Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    Le vieux de mon village    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Un Palestinien tombe en martyr    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Gros risques sur la céréaliculture
FAIBLESSE DE LA PLUVIOMETRIE DEPUIS PLUS DE DEUX MOIS
Publié dans Liberté le 09 - 02 - 2022

L'absence de précipitations en cette période cruciale de l'année aura certainement des conséquences négatives sur la production agricole nationale.
Le phénomène tend à s'inscrire dans la durée : ces trois dernières années, l'ensemble des régions d'Algérie a connu un déficit en pluviométrie compris entre 20 et 30%. Et l'absence de précipitations en cette période cruciale de l'année ne manquera, certainement pas, d'avoir des conséquences négatives sur la production agricole nationale, d'autant que le taux national de remplissage des barrages, estimé à 37,66% selon le ministère des Ressources en eau et de la Sécurité hydrique, demeure faible pour faire face aux besoins du secteur agricole.
Pour l'heure, experts et responsables du secteur s'accordent à dire que l'on ne peut parler de sécheresse. Car habituellement, les mois les plus pluvieux de l'année sont mars et avril. Mais cela n'exclut pas que le produit qui risque d'être le plus touché est les céréales, mars et avril étant des mois cruciaux en ce qu'ils constituent la période du tallage laquelle nécessite beaucoup d'eau.
"Nous sommes dans une phase assez critique. L'année écoulée était déjà difficile sur le plan pluviométrique. Son impact sur la production céréalière, pour ne citer que cette filière, a été extrêmement sévère", avoue le Pr Ali Daoudi, enseignant chercheur à l'Ecole nationale supérieure d'agronomie. Il en veut pour preuve la faiblesse de la production ou de la collecte de blés évaluée par le ministère de l'Agriculture à 13 millions de quintaux seulement.
Durant les deux derniers mois (décembre et janvier) et vraisemblablement, le mois de février en cours, le taux de pluviométrie est très faible. Du coup, le spectre de la sécheresse plane bel et bien sur le pays. "Si cette carence en précipitations persiste, de gros risques pèseront lourdement sur les productions, notamment la céréaliculture", prévient l'agroéconomiste.
L'Ouest, réputée pour sa faible pluviométrie, avec un taux de remplissage des barrages évalué à 22%, sera certainement la région la plus touchée. Si de telles conditions climatiques défavorables continuent durant les quelques semaines à venir, la campagne céréalière sera fatalement compromise pour l'année en cours. Mais contrairement à l'Ouest, à l'Est, avec quelques jours de pluie, la récolte pourrait être sauvée.
En clair, si d'ici à la mi-mars, la pluie venait à tomber, l'année pourrait être sauvée. Faute de quoi les dégâts risquent d'être fatals pour la campagne céréalière. "Les signaux sont préoccupants pour la campagne 2021-2022 qui risque d'être impactée sérieusement", indique notre source.
Or, la pluviométrie ne concerne pas uniquement les cultures pluviales et la céréaliculture mais également les secteurs où les périmètres sont irrigués depuis des barrages. Et le taux de remplissage de ces derniers au niveau national ne dépasse pas 37%. Un taux faible, qui peut à peine satisfaire les besoins des populations en eau potable
. Ainsi, les quotas destinés à l'irrigation seront revus à la baisse ou carrément annulés. L'agriculture à irriguer sera de ce fait indubitablement affectée.
L'autre méfait de manque de pluies a trait à l'épuisement de certaines nappes, devenues fragiles à cause d'une surexploitation. "Avec un cycle de deux années consécutives de faible pluviométrie les conséquences risquent d'être plus lourdes que celles de l'année dernière", estime le Pr Daoudi.
Face à une telle situation, il faut impérativement, suggère-t-il, minimiser le pompage et optimiser l'utilisation de l'eau qui est pompée. "Ce n'est pas encore très alarmant, mais il y a toutefois des signaux inquiétants", conclut notre interlocuteur, qui invite les responsables à anticiper sur cette problématique en prenant les mesures nécessaires.

B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.