Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"La vie d'après" d'Anis Djaad primé
5e Prix Bouamari-Vautier en soutien au cinéma émergent
Publié dans Liberté le 16 - 02 - 2022

Pour cette édition de ce prix qui récompense un premier film de fiction et documentaire, les réalisateurs Anis Djaad et Salah Issad ont décroché respectivement le premier prix pour La vie d'après et la mention spéciale du jury pour Soula. Dans la catégorie documentaire, le couple Ferhat Mouhali et Carole Filiu Mouhali s'est distingué avec Ne nous racontez plus d'histoires.
Le 5e prix Bouamari-Vautier en soutien au cinéma algérien émergent, a consacré La vie d'après d'Anis Djaad, comme meilleure œuvre de fiction. Quant au prix du meilleur documentaire, il a été attribué à Ne nous racontez plus d'histoire de Ferhat Mouhali et Carole Filiu Mouhali. Pour sa part, le jeune réalisateur Salah Issad a eu droit à la mention spéciale du jury pour son film Soula. Les noms des lauréats de ce prix, initié par l'association France-Algérie (AFA), ont été dévoilés lors de la cérémonie qui a eu lieu dans la soirée de lundi à l'Institut du Monde arabe (IMA) de Paris, en présence de Jack Lang (président de l'IMA), Arnaud Montebourg (président de l'AFA) ainsi que des membres du jury et les réalisateurs.
Retransmise en direct à l'Institut français d'Alger (IFA), Anis Djaad (qui n'a pu s'y rendre), ému par cette distinction, a insisté sur le fait que "depuis que j'ai commencé ma carrière au cinéma, je participe dans des festivals pour la visibilité du film, mais je n'ai jamais pensé aux compétitions. Je suis seulement en compétition avec moi-même, et ce, pour faire de meilleurs films !". Pour rappel, La vie d'après est une fresque poétique et bouleversante qui raconte l'histoire d'une veuve (Hadjer), qui se retrouve victime d'une rumeur par les habitants de son village. "Elle est forcée de fuir le village en compagnie de son fils, Djamil. La fin d'une vie paisible et le début d'une survie tourmentée dans les méandres de la grande ville". Concernant le documentaire Ne nous racontez plus d'histoire, loin de l'historiographie officielle (algéro-française), les réalisateurs "rencontrent des témoins aux discours volontairement oubliés et qui se battent contre la guerre des mémoires pour faire entendre une vérité plus apaisée".
À noter qu'avant de dévoiler les noms des grands lauréats, Arnaud Montebourg a rappelé que l'association s'attache à "conforter des liens amicaux, et ce, au-delà des obstacles, malentendus, froissements... et notre association qui a 59 ans, promeut, accompagne et soutien des projets économiques, culturels, sociétaux et humains, qui renforcent la connaissance réciproque des deux sociétés". Au sujet du prix Bouamari-Vautier, il a indiqué que "ce prix a été créé pour saluer le travail de nouveaux réalisateurs et pour faire mieux connaître le cinéma émergent d'Algérie. Il y a beaucoup de talents. Ce prix participe pleinement à l'unisson à défendre les valeurs d'amitié et de fraternité, et ce pont humain que nous cherchons à maintenir".
Pour sa part, François Gouyette, ambassadeur de France en Algérie, a confié avoir été le plus jeune administrateur de l'AFA, et ce, en 1973 alors qu'il n'avait que 20 ans. "Cette cérémonie (retransmise dans les instituts d'Alger et d'Oran, ndlr) est aussi l'occasion de valoriser le travail de l'équipe de l'ambassade et de l'IFA, qui accompagne le cinéma algérien. D'ailleurs, beaucoup de films de réalisateurs algériens ont été projetés à l'institut. Une façon de promouvoir ce cinéma qui se développe avec vivacité." À rappeler que les films sélectionnés pour cette édition sont Cigare au miel de Kamir Aïnouz ; Ibrahim de Samir Guesmi ; Argu de Omar Belkacemi et Voyage en Kabylie de Hace Mess et Mathieu Tuffreau. Pour la catégorie documentaire, on retrouve Leur Algérie de Lina Soualem et Les visages de la victoire de Lyèce Boukhtine.
Ces productions ont été départagées par les producteurs et réalisateurs Alexandre Arcady et Besnier Emmanuel, les réalisateurs Bentoumi Farid et Nadir Moknèche ou encore le scénariste et formateur Tahar Boukella et l'écrivaine et spécialiste du cinéma maghrébin Denis Brahimi. Et la présidente du jury n'est autre que la réalisatrice Dominique Cabrera.


Hana M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.