois sur piloris sur mer avaient été détruites pour être remplacées, aux Sablettes, la vieille plage, par d'hideuses arcades à la Zoukh, aujourd'hui en prison. On érigea la laideur. Si près de l'éternité méditerranéenne, ce ne sont pas des restaurants où l'on peut manger, des terrasses, des lieux touristiques, mais des "logements sociaux" ou autres qui s'entassent comme des déportés. Les meilleurs terrains sont pour cette revanche sur le sort et l'exclusion coloniale. Rien sur des kilomètres, que des arbres sur du vide parce que après le "gang" de Bouteflika on ne donne plus de terrains pour les projets, aucun Qatari riche n'a transformé le sable en rêve, les ministres islamistes du Tourisme y ont à peine réussi à créer un hôtel selon la charia et la non-mixité des piscines, et on sait tous que gérer c'est geler les projets et que bien attendre, et faire attendre, c'est éviter la prison. Mais dans la ville, le massacre de l'histoire ancienne et du futur touristique et affligeant, il broie le cœur. Que du vide ou du ciment, malgré de belles terrasses pour piqueniqueurs, récemment ouvertes.
En haut de la ville, là où le plateau d'une montagne affleure le ventre impossible du ciel, la forêt s'interpose avec sagesse et ombre. Ce lieu, ce "plateau" ouvre d'un côté sur la mer, d'un autre sur l'arrière-pays. Des fermes qui donnent, à l'ouest, sur la ville ancienne : la paysannerie mostaganémoise dédaignée, autrefois, par les vieilles familles locales et prestigieuses. C'est ici, en haut de Mosta, vers l'est, qu'on retrouve l'une des œuvres maléfiques de Bouteflika : une cité de "la concorde", El-Wiam, composée de relogés, de logements sociaux serrés comme des rescapés, de terriers, de poutres et de débris. On y construit à tout-va, des cubes par milliers, qui encerclent la vieille ville. Ni place, ni terrasse, ni parking ni lieu de loisir, ni bonheur. Reloger ? C'est le but de l'indépendance et le "déménagement" par camions et youyous est la preuve qu'on va marcher sur la Lune.
Le lieu magnifique aurait pu servir à créer de l'emploi, du tourisme, du plaisir, du standing, il sert à reloger dans le vrac et l'indistinct, la hâte et l'obsession du bilan. Amoncellement de saleté, insécurité, ennui et oisiveté dangereuse y font la cartographie. D'ailleurs, le but des plus jeunes, c'est d'avoir un logement social pour sortir de la précarité puis de prendre la mer pour s'installer à Toulouse, l'autre Mostaganem de la France. On s'y glisse, erre, s'afflige, puis une envie de pleurer, idiote et bête, vous surprend tant la laideur, le gâchis est immense.
Face aux "cubes" de l'indépendance, se dresse une autre carte : les bidons-villas. Familles moyennes en exode vers l'extérieur pour échapper à l'usure du legs colonial urbain, enrichies ou étouffées. Des villas laides, éparpillées comme tombées d'un camion, sans plan urbain, ni tracé, ni place, ni équipements... : une autre ville, entière et fracassée, désordonnée comme dans une fuite des pierres. Ce sont les terrains sans acte que l'on se vend entre "famille", sur "témoins" ou par prédation, raconte-t-on sur place. La technique, affirme-t-on encore, c'est de tracer parfois à la chaux un terrain à bâtir et d'attendre si des propriétaires se manifestent avec leurs "actes". Si rien n'arrive, on le vend "sur parole" à des gens venus d'ailleurs qui y érigent des villas qui se tournent le dos à moitié, au trois quart, ne se font jamais face. Architectures du chapeau magique, née d'un soir comme des infidélités. Quelquefois, ce sont des terrains de familles en conflit ou "sans papiers", etc. C'est une zone foncière "libérée", une géographie du non-droit selon le droit du bras, avec vue sur mer aussi. "L'Etat" n'y vient jamais, n'ose pas. Ici on vend, on construit et on attend l'acte, quand l'Etat n'aura même plus de pantalon, un jour ou l'autre. Il y aura toujours une "régularisation", un jour ou l'autre... Comme un effacement des dettes. Une remise à zéro du zéro national.
Le "non-Etat" fait face, dans l'abstrait, au "trop d'Etat" en bas. A la plage du Mejdoub que des bénévoles nettoient sans cesse, si ancienne, si belle et antique, le lieu avait été aménagé, en beau et en bien. Mais il reste vide avec des poteaux difformes. A peine un vendeur de sardines grillées qui persiste : ici, rien ne se vend, rien ne s'achète. Mostaganem est une ville-pôle du tourisme interne, mais il n'y a presque pas de restaurants sur la côte, d'hôtels low coast, de terrasses surtout. Il y a certes le ciel, il y a la mer assise sur les genoux du ciel comme toute la beauté, il y a la terre, mais il manque "l'autorisation". On en donne tellement rarement à ceux qui veulent "commercer", créer des espaces, offrir un service : c'est la gestion par le "non", le refus. Contraire absolu de la gestion par le déni dans les cités "concorde".
Deux extrêmes : au pays du bras on leur permet tout, mais à ceux qui ont des mains, on interdit presque tout.
Etrange ville, ancienne, comme déclassée par l'immobilité, désirée par le tourisme interne mais donnant plus sur le vide que sur la mer, vacante, errante, belle, avec tant de lumière, conservatrice, chère mais inhabitée. Cela explique en partie un étrange paradoxe : c'est ici que veulent venir les touristes algériens de l'intérieur et c'est d'ici que partent les chaloupes de harraga. C'est à dire que le lieu même qui devait inventer le loisir invente le départ.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.