OL : Cherki vendu dès ce mercato ?    Wijnaldum a consulté Salah avant de rejoindre l'AS Rome    Man City : Mendy passe devant la justice    Selon le rapport d'un institut américain: L'Algérie a réussi à contrer la menace terroriste    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Quatre Palestiniens tués par l'armée sioniste    Electricité: L'Algérie prête à augmenter les quantités exportées vers la Tunisie    La virtualité des PIB et des PNB    Djezzy: Mahieddine Allouche nommé DG par intérim    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: Le propriétaire de la société «Future Gate» condamné à six ans de prison    D'une valeur de 2 millions d'euros: Du matériel médical périmé saisi, trois arrestations    Pour sécuriser les accès au pôle urbain Zabana: Le chantier de deux bretelles et d'un rond-point relancé    Le Premier ministre reçu par le Président Erdogan à Konya en Turquie    Le Premier ministre assiste à la cérémonie d'ouverture des Jeux de la Solidarité islamique à Konya en Turquie    La société civile et la jeunesse au-devant de la scène    La voix écoutée de l'Algérie    Un rival de Sadr réclame le retour du Parlement    Une opération à trois bandes...    Brèves    La première médaille pour Zouina Bouzebra    10 morts lors d'une attaque terroriste    Ramtane Lamamra en Azerbaïdjan    Un plan d'urgence pour développer ces filières    «L'anglais à l'école est une chose positive»    La canicule est de retour    Une fresque à la mémoire des victimes    Les détails de l'opération UGTA    Samy Thiébault en concert    Hommage à Mahboub Safar Bati    Conseil supérieur de la magistrature : élection des membres du Bureau permanent    Boughali s'entretient à Bogota avec le MAE colombien sur la promotion de la coopération bilatérale    Batna: création de deux forêts récréatives    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: 6 ans de prison ferme contre Oussama Rezagui    Invasion militaire sioniste à Naplouse: 3 martyrs et plus de 40 blessés    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Tlemcen: L'artiste peintre Abdelkamel Bekhti n'est plus    Boumerdès à l'heure d'été    Au bon souvenir de feues, les «robes noires»    Le barrage inexploité    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de la Fédération de Russie en Algérie    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de Libye à Alger    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Mila: 17 biens culturels retenus au projet d'itinéraire touristique de la wilaya    L'hirondelle qui en appelle au printemps...    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Le Hirak n'est pas dans la confrontation physique avec l'Etat"
AMAR MOHAND-AMER, HISTORIEN, CHERCHEUR AU CRASC D'ORAN
Publié dans Liberté le 22 - 02 - 2022

Historien et directeur de la division socio-anthropologie de l'histoire et de la mémoire (HistMém) au Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle (Crasc) d'Oran, Amar Mohand-Amer revient, dans cet entretien, sur l'évolution du pays à l'ombre des nouvelles donnes induites par le Hirak dont on célèbre aujourd'hui le troisième anniversaire.
Liberté : Trois ans après l'émergence du Hirak, quel constat faites-vous de la situation générale du pays ?
Amar Mohand-Amer : Le pays est entré dans une situation difficile bien que le Hirak ait posé les jalons d'un renouveau politique historique. Depuis trois ans, face aux espérances de la jeunesse, l'Etat a opposé la répression, les privations et de scandaleuses atteintes aux acquis que le peuple algérien a arrachés durement et, parfois, dans le sang. Les institutions politiques sont dévitalisées malgré leur renouvellement, l'économie est gérée à l'emporte-pièce, la Constitution bafouée, etc. C'est triste à dire, mais c'est la réalité. Encore une fois, ceux qui nous gouvernent ont tourné le dos au peuple et à sa jeunesse.
Qu'est-ce que le Hirak a pu apporter et a-t-il réussi à changer le visage de l'Algérie ?
Le Hirak a montré que la jeunesse algérienne est porteuse d'un projet construit autour de valeurs démocratiques et progressistes. Le pacifisme, la fraternité, la solidarité, la mixité sociale et le débat contradictoire qui ont marqué ces belles années du Hirak en sont la preuve. Le Hirak a montré — et continue à le faire — que la société algérienne n'est ni passive ni fataliste mais dynamique et responsable. Le Hirak est le plus beau miroir de l'Algérie depuis l'indépendance et sa planche de salut.
Certains évoquent son "échec". Peut-on parler d'échec ? Et si tel est le cas, quelles en sont les raisons, selon vous ?
Le Hirak est un processus inscrit dans la durée. Il a déjà réussi à conscientiser des millions de nos concitoyens. Il continue à promouvoir et à consolider la culture de l'action pacifique, de la responsabilité en politique, de la solidarité, de l'entraide, mais surtout de l'unité nationale. Ce sont ces valeurs qui constituent le socle d'une Algérie où la jeunesse jouera donc son rôle naturel, celui d'une avant-garde nourrie des valeurs du Hirak de 2019. Ce n'est pas un discours lénifiant ou utopique. Le Hirak a semé l'espoir et la fraternité. Ce sont de redoutables catalyseurs pour notre affranchissement pacifique d'un système dépassé et revanchard.
La stratégie adoptée par le pouvoir à l'égard du Hirak est-elle appropriée ?
La stratégie du pouvoir est vouée à l'échec car elle va à l'encontre de l'histoire du pays. On ne construit pas un Etat en remplissant les prisons de la jeunesse de l'indépendance. Le Hirak a mis la responsabilité et la préservation de nos institutions au centre de ses priorités. Sa stratégie est imprégnée de la volonté de protéger le pays.
Ses actions fondamentalement politiques ont toujours abouti : les Algériens ont largement délégitimé l'ensemble des élections depuis le 22 Février 2019. Le Hirak n'est pas dans la confrontation physique ou brutale avec l'Etat, il est dans la recherche des voies les plus raisonnables et pragmatiques pour remettre le flambeau à ses légitimes récipiendaires, les jeunes.
Comment voyez-vous l'évolution de la situation ?
Nos dirigeants devraient revenir à la raison. La répression n'est pas un projet politique. Redoubler de férocité envers sa jeunesse, c'est enterrer une énième fois celles et ceux qui se sont sacrifiés pour l'indépendance, la dignité et la liberté. Enfin, j'espère que l'élite médiatique assumera sa responsabilité. L'histoire jugera.

Propos recueillis par : S.O.A


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.